Des lectures, l’Italie de Comencini et le cinéma de Basil Dearden

3 novembre 2020 par - DVD

L’IDIOT DU PALAIS est un court et brillant récit de Bruno Deniel-Laurent, au ton incisif, qui autopsie la vie d’un palais princier possédé et habité par une famille saoudienne vue par un jeune homme dont le principal travail consiste à gérer le départ et le retour des cinq voitures que doit  emprunter soit la princesse, soit le prince (qui semblent ne jamais habiter ensemble). Le ton est caustique, acerbe mais jamais condescendant. Au contraire, l’auteur relate avec un détachement empreint de compassion, toutes ces nationalités qui se croisent et sont impitoyablement exploitées (les Africaines dans l’enfer des lingeries et des machines à laver, les Serbes à la sécurité, les Philippines autour de la princesse, les Indiens dans les cuisines, les Soudanais à l’intendance), les libertés prises avec le droit du travail (et les droits de l’homme !), l’esclavagisme rampant, mais aussi les sordides collisions entre ce monde et les esclaves sexuelles de la Porte de la Chapelle. Et tout ceci se passe à Paris.

J’ai adoré le film de Paul Grimault, LA BERGÈRE ET LE RAMONEUR que je n’ai peut-être jamais signalé, ce qui est dommage. Grimault était un grand ami de Prévert (auteur du scénario de LA BERGÈRE) mais aussi d’Aurenche qui écrivit beaucoup de ses courts-métrages et tourna des films publicitaires où, parfois, il jouait (on en voit un dans COUP DE TORCHON).  Je vais me précipiter pour lire de Sébastien Roffat « La Bergère et le Ramoneur de Paul Grimault et Jacques Prévert : chronique d’un désastre annoncé » (juin 2020, Éditions L’ Harmattan) qui raconte avec force détails la genèse, le déroulement artistique, financier et juridique de ce premier film d’animation français où on se rend compte que tout n’a pas été dit, loin de là et que l’histoire et les médias n’ont donné raison qu’aux auteurs en occultant la vérité en écartant la parole du producteur André Sarrut. Voulant me faire une idée, je vais l’acheter.

Je voudrais signaler la revue AMERICA co-dirigée par Francois Busnel qui raconte l’Amérique du point de vue des écrivains, ce qui nous vaut des textes passionnants sur la situation politique actuelle. Je viens d’acheter les  derniers numéros. Groupez vous pour acheter ces revues, les faire acheter par les médiathèques, les bibliothèques et ne pas les laisser dépérir ou disparaître comme LE DÉBAT dont il faut posséder le dernier numéro et rendre hommage à Marcel Gauchet et Pierre Nora.

Je voudrais revenir sur MOSCOU NE CROIT PAS AUX LARMES abordé dans mon billet précédent après avoir revu le film et découvert les passionnants bonus de Françoise Navailh où l’on apprend que le film qui avait été traité avec beaucoup de hauteur, de mépris par la bureaucratie de l’époque fit 84 millions de spectateurs la première année. Il fut accueilli avec une grande hostilité en France. Il faut dire comme le rappelle cette spécialiste du cinéma russe qu’il avait remporté l’Oscar du meilleur film étranger, battant LE DERNIER MÉTRO, l’une des grandes réussites de Truffaut que j’avais revu avec beaucoup de plaisir quelques jours avant.
Je n’avais pas assez vanté les acteurs de MOSCOU, à commencer par l’héroïne, comédienne de théâtre et par ailleurs l’épouse du réalisateur Vladimir Menshov : Vera Alentova que son mari choisit parce que les autres comédiennes pressenties avaient toutes refusé. Dans le rôle de Gocha, Aleksei Batalov est inoubliable et cela dès sa première apparition dans un train de banlieue où il déboule en portant un samovar. Françoise Navailh analyse très finement ce personnage d’ajusteur, réfutant les accusations de machisme et le replaçant dans les contexte des rapports hommes-femmes de l’époque. Elle montre qu’il est généreux, attentionné, courtois, tout le contraire de l’homme russe qui ne songe qu’à se réfugier derrière sa mère et à refuser de se sentir coupable. Le premier amant de l’héroïne, ce caméraman travaillant à la télévision, qui l’engrosse et refuse de reconnaître l’enfant, est un bon exemple de cette muflerie arrogante, paraît-il si répandue.

FILMS ITALIENS

Il est enfin possible de voir en Blu-ray chez Rimini ce chef d’œuvre qu’est LA GRANDE PAGAILLE de Luigi Comencini qu’adorait Jean-Pierre Melville. Une comédie sarcastique truffée de plans, d’interruptions tragiques, noires, violentes : la séquence où l’on découvre que le camion de Sordi transporte de la farine est inoubliable. Il se déroule dans ce trou noir de l’histoire italienne (très bien analysé dans les bonus) entre la démission de Mussolini et son rétablissement comme une marionnette des Allemands, dans un moment où tout le monde se bat contre tout le monde. Lors d’un voyage homérique, pendant de l’Odyssée, un officier conservateur, culotte de peau, va perdre peu à peu tous ses hommes, traverser des situations absurdes ou pénibles, être témoin d’actes égoïstes mais aussi de gestes de solidarité et d’entraide et va évoluer vers un peu d’humanité. Film complexe, épique, d’une folle invention scénaristique (toujours Age et Scarpelli ainsi que Sonego) et visuelle avec une des interprétations les plus géniales, dieu sait s’il y en a, d’Alberto Sordi. Le film est à ranger à coté de la GRANDE GUERRE, DES CAMARADES, D’UNE VIE DIFFICILE parmi les chefs d’œuvre historiques du cinéma italien. Je reviendrai sur ce film indispensable.

J’ai suivi la recommandation de DIXON STEELE et ai acheté LES FEMMES DES AUTRES de Damiano Damini qui est une étonnante surprise, une œuvre complexe, personnelle. Ces déambulations nocturnes de plusieurs maris en goguette à la recherche de conquêtes féminines sont filmées sans complaisance. On assiste à un festival de mensonges, de faux semblants, de forfanteries, voire de goujateries traitées sans condescendance ni apitoiement où tout à coup surgissent à l’improviste des moments touchants, tendres. Nulle exaltation dans cette série d’échecs, de faux pas, de revirements, de déception. Rien de misogyne dans cette description même si parfois on craint que le propos déplaise aux adeptes de MeToo. Et d’ailleurs, le film tout à coup se resserre autour de la recherche d’une ancienne amoureuse d’un des héros, qui a disparu après un séjour en prison, et devient noir, accusateur, impitoyable. Cette rencontre est déchirante et donne la vraie morale de ce film passionnant et unique dans l’œuvre de Damiani.

LE MÉDECIN DE LA MUTUELLE de Luigi Zampa sorti dans l’excellente collection Make my day de Jean-Baptiste Thoret est une comédie décapante, ironique et sceptique. Encore un personnage idéal pour Sordi. Zampa dissèque les dérives d’une médecine où seule compte le nombre de malades qui se sont affiliés à la mutuelle et sur le carnet d’un docteur, qu’on les soigne ou pas. Mille bravos pour le bonus qui analyse remarquablement ce qui fait l’originalité de Zampa. C’est érudit, clair et très précis quant aux implications sociales et politiques. En attendant ANGELINA et peut-être LA BELLE ROMAINE ?

L’ÉVADÉ DU BAGNE de Riccardo, certainement l’un de ses chefs d’œuvres est annoncé également dans la collection Make My day. Je brûle d’envie de revoir le début si spectaculaire (les évasions de Valjean), la déchéance de Fantine (et le sublime travelling en carriole) arrière évoquant un bref moment de bonheur, les scènes avec Cosette qui laissaient passer une émotion que Freda a réprimé par la suite. Il avait gardé des passages du livre que l’on coupe habituellement, notamment ce mensonge de la mère supérieure qui protège Valjean et Cosette.

Revu avec un vrai plaisir COLORADO de Sergio Sollima, un des meilleurs westerns italiens qui bénéficie d’une superbe partition d’Ennio Morricone. Le scénario s’inspire d’un sujet de Solinas (MONSIEUR KLEIN, ETAT DE SIÈGE) et se veut ouvertement politique. C’est la revanche des prolétaires contre les puissances d’argent. Sollima possédait un vrai talent, une vraie sensibilité, ici comme dans LE DERNIER FACE À FACE. Il est bon qu’on revienne sur Sollima dont j’avais été l’attaché de presse (tout comme Damiano Damiani mais ce dernier est l’un des rares cinéastes italiens qui ne parlait pas français) et dont j’avais aimé LA CITÉ DE LA VIOLENCE avec Bronson.

Je viens de découvrir un film qui m’a enchanté, ému et qui devrait passionner les adeptes du blog malgré quelques scories ou défauts dont certains inévitables (ressemblance entre des acteurs et des personnages célèbres). Il s’agit de CELLULOID traduit en français par REMAKE ROME VILLE OUVERTE, titre idiot et contre-sens absolu. Il s’agit d’un film de fiction sur les aléas insensés du tournage de ROME VILLE OUVERTE avec les rapports passionnés et orageux entre Rossellini et son volcanique scénariste Sergio Amidei. J’ai appris plein de choses notamment sur la manière dont ce film avait été si honteusement traité en Italien non seulement par les financiers (la description du producteur Amato est irrésistible), les distributeurs mais aussi par la critique italienne qui ne s’en est pas vanté. En fait, il avait été sauvé par la sortie à New York et à Paris. C’est un film de Carlo Lizzani que j’ai voulu voir après avoir découvert ACHTUNG BANDITI, l’une de ses premières réalisations, peut être le meilleur film de partisans jamais tourné à la mise en scène ample, généreuse. L’absence de héros central, la multitude de personnages n’a d’équivalent, à l’époque, que JERICHO de Calef que je recommande chaque fois qu’il est possible.

FILMS ANGLAIS

LA FERME DES ANIMAUX (Malavida) de Halas et Batchelor est une adaptation qui a gardé toute son actualité de la fable satirique et politique de George Orwell. L’animation et le graphisme ont parfois un peu vieilli mais l’essentiel du message de l’écrivain, son autopsie des errances du régime communiste sont préservés.

Sortie chez Doriane de THE BROWNING VERSION d’Anthony Asquith d’après Terence Rattigan (la pièce fut montée par Didier Bezace) dont j’ai dit plusieurs fois ici tout le bien qu’il fallait en penser. Interprétation inoubliable de Michael Redgrave. On doit aussi à Terence Rattigan les scénarios du MUR DU SON, l’un des David Lean les plus secrets et les plus touchants qui vient de ressortir dans la collection Make My Day de Jean-Baptiste Thoret et du ROCHER DE BRIGHTON de Roy Boulting.

Au Festival Lumière, j’avais revu avec un immense plaisir LE PONT DE LA RIVIÈRE KWAÏ, un des chefs d’œuvres de Lean et la copie restaurée mentionne bien les noms de Carl Foreman et Michael Wilson comme scénaristes (ils étaient sur la liste noire et l’Oscar fut décerné à Pierre Boulle qui ne parlait pas anglais, ce qui provoqua une polémique). Mais selon Brownlow, Lean participa énormément au scénario. Ce film est une des études les plus percutantes, les plus justes, les moins dogmatiques de la collaboration et je ne regrette qu’une seule réplique : le « Mais qu’est-ce que j’ai fait ? » du colonel Nicholson dans la dernière séquence.

Tamasa vient de sortir toute une série de films passionnants : POOL OF LONDON (LES TRAFIQUANTS DE DUNBAR) de Basil Dearden, loué plusieurs fois ici même. En dehors de la spectaculaire poursuite finale, on peut découvrir une des premières intrigues amoureuses interraciales du cinéma anglais, audace incroyable pour l’époque. Elle est forte et pudique. Dearden s’attaquera à nouveau au problème racial dans SAPHIRE (OPERATION SCOTLAND YARD) s’en prenant aussi bien au racisme imprégnant toutes les classes de la société anglaise, moyenne (la famille de l’amoureux de Saphire), populaire (les délinquants trainant dans la rue, les loueuses de chambre ou d’appartement,), la police mais aussi la communauté noire, soit qu’elle nie le problème ou veuille le combattre avec les mêmes armes. Le scénario abuse un peu, vers la toute fin des fausses pistes et des retournements à la Mary Higgins Clark mais certaines séquences possèdent une force incontestable.

Toujours chez Tamasa, L’HOMME DE BERLIN qui a ses défenseurs. Je l’avais revu il y a quelques années et n’avais pas été convaincu, le scénario de Harry Kurnitz me paraissant nettement moins original et incisif que celui de Graham Greene pour LE TROISIÈME HOMME. Toute la première partie reste intrigante et James Mason possède une force incontestable. Mais le personnage de Claire Bloom est mal écrit, ce qui dilue le propos.

THE BLUE LAMP, toujours de Basil Dearden, a vieilli durant son premier tiers, notamment tout ce qui tourne autour du personnage de Jack Warner. La vision de la police semble un peu trop apologétique mais le ton se durcit par la suite et l’on est touché par la pudeur, la sobriété si retenue de plusieurs séquences (un jeune policier  doit faire part de la mort d’un de ses collègues à sa femme qui est aussi sa logeuse) qui contrastent avec les éclats de violence, notamment du truand névrosé que joue Dirk Bogarde, par le choix brillant de certains extérieures (l’étang où une petite fille qui ne sait dire que non a trouvé un révolver), l’intelligence du dialogue (l’interrogatoire de cette petite fille). Le dialogue additionnel est écrit par Alexander Mackendrick.

Et enfin un policier qui devient culte, PAYROLL de Sidney Hayers avec Françoise Prévost que je vais revoir le plus vite possible et surtout ICE COLD IN ALEX (LE DESERT DE LA PEUR), un excellent film de guerre de Jack Lee Thompson.

Et j’ai été ébloui par BRÈVE RENCONTRE (CARLOTTA), premier film vraiment personnel de David Lean qui témoigne tout au long d’une maîtrise qui n’a pas pris une ride. Visuellement, le film reste impressionnant et sa splendeur visuelle ne vient jamais contrarier la sobriété sèche, délicate du ton mais la fait ressortir sans l’exhiber. Le romantisme est là, sous-jacent, servi par une interprétation d’une rare profondeur. A noter que ce film  fut aussi bien assassiné par les Cahiers (haine du cinéma anglais) que par Positif parce que sacrifiant à la morale bourgeoise (les amants se séparent, piétinant l’amour fou) tout comme LE VOLEUR DE BICYCLETTE (on se souvient de la tirade contre ces films misérabilistes ou les petits garçons font pipi contre les murs) a été totalement réhabilité de même que le concerto numéro 2 de Rachmaninov qu’il utilise comme leitmotiv et qui était la cible favorite des critiques musicaux. Rachmaninov et Lean, même combat.

MADELEINE, malgré des vertus évidentes (le choix de Glasgow et plusieurs séquences très fortes, dont le début), reste moins satisfaisant. On est un peu frustré devant ce que l’on peu considérer comme une absence de parti pris par défaut. Il faut dire que cette impression est renforcée par le jeu d’Ann Todd, actrice assez ingrate, beaucoup moins rayonnante que l’interprète de BRÈVE RENCONTRE. Reste ce décor très bien exploité, filmé de cette chambre en sous-sol qui donne sous la rue et communique avec une petite ruelle. Ce lieu à lui seul symbolise les rapports de classe, leur imperméabilité ce qui donne une force incroyable au moment où Ivan Desny fracasse le soupirail.

Commentaires (860)

 

  1. yves rouxel dit :

    Il y a des jours ou l’on n’a pas du tout envie d’écrire,de parler ou d’apprendre en écoutant la radio la disparition d’un acteur qui aura marqué notre existence.Pourtant je voulais rendre hommage à un homme au visage genereux,il respirait l’humanisme avec ses roles de bougon,de railleur qui ressemble à de nombreux français.Voilà ce qu’il disait: »Le seul conte de fées auquel je ne peux m’empécher de croire,c’est que je suis de gauche.Je crois effectivement aux contes de fées parce que je suis de gauche et je pense,naivement,le puissant peut ètre contraint à respectyer le faible.Je suis de gauche parce qu’on peut contraindre le puissant et lui dire que celà ne peut pas se passer aussi facilement.des gens faibles crèvent de faim dans la rue.Que tu le veuilles ou non,tu dois partager ».Jean pierre Bacri ,tu nous manques déjà emporter par ce sale crabe qui grignote des corps et nous laisse des larmes et du chagrin.Je vous conseille de découvrir un premier film poétique réalisé par Nassim Amaouche en 2008. »Adieu Gary »questionne par sa retenue de ton tout en dévoilant un climat emplit de regrets sur le temps qui passe trop vite pour les parents comme pour les enfants qui ont grandit.Situé dans un cité ouvrière pauvre Francis a vu démanteler l’usine ou il a travailler pendant des années.Samir son fils est de retour après une longue absence,il retrouve ses copains,dont José le fils de la voisine qui regarde en boucle des films avec Gary Cooper.Ce film est une petite merveille fait de bon sens,de vrais sentiments d’amours et d’amitiés ainsi que d’un grand esprit de solidarité qui manque cruellement dans cette France de 2021!!!

    • Pascal MINETTE dit :

      Tiens, je ne savais pas qu’il y avait une sorte de snobisme à être de gauche. ça ne me plaît pas des masses car je croyais que le snobisme était surtout une maladie de droite. En fait, c’est un virus. Un de plus !

      • yves rouxel dit :

        A pascal m.Il y a aucun snobisme dans la déclaration de Jean pierre Bacri.Il savait d’ou il venait,à 11 ans il est arrivé à Marseille comme des milliers de familles qui ont quitté l’Algerie pour la France.Certains vont mème lui reprocher d’avoir fait partie de »la gauche caviar ».On a pas de jugement à porter sur des individus que l’on ne connait pas dans la vie civile.C’est comme les zozos qui prétendent que Bertrand est issue de la bourgeoisie Lyonnaise.Moi je regarde l’acteur avec ses tics de langage,ses faux bégaiements et ses fameux « Putain ça fait chier »!!!

    • DIDIER D dit :

      De Bacri ,je citerai deux films (les autres compléteront)

      « avant l’aube » ,un thriller psychologique avec un scénario qui fait penser à Simenon,Véry,Boileau-Narcejac ,donc pas une histoire qui se casse la figure après la première bobine.

      « Kennedy et moi » ,comédie délicieusement politiquement incorrecte.

      L’acteur est impérial dans deux registres totalement différents.

      • yves rouxel dit :

        A didier.Oui « Avant l’aube »est une histoire sombre située dans les pyrénées ariégeoises puis également à Andorre la vieille.On est dans un climat proche de Simenon ,vous avez raison.Ne manquez de découvrir »Grand froid »qui conte l’histoire de deux employés de pompes funèbres à bout de souffle.L’un des représentants a de la bouteille et connait toutes les ficelles du métier tandis que le jeune novice campé par Arthur Dupont ,il découvre un travail alimentaire avec les noirceurs de la profession.Ah je rappelle »Adieu Gary »est une pure oeuvre poétique et sociale qu’il faut voir.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A rouxel
          ADIEU GARY était très réussi et aussi KENNEDY ET MOI. J’adorais Bacri et il me fait pleurer de rire dans LE SENS DE LA FETE

  2. Pierre dit :

    Sur le Parrain III

    L’un des blogueurs (MB je crois) souhaitais savoir en quoi consistaient les changements du Parrain III dans le nouveau montage. De mon point de vue, c’est hélas très anecdotique. Je dis « hélas » car je pensais découvrir une nouvelle facette de ce superbe film. Et pas du tout.

    L’ouverture n’est pas la même, le film débutant ici par la scène déjà connue entre Corleone et l’archevêque. Ce démarrage a tendance à accentuer les effets de rimes, qui existaient déjà dans le montage original, entre cet épisode et le premier (le travelling arrière qui débute chacun des deux films est désormais le même). La fin est légèrement différente (on y voit pas Corleone s’effondrer dans son dernier souffle) et se termine sur une citation dont je reconnais ne pas avoir saisi le sens.

    Entre ces deux changements, les différences consistent en quelques inserts, qui ne modifient pas pour moi le sens des scènes. Elles ne sont ni des améliorations, ni des diminutions. En fait, ça ne change quasiment rien.

    Franchement, à ce stade, on peut s’interroger sur la question de savoir si le film méritait ce nouveau montage ou pas. J’ai été, en tous cas, très déçu et reconnais ne pas avoir compris les intentions de Coppola.

    • MB dit :

      à Pierre
      merci, je n’ai rien lu ailleurs là-dessus, et vais passer mon tour pour cette édition. Le travail qu’il avait fait sur APO FINAL CUT m’avait séduit, en revoyant la redux je m’apercevais que c’était mieux, pour la version exclu elle ne m’avait pas frappé particulièrement: la final cut est vraiment parfaite.

    • MB dit :

      « Parfaite » non. Je regrette juste la disparition des bunnies de Playboy car l’idée était géniale, est-ce que ça s’est vraiment produit?…

    • Ballantrae dit :

      Vous répondez à une question que je me posais.
      Et Cotton club remonté? Est ce plus significatif?
      FF Coppola remonte ses films faute hélas de pouvoir monter de nouveaux projets.
      J’aurais tant aimé que Twixt ne soit pas son dernier film mais nous verrons.

  3. Catherine dit :

    Bonjour Mr Tavernier,

    Il y a un film, LES MOIS D’AVRIL SONT MEURTRIERS de Laurent Heynemann, auquel vous avez participé scénaristiquement et pour lequel j’aimerais savoir, s’il vous plait, si il y aurait une petite chance pour qu’il soit un jour édité sur support.
    J’aime les polars sans concessions de Robin Cook, et dans le film J.P Marielle et J.P Bisson sont excellents.
    Concernant J.P Marielle, l’éditeur « Le Chat qui Fume » vient de sortir en Blu-ray LA TRAQUE de Serge Leroy, enfin. Il reste encore quelques exemplaires.

    Catherine

    Catherine

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Catherine,
      On se bat pour le faire sortir.

      • Catherine dit :

        Aah merci, c’est une bonne nouvelle en perspective alors !!
        J’espère que le fait que votre société Little Bear soit coproductrice simplifiera les négociations.

    • MB dit :

      à Catherine
      je suis d’accord, LES MOIS D AVRIL est un chef d’oeuvre (le roman de Robin Cook aussi paraît-il), en plus Marielle bien sûr mais Jean-Pierre Bisson glaçant (il assassine qqn en l’asphyxiant, lui murmurant « T’en fais pas, ca va très bien se passer »), mort à 51 ans. Je veux revoir ce film autrement que dans la copie Vhs que j’ai gardée.

    • yves rouxel dit :

      A catherine.Le journal »Le progres »de Lyon a édité ce film de Laurent Heyneman,ainsi que d’autres polars de la fin des années 70 et début 80.

    • Damien D. dit :

      A Catherine et Bertrand : revu LA TRAQUE de Serge Leroy dans la belle copie restaurée et éditée par le Chat qui Fume. J’avais découvert ce film il y a 10 ans certainement. Il était devenu très difficile de le voir pour des questions de droits.

      L’impact du film est toujours aussi présent que lorsque je l’ai vu la première fois. Leroy filme ses acteurs dans un style proche du documentaire (caméra à l’épaule parfois, quelques plans subjectifs) : ça ne touche pas au génie mais les derniers plans près de l’étang par exemple témoignent d’un réel sens pictural du cadre et de la photo. Aidé aussi en cela par le talent de Claude Renoir qui a impressionné ces teintes froides et rousses de cette forêt de Sologne en plein hiver… Les décors naturels y font pour beaucoup dans la perception visuelle qui est immersive.

      Peu de développements psychologiques poussés chez les personnages mais tout est dit de leurs relations au détour d’une phrase ou d’une scène tout au long du film : la muflerie, la veulerie et la lâcheté de ce groupe de chasseurs est très bien interprétée. Jean-Pierre Marielle en tête dans un rôle de salaud comme on a rarement vu.
      Il faut dire aussi que le casting est haut en couleur : outre Marielle, Michael Lonsdale, Michel Constantin, Paul Crauchet, Philippe Leotard, Michel Robin, Gérard Darrieu et Jean-Luc Bideau sont au diapason face à une Mismy Farmer tout en fragilité et force de caractère.

      Bideau dans les bonus raconte aujourd’hui comment Marielle dominait le groupe lors du tournage, monopolisant un peu trop l’attention sur lui (trait de caractère de l’acteur ou souvenir ponctuel de ce tournage en particulier ?). Mimsy Farmer elle se souvient dans une interview d’époque d’acteurs tous très sympathiques et talentueux.
      A signaler aussi une belle musique de Giancarlo Chiaramello compositeur italien que je ne connaissais pas qui ouvre simplement le générique et termine le film…

      Étonnant ce réalisateur Serge Leroy qui s’est ensuite tourné vers la télévision dans les années 80 terminant sa carrière par deux épisodes de Maigret avec Crémer dont « Maigret chez les flamands » que j’ai vu et qui était une bonne adaptation de Simenon (là encore avec des décors naturels très bien choisis).. Le connaissiez-vous personnellement Bertrand (ainsi que LA TRAQUE) ?

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Damien B
        C’était un vrai ami. On s’est trouvé en concurrence pour le premier long métrage chez le même producteur, Eugène Lépicier, qui a choisi son film, LE MATAF, contre le mien, L’HORLOGER. Il a été co président de la SRF avec moi pendant deux ans. J’aimais son coté brut de décoffrage, son absence de precautions oratoires. Il adorait le cinoche, ne faisait pas dans la dentelle mais n’avait pas peur non plus de se confronter à des sujets graves sans se laisser impressionner par des vedettes. Il était carré, fidèle, loyal, ne s’embrassait pas de fioritures. Je l’ai vu tenir tete face à Mitterand sur ses mensonges lors de la création de la 5.Je suis en train de revoir ses films dont certains sont, dans mon souvenir, plus prometteur que réussis (le 4ème POUVOIR). La TRAQUE est un des plus personnels

  4. yves rouxel dit :

    Filmé en noir et blanc avec lenteur et délicatesse »Le sel des larmes »est une oeuvre de Philippe Garel qui se démarque des productions françaises.On va suivre Luc un jeune provincial « qui monte »à Paris afin de s’inscrire dans une école d’architecture.Un matin il rencontre Djamilla,c’est le coup de foudre entre eux,pourtant la vie va les séparer.Luc rejoint son père qui est menuisier et chez qui il vit.André Wilms compose un personnage lumineux plein d’espoir dans l’avenir de son fils.Garrel nous montre une jeunesse qui a soif de vivre,d’aimer,de boire,de danser dans une société ou les codes sont rois.C’est alors que Luc revoit Geneviève son premier amour de jeunesse,les souvenirs remontent à la surface comme une bouteille jetée à la mer et qui revient sur la plage.Les évenement vont s’enchainer lorsque Luc reçoit une réponse positive de l’école Boulle de Paris.Son père est heureux et fier,quand à Geneviève elle lui apprend qu’elle est enceinte la veille de son départ.Le film est bouleversant car il ne tombe jamais dans les clichés habituels,une voix-off commente cette oeuvre rare et intense qui mérite un détour et nous prouve encore une fois que le cinéma français est bien vivant et qu’il a un bel avenir devant lui.La musique originale a été composée par l’ancien membre du groupe Téléphone Jean louis Aubert et apporte un beau moment de cinéma.Chez Ad vitam.

  5. Pierre dit :

    Alenxandre O. Philippe réalise des documentaires sur des films célèbres depuis plusieurs années (sur Star Wars ou Alien par exemple). Depuis quelques jours, on peut voir en ligne le film qu’il a réalisé sur L’exorciste.

    Cela consiste ici en un long monologue de Friedkin, sur plus 1 heure et demi. Evidemment, il faut se méfier de quelqu’un comme Friedkin. Depuis environ une dizaine d’années, il a tenu, clairement, à écrire sa propre légende et à la diffuser (il a écrit son autobiographie, participé à de nombreuses conférences autour du monde, ressorti SORCERER etc). Du coup, il a une tendance à répéter toujours la même chose, avec un discours souvent rôdé. Et on peut douter que ce qu’il dise soit toujours exact (car il y a sans doute une part d’interprétation « after the fact » dans tout ça, surtout de la part de quelqu’un d’aussi intelligent et changeant).

    Mais pour une fois, le film de Philippe nous emmène parfois au-delà des sentiers battus et Friedkin me semble s’y livrer plus que dans ses interventions précédentes. Il donne une véritable réflexion, en profondeur, sur le film et son sens. On a droit aux anecdotes habituelles, mais cette fois cela va plus loin, en évoquant par exemple Rembrandt et les choix d’éclairage, de manière très précise. Chaque influence, picturale ou musicale, y passe. La caméra arrive à capter des moments d’émotion chez Friedkin, pourtant plus pudique d’habitude. Le film se termine par une évocation émouvante du jardin zen de Kyoto.

    En revoyant tout cela, j’ai notamment réalisé à quel point le casting de THE EXORCIST était brillant. On le savait déjà, mais à chaque fois ça me frappe. Je suis ému à chaque fois que je vois Jason Miller. Mais quel acteur. Quelle interprétation. C’était sa première apparition comme interprète à l’écran. Et il sonnait juste à chaque seconde, faisait jeu égal avec Burstyn, Von Sydow et Linda Blair déguisée en diable.

    Bref, moi qui pensait tout connaître de ce film et du discours de Friedkin, j’ai découvert qu’il m’en manquait encore une partie. Je le conseille vraiment, pour toute personne qui s’intéresse au travail de la mise en scène. Certes, je n’ignore pas que Bertrand Tavernier est réservé sur de nombreux Friedkin, en particulier celui-ci, nous en avons discuté à plusieurs reprises ici. Mais je me rappelle, non sans une certaine fierté, avoir réussi à lui faire dire il y a quelques mois, que tout de même, la première heure de THE EXORCIST était bien. Mon objectif pour 2021 ? Faire aimer la seconde !

    • SugarKane dit :

      À Pierre
      Je suis de votre avis L’exorciste est un très bon film que l’on a souvent tendance à sous-estimer. Par contre ce qui est vraiment surprenant avec Friedkin ou Cimino c’est qu’après deux ou trois premières réalisations si prometteuses ensuite la qualité et la créativité aient autant baissé. Ainsi pour Friedkin je trouve que ses derniers films Bug et Killer Joe
      carrément ridicules.

      • MB dit :

        à Mathieu et Sugarkane
        sur ma tête j’étais sur le point de déposer un message pour dire que les plus grands Friedkin étaient justement BUG et KILLER JOE qui sont très réussis et très impressionnants!
        bref on s’en fiche d’ailleurs je n’ai pas vu L EXORCISTE car la campagne de pub du film ou émissions de ciné ont toutes passé des extraits des moments les plus spectaculaires (la tête qui fait le tour du buste, la lévitation le dos collé au plafond, et la purée verte) ce qui est une erreur car du coup des gens dont moi se sont refusés à voir ce film pour ne pas subir ces moments de plus dévoilés bêtement en extraits courts alors que dans le film, ils sont peut-être introduits plus intelligemment. Je vous vois d’aillerus déjà avancer à juste raison que c’est je suppose dix minutes d’un film de 2 heures OK Mais Friedkin a-t’il vraiment besoin de ces moments goro-horrifiques pour garder le spectateur en alerte? Si oui j’opte pour le fait que le reste du film pourrait ne pas être intéressant. Si non j’ai tort de ne pas avoir vu le film. Mais des films comme les deux cités ci-dessus me paraissent définitivement intelligents et adultes, surtout comparés à CRUISING, TO LIVE AND DIE, SORCERER (que j’ai vus, bon le dernier est agréable). Friedkin est loin d’être un niais, il faut le voir interviewer Fritz Lang ou parler de ses films, citant son admiration argumentée pour tel ou tel scénariste, réalisateur, ou acteur. Dr William et Mr Friedkin.

        • Mathieu dit :

          A MB:
          Ce n’est pas moi qui parlais de L’EXORCISTE, que moi non plus je n’ai jamais vu, par contre quand j’avais treize ans j’écoutais beaucoup Tubular Bells de Mike Oldfield (mes goûts ont évolué depuis). Je connais très peu Friedkin mais j’aime bien THE BRINK’S JOB.

        • Pascal MINETTE dit :

          Moi j’ai vu l’EXORCISTE mais s’il ne s’agit que de se foutre les jetons, mieux vaut dénicher une vraie video d’exorcisme; ça existe en dépit du fait que l’église les interdit généralement.
          De plus, à l’instar de tous les films portant sur les phénomènes paranormaux, il n’y a pas la moindre hauteur de vue, pas un soupçon de recul. Toutes ces oeuvres prennent le diable, la vierge marie ou les extraterrestres comme argent comptant au lieu d’ouvrir de nouvelles pistes, de proposer des explications inédites. Au regard de ce manque, le pan artistique des oeuvres devient le cadet des soucis.

        • MB dit :

          à Mathieu
          « Je connais très peu Friedkin mais j’aime bien THE BRINK’S JOB. »

          me suis trompé c’était Pierre et pas vous, THE BRINK’S JOB est encore une facette (que j’adore) du champ de Friedkin, comédie policière souvent tordante, ce cinéaste aura touché à tout, il lui manque juste le western et le film érotique!

        • Mathieu dit :

          A Pascal Minette:
          Il y a en Inde quelques temples célèbres qui pratiquent l’exorcisme. Ces rituels sont plus pénibles qu’effrayants à observer: violentes crises d’hystérie, etc… Ces temples attirent un grand nombre de pélerins et sont donc très riches. Je me souviens d’un sadhu monté près de moi dans le car où je voyageais, venant du temple de Balaji à Mehandipur (Rajasthan), célèbre pour ses exorcismes. A voir ses yeux exorbités, je me suis dit que le traitement n’avait pas dû être très efficace. J’ai un ami dans une autre région de l’Inde qui pratique l’exorcisme, mais il n’est pas religieux, appartient à une basse caste, et le fait gratuitement pour aider les gens. Je l’ai vu faire une fois, c’était rapide, sans violence, sans dramaturgie… C’est comme l’homéopathie chez nous, ça peut marcher si on y croit…

        • Pascal MINETTE dit :

          A Mathieu
          S’il ne s’agit que d’une crise d’hystérie, bon, c’est plus dérangeant qu’effrayant, même si la psychiatrie, comme beaucoup de sciences, patauge le plus souvent dans le flou.
          Si la personne parle latin et que son corps a des mouvements impossibles, c’est effrayant parce qu’on n’a pas d’explication, comme dans les apparitions de la vierges.
          Il y a des conférences d’exorcistes sur youtube mais ils ne cherchent pas d’autres solutions que le diable, évidemment.

      • Alexandre Angel dit :

        A Sugarkane,
        Je ne suis pas fou de Friedkin.
        Mais je pense que contrairement à Cimino, dont THE DEER HUNTER et HEAVEN’S GATE sont pour moi des films de chevet, il a su préserver quelque chose, de l’ordre d’un certain nihilisme un peu anar, de vivifiant dans son cinéma. Pas toujours pour le meilleur mais avec néanmoins une souplesse quant à une certaine façon de s’adapter au terrain qu’on lui alloue.
        Je veux dire qu’il a su se fondre dans une dynamique de séries B dont BUG et surtout KILLING JOE me semblent constituer le parfait reflet.
        Le nihilisme sanguinolent de KILLING ZOE me paraît annoncer THE HATEFUL EIGHT, de Tarantino, ce qui n’est pas forcément un compliment mais je n’oublierai jamais l’originalité du postulat, ni l’épatante démonstration d’arithmétique comptable donnée par Matthew McConaughey juste avant la fameuse scène du pilon de poulet.
        Quelque chose de la (vraie) liberté des années 70 circule dans cette séquence.

        • Alexandre Angel dit :

          KILLER JOE, foutral!!!

        • SugarKane dit :

          À Angel
          J’ai le sentiment dans Bug et dans Killing Joe que Friedkin cherche à tout prix à choquer le spectateur dans des scènes épuisantes et totalement inutiles. Cette surenchère selon moi cela cache un manque d’inspiration et une facilité fâcheuse pour un réalisateur qui a réalisé au début de sa carrière autant de bons films.

        • Bertrand Tavernier dit :

          a SugarKane
          Moins dans BUG qui est plus retenu et souvent passionnant que dans Killing JOE où j’ai parfois l’impression qu’il double la dose

        • Ballantrae dit :

          Killer Joe était marrant dans ses excès mais pas un opus magistral.
          Celui qu’il faudrait pouvoir revoir en version restaurée c’est Rampage ( Le temps du châtiment) qui m’avait bcp impressionné à sa sortie. Une réflexion rigoureuse sur l’essence du Mal et sur la question de la justice. Jamais revu depuis hélas.

        • Alexandre Angel dit :

          Mais enfin messieurs, c’est KILLER JOE!!

          Bon, c’est de ma faute.

        • MB dit :

          C’est KILLER ZOE plutôt

        • MB dit :

          Je trouve que KILLER JOE était réussi dans la peinture des USA aujourd’hui, on ne peut le réduire à une amusette, un polar simpliste, c’est un polar noir social parmi les meilleurs. BUG est un fantasme poussé à bout, très convaincant, d’ailleurs depuis que je l’ai vu je n’arrive pas à me débarrasser de ttes ces petites bestioles qui courent sur mon clavier.

    • ballantrae dit :

      Nous sommes quelques uns Pierre à priser L’exorciste comme un grand film qui loin de jouer les facilités demeure complexe, dérangeant et angoissant visionnage après visionnage sans perdre de son impact.
      Friedkin me semble compter dans le paysage du cinéma américain et nous en avons déjà beaucoup parlé notamment lors d’échanges autour de Sorcerer.

  6. MB dit :

    Je ne suis pas actionnaire de Arte mais je conseille si besoin le doc sur Méliès de Eric Lange commenté par Bromberg (de Lobster). Si ce n’est fait, apprenez comment les négatifs des films de Méliès qu’il avait tous brûlé de désespoir ont quand même étés retrouvés (bon, c’était pas les mêmes mais je dévoile pas et on peut dire merci à Leon Schlesinger et à la bibliothèque du Congrès). Un doc passionnant chez Mr Replay avec 6 films en hd dont LE LOCATAIRE DIABOLIQUE et VOYAGE A TRAVERS L IMPOSSIBLE damned blood and guts et youpi.

    • yves rouxel dit :

      A MB.effectivement arte est une chaine qui met en valeur des films prédominants,des soirées thématiques qui font réfléchir,des émissions qui sortent du carcan de la télépoubelle chers à tf1 ou merde 6 ou nrv12.En revanche il manque un magazine sur l’actualité et les créations théatrales,sur l’art plastique et mème sur la peinture.

      • MB dit :

        sur la peinture on trouve un peu, par contre des docs musicaux introuvables ailleurs, ou sur des acteurs mais pas toujours de la meilleure qualité…

        à Pierre: je n’ai pas trouvé de version complète du film de Philippe

      • SugarKane dit :

        À Yves Rouxel
        Aucune émission non plus sur le cinéma, hormis le Cercle sur Canal+ et sur le Service Public… c’est le désert. À ma connaissance dernière tentative intéressante s’est achevée en 1991 avec Cinéma, Cinémas de Michel Boujut et Claude Ventura.

        • yves rouxel dit :

          A sugarkane.Je ne citerais pas Laurent Weil venu de m6 pour rejoindre canal avec ce coté condescendant et ses questions idiotes aux acteurs ou aux réalisateurs lors de la montée des marches à Cannes.On est loin des entretiens d’Henri Chapier dans les années 70 puis plus tard dans son émission »Le divan »ou il posait des questions pertinentes et sensés.Bien sur il y a un florilège de chaines théamatiques sur le cinéma.Prenons Paramount channel qui propose chaque mois un magazine consacré aux films de SF et d’horreurs.

  7. alex6 dit :

    bonne année 2021 à tous tout d’abord. Comme on reparle de Douglas Sirk à propos de cette scène de « Tout ce que le ciel permet » dans laquelle les enfants offrent un poste de télévision à leur mère, qui est une scène déchirante, et dont je me souviens parfaitement lorsque j’ai vu le film la première fois, je viens de terminer un livre de Denis Rossano « Un enfant sans père » qui raconte l’histoire de Klaus Detlef Sierck, le fils que Douglas Sirk a eu avec sa première femme, une actrice déchue qui plongea rapidement dans le nazisme. Lorsqu’ils divorcent en 1928, elle lui interdit de revoir Klaus, qui n’a alors que quatre ans. Douglas Sirk ne reverra plus jamais son fils, sauf à l’écran car celui-ci devient un enfant star du cinéma nazi et va tourner treize films entre 1935 et 1942.
    Certains d’entre-vous connaissent-ils cette histoire du fils caché de Sirk ?
    Pour la part, je l’ignorais et ce livre est passionnant car l’auteur a rencontré le cinéaste à plusieurs reprises dans sa résidence suisse de Lugano en 1981 et il essaie, en vain, de le faire parler de ce fils qui est la principale blessure, le drame intime et la tragédie de la vie de Sirk.
    Le livre passe tour à tour de Berlin à Hollywood, l’auteur mène l’enquête sur ce fils perdu et reconstitue sa vie parallèlement à celle de Sirk. Denis Rossano avance aussi l’idée que Sirk fut une figure paternelle pour l’acteur Rock Hudson, abandonné par son vrai père, et qui tourne dans huit de ses films..

    • SERVANT Jean-Pierre dit :

      A alex6 : (SIRK) Merci d’évoquer ici ce livre qui m’a échappé, étant sorti d’après mes recherches en août 2019. J’avais – je cite de mémoire – vaguement entendu Douglas Sirk parler de son fils tué sur le Front russe en 1944, mais sans qu’il s’etende sur ce douloureux sujet. Je crois que c’est dans un entretien filmé à Lugano dans un complément du dvd A TIME TO LOVE AND A TIME TO DIE. J’ai pris note de ce livre. Encore merci à vous.

  8. MB dit :

    à A Angel: vous m’avez fait découvrir CHASSEUR BLANC COEUR NOIR que j’avais toujours évité, c’est vraiment excellent mais la scène en trop pour moi, c’est celle du petit singe qui déchire le scénario et qui fait rire tout le monde. D’ailleurs on a envie de défendre George Dzundza dont on est amené à se moquer, et à conspuer Eastwood assez stupide pour vouloir tuer un éléphant et inconséquent pour amener le guide Kivu à se faire tuer pour le sauver (à ce sujet, je ne comprends pas pourquoi ils ne ramènent pas son corps au camp). Mais le point de vue de Eastwood sur le cinéaste qu’il joue n’est pas de le considérer comme un héros.

    (au fait on a un compte à régler j’ai pas oublié)

    • Alexandre Angel dit :

      A MB
      Il y a toujours, ou plutôt souvent, des petites choses en trop chez Eastwood, où on dirait qu’il ne sait pas s’arrêter.
      Je trouve que dernièrement, il a gagné en épure dans SULLY, LA MULE et il semblerait, mais je ne l’ai pas encore vu, dans LE CAS RICHARD JEWELL.

      • MB dit :

        à A Angel
        EASTWOOD
        « Je trouve que dernièrement, il a gagné en épure dans SULLY, LA MULE  »
        parfaitement exact

        • Ballantrae dit :

          Cette manière épurée est l’un des aspects présents dans l’oeuvre d’Eastwood depuis longtemps. Breezy, Honkytonk man ou encore Madison County garden relèvent de cette sobriété par le nombre de personnages, la ligne narrative profonde et simple, le choix de prendre son temps. Pale rider et Unforgiven à leur manière vont dans ce sens: westerns « secs » sans affeteries mais là aussi d’une force puissante avec une vision spectrale du « héros  » mythique.
          La mule est un peu le faux jumeau de Gran torino ( le vieil homme indigne qui devient attachant) tandis que Richard Jewell me semble celui de Sully ( un personnage qui devient héros puis cible mediatique avant d’être réhabilité).
          Tout cela pour dire qu’en arpentant le cinéma d’Eastwood on peut sans cesse
          admirer en reperant constantes, variations, contrastes.
          Chasseur blanc coeur noir évoqué plus haut est assez passionnant dans sa restitution d’un tournage étrange puisque différé, remisé au placard par son réalisateur. La chasse à l’éléphant comme procrastination quelle idée puissante et originale! L’autre jour en revoyant Chinatown avec Huston en acteur ( assez génial d’ailleurs en qqs apparitions) je repensais à ce film étrangement.

      • MB dit :

        « Je trouve que dernièrement, il a gagné en épure dans SULLY, LA MULE  »
        dans SULLY LA MULE QUI PARLE vous vouliez dire?

        (c’est bon je me casse pas taper)

  9. Henri patta dit :

    je réponds au message du 5 janvier, de MB.

    Vous dites n ‘avoir jamais parle de fairplay et meme supreme hypocrisie, de l ‘actrice adzle Haenel. C ‘est totalement faux.
    Vous en avez parlé a plusieurs reprises , quand le sujet etait le césar de polanski.Vous aviez meme mis en doute la parole d ‘autres actrices qui accusaient de viol le ezalisateur, car il va sans dire que vous savez tout de l ‘histoires de ces femmes, bien calé dans votre fauteuil et vos certitudes de petit bourgeois(je réitere) ranci par la suffisance.

    A ce sujet chers blogueurs, petit bourgeois etait plus utilise dans le sens de mentalité que de classe. Si vous ne l ‘avez pas compris c ‘est que je me suis mal exprimé.

    Quand a toi MB, Mon Beauf, permet moi de te tutoyer, les gens de ton espece ne mérite pas le vouvoiement, sache que je travaille a l ‘étranger pour une ONG qui acceuille des enfants victimes de violences, de traumatistes divers et parfois de viols.
    En parlant de fairplay car oui sale petit menteur minable tu as bien utilisé ce terme au sujet de adele HAENEL, tu as craché a la gueule de tous ces gamins et gamines.
    Je te méprise, et si je te rencontre un jour , je ne crois pas etre tres fair play pour le coup.

    Messieurs je vous souhaite une bonne année cinematographique.
    Je ne participais plus a ce blog, je ne vous lirai plus dorénavant. Inutile donc de me répondre.

    Ps. Pour savoir qui de nous deux ment, faites une recherche si c ‘est possible, dans les commentaires de Mon Beauf.
    Et pour repondre au graphomane Rouxel, je travaille en thailande et je suppose que GILLES vit en france. Une comparaison de nos adresses I.P suffira a mettre fin a votre complotisme.

    • MB dit :

      HP: mais faites votre recherche vous-même! c’est vous qui accusez!

      • yves rouxel dit :

        A MB.Comment faire afin de relire d’anciens commentaires?Questions informatique je suis un peu largués,car avant apparaissait les anciens commentaires sur la page de présentation.Avez vous vu mercredi soir le documentaire consacré à Charlot sur arte il me semble bien?Plusieurs sorties dvd sont a signalé ici.Tout d’abord inédit en dvd(j’avais la vhs qui a rendu l’ame) »Forfaiture »de Marcel Lherbier avec un Louis Jouvet impérial au coté de Victor Francen,ensuite « the trap »western réalisé par un certain Norman Panama(chapeau l’artiste)avec Richard Widmarck et Lorne Greene bien avant la série tv »Bonanza ».Enfin je gardais le meilleur pour la fin avec trois opus signé par Robert Mulligan: »L’homme de bornéo », »Le roi des imposteurs »vu sur le petit écran il y a 30 ans au moins puis »Le rendez vous de septembre »avec Rock Hudson et la bella Gina Lolobrigida.En bonus des suppléments exclusifs proposés par le trublion Jean pierre Dionnet et une analyse des films par Nachiketas Wignesan!!!Le 23 février prochain dans toutes les bonnes cremeries de France et de Navarre.

        • MB dit :

          à Yves Rouxel: je ne réponds qu’à la question du début vous allez dans Archives en haut sous le calendrier et dans la liste déroulante vous cherchez la chronique qui vous intéresse: ce que j’ai fait en remontant à février 2020, mois d’avant les césars 2020, j’ai bien sûr épluché les zones « commentaires plus anciens » et « plus récents » de chaque page, page après page, jusqu’à la page d’aujourd’hui. Je n’ai rien trouvé qui touche à des propos que j’aurais tenu (ctrl+f « polanski » puis « haenel »), et qui sont effectivement stupides sur A Haenel, je ne comprends pas d’où sort le baratin de H Patta, et c’est le boulot qu’il aurait dû faire avant de me cracher dessus.
          Autant je comprends la haine de Gilles, car je l’ai attaqué, mais celle de HP mystère, ce type est un phénomène.

        • MB dit :

          à Y Rouxel
          « « the trap »western réalisé par un certain Norman Panama(chapeau l’artiste) »
          c’est malin
          remarquez: « nous ne tirons pas nôtre chapeau à Panama » (50 Ans) évidemment si les anciens donnent l’exemple…

          à Bertrand: j’avais été vraiment impressionné par TOUT CE QUE LE CIEL, l’attitude lâche des enfants et tout le côté social, je n’ai pas trouvé d’écho dans d’autres films de Sirk mais bien sûr il faut tout revoir.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A MB
          Si il y en a un autre en noir et blanc avec Stanwyck et McMurray. Et aussi un peu ECRIT SUR DU VENT et A SCANDAL IN PARIS mais dans l’ensemble même si l’on sent une ironie critique dans plusieurs soeuvres, c’est par la bande qu’elle évoque, parfois plus timidement que Stahl les problèmes sociaux ou raciaux

        • Mathieu dit :

          A Yves Rouxel:
          Je ne peux pas vous indiquer comment retrouver au bas de quelle chronique se retrouve tel commentaire et le moteur de recherche du blog ne concerne pas les commentaires, mais une fois que vous avez ouvert la page d’une chronique avec ses commentaires, il est facile de retrouver un mot, « Haenel » par exemple…
          En haut à droite de votre écran, si vous êtes sur Google Chrome, vous avez trois points, vous cliquez dessus, une fenêtre s’ouvre, là vous cliquez sur « rechercher… », là une petite fenêtre s’ouvre, dans laquelle vous tapez le mot que vous recherchez, et il apparaitra dans un cartouche jaune (orange pour le premier) chaque fois qu’il apparait dans le texte. En plus à droite de l’écran vous avez des petites bandes jaunes qui vous indiquent l’emplacement du mot en question dans la page, vous n’avez plus qu’à faire défiler le texte pour faire correspondre le petit carré gris qui vous indique votre position dans le texte et une de ces bandes jaunes. C’est pas clair? Essayez et ça le deviendra…

        • Mathieu dit :

          A Yves Rouxel:
          J’ajoute que l’emploi de ce dispositif de Google Chrome vous permettra de constater qu’il n’a été question de Mlle Haenel que dans les commentaires de la chronique de Février 2020, que MB n’a jamais écrit ce qu’on lui fait écrire et que Henri Patta aura rêvé et s’en prend donc à des moulins à vent…

        • DIDIER dit :

          j’avais été vraiment impressionné par TOUT CE QUE LE CIEL, l’attitude lâche des enfants et tout le côté social, je n’ai pas trouvé d’écho dans d’autres films de Sirk mais bien sûr il faut tout revoir.

          Martin,
          Outre « there’s always tomorrow » que je citais plus bas,souvenez-vous de la façon dont Sarah-Jane traite sa mère dans « imitation of life » ;évidemment contrairement aux autres jeunes bourges de DS ,elle a des circonstances atténuantes ,mais renier sa mère qui s’est saignée aux quatres veines pour vous, n’est-ce pas la pire des lâchetés?

        • MB dit :

          à Mathieu
          « J’ajoute que l’emploi de ce dispositif de Google Chrome vous permettra de constater qu’il n’a été question de Mlle Haenel que dans les commentaires de la chronique de Février 2020, que MB n’a jamais écrit ce qu’on lui fait écrire et que Henri Patta aura rêvé et s’en prend donc à des moulins à vent… »
          Ah! Enfin! merci cher Mathieu je suis pas le seul à le dire ça fait plaisir…

        • MB dit :

          à Bertrand
          c’est celui dont Damien parle: THERE’S ALWAYS TOMORROW/TOUT CE QUE LE CIEL PERMET, plein d’éditions Elephant, Eureka, Carlotta etc.

          je ne suis pas surpris par ce que vous dites sur Sirk, qui tempère un peu l’opinion générale. Je les ai presque tous vus et TOUT CE QUE LE CIEL PERMET m’avait seul frappé (la séquence où Wyman est invitée chez les copains de Hudson pouvait être complaisante elle ne l’est pas).

        • MB dit :

          à Didier
          « la façon dont Sarah-Jane traite sa mère dans « imitation of life » ;évidemment contrairement aux autres jeunes bourges de DS ,elle a des circonstances atténuantes ,mais renier sa mère qui s’est saignée aux quatres veines pour vous, n’est-ce pas la pire des lâchetés? »

          c’est de la circonstance TRES atténuante! c’est pas le même cas comme vous dites

          à propos des jeunes bourges de TOUT CE QUE LE CIEL ya quand même un truc qui me gêne: est-ce vraiment vraisemblable que des enfants se révèlent aussi médiocres? A moins d’avoir eu des parents médiocres? Or pas de signe que Jane Wyman ait été une mère pas à la hauteur QUOIQUE par contre le papa mort bien que non mentionné en souvenir (ou si?), il est possible qu’il ait masqué par sa brillance la silhouette effacée de la mère, qu’il soit resté très vif et prestigieux chez les enfants. Faudrait que je le revoie mais il me semble qu’il manque un peu de travail scénaristique au niveau psy là, pour justifier cette séquence (bon je l’ai vu ya 20 ans hein)
          Je relève surtout parmi les deux mioches une certaine mysoginie de la part de la fille y compris, la mère veuve qu’elle nous lâche hop! devant son poste et basta. Les veuves sont encombrantes, saules pleureurs irritants, les veufs, grands chênes debout face au chagrin, sont magnifiques. les mortes on les oublie, les morts on les loue. Mysoginie douce et sociale, j’ai vu ça dans ma vie.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A MB
          Tout d’abord, les deux enfants ne sont pas identiques et la jeune fille fait preuve de plus de sensibilité, d’émotion que son frère. Tardivement il est vrai et elle a cri ingénue et terrible : « il ne fallait pas nous croire ».Elle regrette ce qu’elle a fait, pas son frère qui lui souscrit à l’ogre établi en pensant faire le bien. Et puis, on voit bien et c’est L’UN DES MOTEURS du film qu’ils sont moins les enfants de leurs parents que de leur époque (le poste de TV en est un bon exemple et de la société dans laquelle ils baignent, ce monde de préjugés, de ragots ou triomphe l’ignorance, les rapports de classe, la domination de l’argent le refus de l’autre que l’on dissimule par des ventes de charité et des sermons. Avez vous remarqué l’absence de livres dans les appartements sauf celui de Wyman. Je trouve cela crédible. Ces enfants sont des éponges qui croient protéger leur mère et là je vous trouve trop affirmatif, trop péremptoire

        • MB dit :

          à Bertrand trop affirmatif? c’est plus des questions que je pose, et j’ai dit que le souvenir est lointain. D’ailleurs je vais le revoir.
          merci pour les précisions

        • DIDIER dit :

          Exact ,comme dans le roman , auquel le film de STAHL est plus fidèle .
          Vous soulignez ce côté réac dans la version Sirk dans laquelle tout ce à quoi Juanita Moore peut prétendre est un bel enterrement

          (content qu’on soit revenu au cinéma !)

        • DIDIER dit :

          A MATHIEU (bis)
          Gavin est meilleur dans A TIME TO LOVE AND A TIME TO DIE, justement parce que son personnage est beaucoup plus intéressant.

          On peut quand même rêver à ce que Monty Clift eût fait d’un tel personnage!
          par contre Lilo Pulver est un bon choix ,car germmanique :à noter qu’elle se double elle-même dans la VF !

        • MB dit :

          à Bertrand: les idées de distribution de AH sont en effet sensées et justes, ce qui vide de profondeur l’anecdote de sa trop fameuse phrase « les acteurs sont du bétail ». Grotesque! Mettons qu’il avait dit ça un gin de trop dans l’estomac, même si James Mason dit un jour que cette phrase avait un fond de vrai et ceci dit, dans NORTH BY NORTHWEST, Mason est un peu transparent. Mais quand les acteurs sont fâlots, le réal est souvent responsable.

          à Didier: je ne vois pas en quoi Rod taylor était si fâlot dans LES OISEAUX, il fait ce qu’il peut et s’en sort aussi bien que je ne sais qui mais quand en 64 un réal avec le passé et réputation de AH embauche un tout débutant au passé vierge venu d’Australie, donc Taylor, et que AH manifeste à son encontre une certaine antipathie (à ce que j’ai lu) le débutant ne va pas être bon comme on le voudrait, et encore une fois: il est loin d’être mauvais. Tippi Hedren à côté, me paraît oui, d’une banalité consternante, ne suscite jamais aucune émotion (heureusement qu’il y a Jessica Tandy dans ce film) elle ne s’impose que grâce à la mise en scène, et dans MARNIE ce sera pareil (mais elle a des circonstances atténuantes, comme Taylor).

        • Didier D dit :

          A M.Tavernier et à Mathieu

          En fait vous répondez à mathieu ;moi je me borne uniquement à Gavin dans « psycho » ;et c’est vrai ,que à part les détectives ,tous les personnages de « shadow » sont remarquables,mais avec deux principaux
          exceptionnels -Teresa Wright est pour moi le type même de la « fille d’à côté » ;Lila Kedrova est un atout important dans « torn curtain » où,contrairement à « shadow » ,les deux principaux ne sont pas hitchcockiens ;par contre je trouve que  » lifeboat » est inférieur à « seven waves away  » de Richard Sale dans un genre similaire .

          (vu « le tampon du capiston  » aujourd’hui ,vous en parliez si souvent! et j’ai appris ce que voulait dire le mot « tampon » dans ce sens précis)

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Didier D
          Teresa Wright est très souvent d’une très grande justesse des PLUS BELLES ANNÉES à PURSUED, THE MEN, MRS MINIVER. Et le Richard sale me semble très inférieur à LIFEBOAT qui touche à des sujets tabous à l’époque : le personnage du noir qui est surpris de pouvoir voter et refuse de participer à un lynchage, le fait que Garfield soit syndicaliste (Zanuck interdisait qu’on mentionne même le mot syndicat et Hitchcock a profité du fait qu’il était parti en Europe pour filmer ou superviser les scènes de batailles en Afrique du Nord avec Litvak,le personnage du nazi qui est le seul avec celui de 49ème Parallèle à échapper aux stéréotypes. Sans oublier les allusions aux camps de concentration (j’y ai pas de bons amis, lance Tallulah Bankhead), le suicide de la mère qui tue son enfant. Lisez l’analyse pénétrante de Pat McGilligan dans son Hitchcock qui cite de nombreux autres exemples où le code est ignoré. L’excellent scénariste Jo Swerling (un auteur progressiste qui travailla avec Capra) déclare qu’à 90% le mérite incombe à Hitchcock

        • DIDIER dit :

          A MARTIN

          Je n’ai jamais jugé TAYLOR dans « the birds  » vous confondez avec Matthieu ;moi ma préférée est Pleshette ,l’enseignante ex du héros-dont la mère castatrice a probablement brisé l »union .

          Ce que j’admire surtout dans ce film ,c’est la façon dont Hunter a réécrit la longue nouvelle (50 pages ) de du Maurier ,remplaçant la famille d’un ouvrier agricole anglais par des personnages on ne peut plus hitchcockiens (Tandy en particulier )

          La nouvelle ,facilement trouvable en français, est à lire ; la scène de la ferme en vient directement ;et durant ce qu’il faut bien appeler son confinement,Nat le père « se demanda combien de millions d’années d’expérience étaient accumulées dans ces petites cervelles ,derrière ces becs pointus ,les dotant aujourd’hui d’un tel instinct pour détruire l’humanité avec toute la précision des machines »;Hunter a respecté la fin ouverte de la nouvelle :une personne m’a téléphoné après avoir vu le film se plaignant : »mais il en manque un bout! »

        • DIDIER dit :

          A Martin,toujours à propos de la nouvelle « the birds »

          oublié de signaler que l’action se déroulant en GB ,les allusions à la guerre aérienne sont fréquentes :Nat est un ancien combattant ,blessé de guerre et pensionné .
          « les avions les auront !  » (johnny le fils)
          « l’Amérique ne va pas faire quelque chose? dit sa femme .Ce sont nos alliés tout de même! »

        • Ballantrae dit :

          Je ne connais aucun de ces 3 films de Mulligan. Celui dont j’aimerais aussi avoir un dvd c’est Nickel ride qui est vraiment très étrange et marquant avec son atmosphère onirique et presque fantastique. Un peu comme si Mulligan retrouvait son sens du mystère déployé dans le western ( L’homme sauvage) l’americana ( The other) cette fois dans le polar.

        • MB dit :

          à Didier
          TAYLOR/THE BIRDS/PLESHETTE/TANDY/DIDIER/MATHIEU ma tête ma pauvre tête… désolé j’ai le virus du blog (blogus ordinaris n°666) je suis d’accord sur Pleshette qui est inoubliable, ah on peut rêver… si Alfred avait désiré Pleshette à la place de Hedren on aurait gagné au change. Et en effet la fin ouverte est originale.

        • DIDIER D dit :

          A MARTIN

          AH embauche un tout débutant au passé vierge venu d’Australie, donc Taylor,

          Il était aussi débutant que Susan Kohner dans « imitation of life »!
          il avait beaucoup tourné à la TV ,notamment dans la seconde version de « shadow of a doubt » ,le rôle du policier ;inutile de dire que « step down to terror  » ,ce remake ,est à des années-lumières de la version 52.
          Au cinéma ,un petit rôle dans « giant » ,un second rôle dans « the raintree county » et le rôle principal dans « time machine  » ,le très bon film de George Pal qui surclasse le remake de 2002.

          Et la voix de Pongo dans « 101 dalmatians »!

        • MB dit :

          à Didier
          J’étais sur le point de vous mettre un message sur LES OISEAUX pour étaler ma science et rappeler que c’était Ub Iwerks, l’animateur de Disney qui avait dessiné la 1ère mouette qui surgit en plongée au début de l’attaque sur Bodega Bay et je vérifie en cherchant sur le film de Laurent Bouzereau et non, c’est une vraie mouette, Iwerks a dessiné les faux oiseaux du générique, faut toujours vérifier. Par contre du coup, j’ai vu un truc que j’avais oublié: à la fin, quand ils sortent de la maison, Rod Taylor ouvre une porte qui n’existe pas! C’est filmé comme si le spectateur était avec les personnages: on ne voit pas la porte s’ouvrir de l’extérieur de la maison et la caméra est face à Taylor et ben si la porte existait ce serait impossible à filmer en plan fixe comme ça l’est là, il n’y a pas assez de place pour la caméra entre Taylor et la porte et ça devrait choquer le spectateur. Il faut voir que là l’importance de la lumière intervient car elle vient de l’extérieur (il fait nuit avec clair de lune), et la lumière balayant de droite à gauche sur les personnages suggère l’ouverture de la porte inexistante qui existe, on devrait se dire « lumière ou pas, où est la porte? » mais comme on est ébloui par l’élément essentiel du cinéma qui est la lumière ou son manque on l’accepte et ça marche (suspension d’incrédulité dit-on). C’est une porte de lumière comme vous aimez la poésie. Ya pas de porte mais Rod Taylor ouvre la porte c’est comme ça. Ca me fait penser à certaines expériences surréalistes comme les objets impossibles de Carelman (entre autres). Sacré Hitch!

        • MB dit :

          à Didier
          ROD TAYLOR
          je dis pas ailleurs qu’il faut tout vérifier? et là j’ai pas vérifié! dû confondre avec quel autre, mystère! Vous avez raison il a débuté en 51 damn que je sois maudit

        • MB dit :

          à Bertrand
          ayant revu TOUT CE QUE LE CIEL après vos critiques de mon approche, selon vous péremptoire, je mets la médiocrité des enfants (du garçon bien plus que la fille c’est vrai) sur le compte d’une Wyman qui toute sa vie est restée une femme effacée et soumise, qui s’est toujours inclinée devant l’ordre établi: son mari et sa classe sociale, c’est ainsi qu’elle a formé ses enfants et qu’une fois veuve, ceux-ci (le garçon principalement qui est une petite teigne) s’attend à ce qu’elle garde ce rôle. Il a toujours vu sa mère douce et complaisante et cet ordre établi l’a formé à désirer continuer à la voir ainsi: de plus -et c’est pour ça que c’est le garçon plus que la fille plus compréhensive- de par son sexe il croit de son devoir de s’investir du rôle du père disparu, du nouveau chef de famille: il lui prend de manifester une autorité mâle vis à vis de sa mère (j’ai déjà observé ce phénomène dans la vie de la part d’une connaissance vis à vis de sa mère veuve).
          Ceci m’est apparu par l’éclairage tardif du docteur, qui dit à Wyman: « vous ne suivez pas votre voie, vous n’écoutez pas vos désirs personnels » (sous-entendu comme elle l’a fait toute sa vie.
          Du coup, je comprends mieux qu’une soumission sociale de Wyman depuis toujours ait fait l’éducation du garçon à accepter et approuver le rôle social inférieur de la femme dans la société. C’est donc elle qui est responsable, j’avais raison.
          Cet éclairage du docteur dans une petite scène que j’avais oubliée avait dû quand même m’influencer et je retire ma critique sur la lacune de psychologie du scénario mais pas pour la même raison que vous!
          Quand vous dites « qu’ils sont moins les enfants de leurs parents que de leur époque « , comme explication je n’achète pas: les enfants sont toujours plus les enfants de leurs parents que de leur époque alors disons: dans un milieu familial stable comme celui du film (milieu stable qui peut générer beaucoup de mal bien que stable la preuve avec ce fiston épouvantable).

        • MB dit :

          TOUT CE QUE LE CIEL
           » Avez vous remarqué l’absence de livres dans les appartements sauf celui de Wyman.  »
          à Bertrand: non il n’y a que UN livre chez Wyman, celui qui est sur sa table de chevet, que sa fille s’étonne qu’elle puisse le lire, le titre n’est pas précisé. « Walden » de Thoreau est le seul autre livre, qu’elle trouve chez l’ami de Rock Hudson et en lit qqs lignes.
          Précision si ça vous intéresse: je me suis trompé sur le docteur: il s’en tient à engager Wyman à épouser Ron, pas de réflexion sur son rôle passé de femme mariée, disons que c’est suggéré.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A MB
          Il n’y a pas une bibliothèque avec des livres à droite ?

        • MB dit :

          Affaire non classée DS/2783/TOUT CE QUE LE CIEL
          à Bertrand
          Parfaitement « neat, clean, shaved and sober » comme Philip Marlowe, j’ai revu tout le film en vitesse x2 et maintiens mon inventaire: 1 seul livre chez Wyman.
          Je m’étonne sur la discrètion sirkienne qui fait qu’on ne sait jamais quel est le livre sur la table de chevet de Wyman et qui provoque de la part de sa fille un surpris « Hein? Mais tu lis ça, toi?! »
          PS: je voudrais que ça soit On The Road/Kerouac mais c’est deux ans trop tôt!

        • Mathieu dit :

          A MB:
          « Quand vous dites « qu’ils sont moins les enfants de leurs parents que de leur époque « , comme explication je n’achète pas », moi j’achète, d’autant que c’est exactement ce que j’ai pensé avant de le voir écrit par Bertrand. Je vois le film, et aussi d’autres de Sirk, aussi comme une peinture critique de l’amérique des années 50, de l’Amérique d’Eisenhower, de l’embourgeoisement, de la course individuelle à l’enrichissement et au confort matériel, époque aussi de la chasse aux sorcières, du backlash réactionnaire après les années de Roosevelt et du New Deal, Amérique terriblement conformiste et provinciale, ce qui transparait dans le cinéma Américain de l’époque, soit parce qu’il reflète ce même conformisme et cette même vulgarité, soit plus rarement quand il en fait la satire (déjà en 1949 Mankiewicz dans A LETTER TO THREE WIVES, Wilder dans la plupart de ses films de l’époque).
          Pour ce qui est de Walden, je ne sais pas ce qu’aurait pensé Thoreau du personnage de Rock Hudson dans le film, Thoreau dont le mode de vie était nettement plus spartiate…

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Mathieu
          Et qui militait pour abolir l’esclavage

        • MB dit :

          à Mathieu
          vous savez ça se retourne comme un gant: ces enfants ont justement été élevés dans l’atmosphère familiale conservatrice en accord (découlant de si on veut) avec l’atmosphère sociale conservatrice dont vous situez très bien le contexte de réaction aux années Roosevelt, votre avis contraire au mien m’apparaît en fait parallèle, il élargit surtout le contexte. Les parents sont responsables de l’influence qu’ils ont exercé sur leurs enfants, la formation de leur caractère par l’époque ça se produit à l’adolescence et l’âge adulte . Le fiston du film, jeune adulte, s’oppose à sa mère par obédience au couple que ses parents formaient (rôle de la femme, valeurs patriarcales etc.), le couple brisé par le veuvage il doit le maintenir au moins par le souvenir du père. Fondamentalement, les enfants viennent de leurs parents et sont influencés par les mêmes valeurs (au point même de les traiter par la réaction: un R.N. enfant de babas-cools ça existe). Ca y est je vais en venir au point que les deux, influence sociale et familiale, se fondent, ça m’agace ça, j’aurais bien vu une petite contradiction entre les deux visions!

      • DIDIER dit :

        . Les veuves sont encombrantes, saules pleureurs irritants,
        Belle image poétique Martin

        mais dans le monde du mélodrame,fût-il flamboyant ,on nous montre souvent la femme seule prendre son destin en main: dans « imitation of life » (Colbert dans la crêpe,Turner dans le théâtre );la mère célibataire n’est pas en reste (« to each his own  » :De Havilland fait fortune dans les produits de beauté, »only yesterday « :Sullavan réussit socialement et envoie son fils dans une école militaire prestigieuse.)

        Dans « there’s always tomorrow  » déjà cité pour l’égoïsme des enfants (là encore beaucoup plus le fils que les deux filles) , Stanwyck a su préserver son indépendance totale des hommes tout en réussissant socialement.

        Il faut à la femme deux fois plus de courage qu’à un homme pour faire moitié moins de chemin (Fannie Hurst ,auteur de « imitation of life » et de -exemple de la maîtresse qui laisse passer toutes les occasions pour l’amour de son amant et finit mal- « back street « .)

        • Bertrand Tavernier dit :

          A DIDIER
          A ce propos, dans la première version d’IMITATION, Claudette Colbert s’associe avec la mère de Sarah Jane et lui donne un fort pourcentage sur les recettes, ce que l’on ne trouve pas dans la seconde version où elle continue un boulot de servante

        • MB dit :

          à Didier
          oui les héroïnes courageuses sont nombreuses, je pense à SPARROWS tout d’un coup où Pickford sauve un groupe d’enfants (avec l’aide de Dieu: « eh Dieu désolée de te déranger encore mais on a besoin de toi! »)mais ne trouvez-pas que la femme souffrante soit une figure un peu trop complaisante, le mythe de Jeanne d’Arc, son exploitation romanesque du moins n’est-elle pas un peu complaisante, issue de cinéastes hommes dont là, la bienveillance est douteuse: la dénonciation de la souffrance de la femme peut-être féministe ET doucement mysogine jusqu’à LA VIE RÊVEE DES ANGES de Zonca dont la conclusion me contrarie. On peut arguer qu’elle est réaliste. Quand une femme est décrite en vraie héroïne qui gagne sans s’abîmer dans les larmes, c’est l’oeuvre d’une autre femme (LA FILLE DE BREST). Le remake intelligent et sensible de MILDRED PIERCE ne tombe pas dans ce travers, Todd Haynes montre la position sociale défavorable de la femme, la montre souffrir à tenter de s’en sortir, la montre tomber pour son malheur dans la romance grâce à un homme, MAIS enfin dépasser celà, et c’est ce qui sort le film de cette bienveillance que je veux qualifier de mysogine: le happy-end me paraît là intéressant, de plus Haynes a réussi à bien marquer son film socialement par quantité de détails évidents mais qui ne paraissent pas plaqués, bref un chef d’oeuvre. Haynes est LE cinéaste américain dont il faut guetter la moindre occurence par ailleurs.

        • Mathieu dit :

          A Propos de IMITATION OF LIFE version Sirk, je ne suis pas d’accord avec l’analyse que 50 ANS en fait:
          « La « critique sociale » de Sirk … se ramène à une philosophie, assez réactionnaire, d’acceptation et de résignation (le modèle d’acceptation que fournit le film est le personnage de la mère de Sarah Jane, domestique dévouée comme un chien à sa maitresse et qui, de toute sa vie, ne caresse d’autre rêve que celui d’avoir un bel enterrement ; or ce personnage totalement aliéné… est présenté comme édifiant, tandis que Sirk condamne la révolte de sa fille. »
          Pour moi Sirk ne condamne pas la révolte de Sarah Jane, il montre qu’elle est illusoire dans la société raciste des Etats-Unis.
          La mère de Sarah Jane dit à celle-ci qu’il ne faut jamais avoir honte de ce que l’on est. Qu’y a-t-il de réactionnaire là-dedans ?
          Elle sait que sa fille en se faisant passer pour blanche va au-devant de douloureuses humiliations. La réponse à ceux qui objecteraient que Sarah Jane a raison après tout de vouloir se faire passer pour blanche pour échapper à sa condition se trouve dans PINKY, le film de Kazan, où Jeanne Crain a un fiancé médecin, du Nord, qui sait qu’elle est noire, veut se marier avec elle, mais quand elle comprend qu’il va demander un poste dans le Colorado, c’est à dire très loin de chez lui, de ses parents, de ses amis, de ses relations, elle comprend qu’il a l’intention de cacher au reste du monde qu’elle est noire, et elle refuse.
          La mère de Sarah Jane n’est pas pour moi aliénée, à moins de considérer la foi dans une transcendance ou l’appartenance à une communauté comme de l’aliénation (pour moi ça serait plutôt l’atomisation sociale et l’illusion individualiste et narcissique qui serait des signes d’aliénation). Ses funérailles à la fin sont l’expression de son identité, de son appartenance à une communauté (communauté formée autour de la foi et de l’espérance, comme toutes les communautés qui doivent affronter l’adversité), pour moi l’aliénation, la vanité, l’imitation de la vie, c’est l’ambition individualiste que poursuit Lana Turner et qui la rend insensible à ce qui se passe autour d’elle.

          Pour moi une des scènes importantes du film est quand la mère de Sarah Jane (Juanita Moore) parle de ses funérailles à Lana Turner :
          -J’ai fait la liste de tous mes amis.
          (Lana Turner) : -Vous avez tant d’amis ? personne ne vient vous voir…
          -J’ai beaucoup d’amis, j’appartiens à l’église baptiste et suis membre de plusieurs loges.
          -Je l’ignorais…
          -Vous ne m’avez jamais demandé…

          Plus tard, à la fin du film,la mère de Sarah Jane, sur son lit de mort, parlant de ses funérailles, dit : je ne veux pas de chagrin, mais de la fierté. Où est l’aliénation ?
          Après tout, beaucoup de mouvements d’émancipation passent par l’affirmation d’une fierté, les noirs aux USA, les homosexuels, etc…

        • Damien D. dit :

          A Mathieu : Dans 50 ans, l’aliénation dont parle Bertrand et Jean-Pierre Coursodon ne serait-elle pas plutôt « professionnelle » ou de « classe » ? En effet dans le film de Sirk Juanita Moore travaille pour Turner sans que l’on sache vraiment si elle est payée ou pas (il semble que non : elle est entièrement dévouée à cette famille) : au contraire du premier film de Stalh où elle s’émancipe de sa patronne en créant sa propre entreprise. C’est dans ce sens que j’ai pris la critique de « 50 ans »…

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Damien D

          C’est cela

        • DIDIER dit :

          A Mathieu

          DS exprime une vision proche de la vôtre:

          les mots entre crochets sont des commentaires personnels et ne figurent pas dans le texte du livre.

          « dans la version de Stahl, la blanche et la noire [je me refuse à traduire le mot employé dans le texte original,ceci pour tout le texte ] sont associées dans une affaire de pancakes florissante ,ce qui enlève toute signification sociale à la situation sociale des noirs ;cela aurait été peut-être ok pour l’époque de Stahl ,mais de nos jours ,une femme noire devenue riche pourrait (mot en italiques) acheter une maison ,ce qui la rendrait moins dépendante de la femme blanche ,un fait qui rend l’attitude de la fille moins compréhensible .Alors j’ai modifié l’axe du film et fait de la noire une servante ,avec peu de choses qu’elle peut faire siennes (….)[ceci] explique plus l’attitude de la fille .(…..)

          L’imitation de la vie n’est pas la vie réelle (….) Kohner choisit l’imitation de la vie au lieu d’être noire .Le film est une critique sociale ,à la fois des blancs et des noirs . On ne peut pas échapper à ce qu’on est(….) « imitation of life » est un film d’avant l’époque du slogan « black is beautiful » [ et des droits civiques des années 60; voir  » far from Heaven  » film déjà cité par un usager ]
          (….)
          [DS imagine l’après -film ]  » Lana oubliera sa fille de nouveau et retournera à son théâtre , Gavin se trouvera une autre femme [une femme au foyer];Kohner retournera à son monde d’évasion du vaudeville [en Français dans le texte].Sandra Dee épousera un type bien. »

          (….)Susan Kohner ,qui faisait ses tout débuts dans le cinéma [c’est faux ,elle avait déjà joué notamment dans le beau western de Daves « the last wagon » ]passe en avant, reléguant dans l’ombre Turner et Gavin « [mon opinion aussi,surtout pour le second]

          source:Jon HALLIDAY , »Sirk on Sirk ».

          « le film ne fut pas bien reçu par la presse de 59(….) finalement il fut rejeté pour s’être concentré sur des « questions féminines » ,pour son sujet que TIME appelait « le problème de la femme carriériste » [ce qui rejoint ce que bat en brèche BT dans sa critique justifiée du personnage de Gavin]

          source: Lucy Fisher « imitation of life  » ,DS ,director » ,le livre le plus complet que l’on peut trouver sur le sujet.

          Dans la saison cinématographique 59 ,tout en reconnaissant des qualités au film,un critique parle d' »un infect calcul » ,car exploitant la vie privée de Turner -[l’affaire Stompanato date de l’année précédente;la rivalité Turner/Dee nous semble bien insignifiante ,cependant)]

        • Bertrand Tavernier dit :

          A DIDIER
          Certains mouvements noirs ont émis le même genre de critique à l’égard de la version de Sirk. A l’époque de Stahl,pas de Martin Luther King, de luttes pour les droits civiques, ce qui rend plus forte l’attitude de Colbert. Et puis il faut reconnaître que Claudette Colbert est bien meilleure que Lana Turner et qu’elle complexifie son personnage. John Gavin est plutôt falot ici

        • Mathieu dit :

          A Didier:
          Merci pour cette réponse. Je n’ai pas lu le livre interview de Jon Halliday malheureusement épuisé et introuvable dans ma médiathèque.
          Je suis d’accord avec Bertrand que Claudette Colbert est beaucoup plus intéressante dans le film de Stahl, d’abord parce que c’est une meilleure actrice, ensuite parce que son rôle est plus riche. Sirk ne s’intéresse pas pas au personnage joué par Lana Turner ni par celui de John Gavin, deux acteurs que par ailleurs je n’aime pas beaucoup, même s’il faut reconnaitre que Gavin est meilleur dans A TIME TO LOVE AND A TIME TO DIE, justement parce que son personnage est beaucoup plus intéressant. Turner et Gavin n’intéressent pas Sirk, un peu comme un certain nombre de personnages masculins « gentils » n’intéressent pas Hitchcock dans toute une série de films, centrés sur une jeune femme auquel le spectateur s’identifie, et un personnage de « méchant » masculin, et où le personnage du « gentil » n’a qu’un rôle fonctionnel mais est dénué d’épaisseur, et souvent joué par des acteurs peu enthousiasmants: justement Gavin dans PSYCHO, Rod Taylor dans THE BIRDS, Robert Cummings dans DIAL M FOR MURDER, Robert Newton dans JAMAICA INN, les policiers dans SABOTAGE, SHADOW OF A DOUBT.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Mathieu
          Vous parlez de l’édition anglaise ou française ?

        • DIDIER dit :

          A MATTHIEU

          . Sirk ne s’intéresse pas pas au personnage joué par Lana Turner ni par celui de John Gavin

          c’est la même chose pour « written on the wind  » où ce sont surtout les personnages de Dorothy Malone et de Robert Stack qui (nous aussi)intéressent le directeur.

          Pour Hitchcock ,quand les deux principaux sont joués par de grands acteurs (Cotten et Wright dans « shadow of a doubt »)on est au top du top!Avouez aussi que Perkins est si génial dans « psycho  » qu’on se souvient à peine de Gavin !

          Revenons chez nous : à propos de « hôtel du nord » Arletty disait  » Le Jouvet et moi ,on a tourné 8 jours ,Annabella et Aumont ont tourné 2 mois ,et de qui se souvient-on aujourd’hui? »

        • Bertrand Tavernier dit :

          A DIDIER
          Mais on se souvient de Janet Leigh et du détective privé. Moi j’inverserai plutôt le jugement. Les films d’Hitchcock regorgent d’idées de distribution surprenantes, Madame Konstantin dans NOTORIOUS sans oublier Claude Rains et le couple Grant/Bergman, la mère de Robert Walker dans STRANGER encore plus cinglée que son fils, la plupart des acteurs secondaires dans SHADOW, FENETRE SUR COUR, la distribution entière de LIFEBOAT. Et la plupart de ses films anglais surtout les 39 MARCHES et UNE FEMME DISPARAIT contiennent une galerie de personnages inoubliables à commencer par Charters et Cladicott. Hitchcock était trop sévère pour SABOTEUR. Robert Cummings et Priscilla Lane apportent une énergie, une jeunesse typiquement américaine qui lui permettent de se renouveler et Otto Kruger brosse un des meilleurs portraits de méchant

        • Mathieu dit :

          A Bertrand:
          L’édition anglaise est épuisée depuis longtemps apparemment, les vendeurs en ligne habituels ne proposent l’édition française qu’en occasion, mais après vérification sur le site des Cahiers il est encore disponible.

        • Mathieu dit :

          A Bertrand:
          Hitchcock dans ses entretiens avec Truffaut est sévère avec certains acteurs quand ils n’étaient pas son premier choix. Sévère avec Joel McCrea dans FOREIGN CORRESPONDANT (il voulait Gary Cooper), avec Ann Baxter dans I CONFESS (il voulait Anita Björk), sévère avec Otto Kruger dans Saboteur (il voulait Harry Carey Sr., choix assez étrange) or je les trouve tous les trois excellents. A propos de SABOTEUR, l’autre méchant du film, Norman Lloyd, est aux dernières nouvelles toujours en vie à l’âge de 106 ans.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Mathieu
          Et quel conteur ! Quel esprit brillant. On trouve un livre d’entretiens dans the oral history publié sous l’égide de la DGA. Il adorait Renoir
          parle très bien du Milestone de walk in the sun, déclare que menacé d’être blacklisté, il fut sauvé par Hitch qui en fit son producteur associé sur son émission de TV, lui confia la mise en scène de plusieurs épisodes

        • DIDIER dit :

          A mathieu

          il n’était pas content de Farley Granger pour « strangers » il aurait voulu quelqu’un de plus fort comme Gregory Peck ;le côté plus fragile de Granger sert à merveille « rope » par contre.

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Henri Patta
      Toutes les opinions sont admises ici sauf les insultes. On peut dire la même chose sans utiliser un vocabulaire qui renvoie à la pire des époques ou le terme petit bourgeois renvoyait à une mentalité tout comme vipère lubrique

      • Pierre dit :

        Ce message de Henri Patta est épouvantable, d’une violence menaçante très pénible à lire. Sans parler du fond, qui est idiot. En tant que de besoin, je soutiens évidemment MB. C’est très désagréable de faire l’objet de menaces, même si heureusement on sait qu’elles ne pourront pas être mises à exécution.

        J’aime bien la vision du monde de Henri Patta. D’un coté il y a les gentils, lui essentiellement, qui connaissent la vie, travaillent à aider les enfants malade et applaudissent Adele Haenel. Ils ont tout compris. Et de l’autre il y a les affreux, MB et les autres (au sein desquels je tiens à me placer), des bourgeois qui crachent sur les enfants qui se font agresser (et oui, on est comme ça, nous), et qui ne sont pas gentils avec Adele Haenel (l’un va semble-t-il avec l’autre).

        J’envie presque les gens pour qui la vie est aussi simple.

      • MB dit :

        à Pierre: merci.
        à A Angel: on règlera ça plus tard

        (quand je pense que j’ai fait tatouer « barranKa » quel con)

        • yves rouxel dit :

          A MB et Mathieu.Merci à vous pour les infos techniques afin de retrouver ces commentaires sur Adele Haenel.Henri patta et consort sont vraiment des phénomènes dans leurs catégories.

    • Alexandre Angel dit :

      A Henri Patta
      Si vous vous voulez casser la gueule de MB, je peux vous le décrire.
      Il a une très grosse moustache, les cheveux coupés en brosse, un tout petit nez et un tatouage sur l’avant-bras gauche : « Calling Barranca ».
      Je vous en prie.

    • MB dit :

      à HP: inutile de vous répondre? je vais me gêner ce serait trop facile (vous reviendrez bien sûr), j’ai fait un retour en arrière sur les commentaires du blog à partir de l’époque des césars en février 2020 et je ne retrouve rien sur Haenel sur laquelle j’aurais écrit ce commentaire stupide, vous confondez donc avec je ne sais quoi et vous braquez sur moi bien caché derrière votre clavier, vérifiez vos sources et arrêtez la frime (vous êtes de la France d’en bas ou d’en haut on s’en fout ici on s’occupe pas des origines de chacun on parle ciné).

    • Antoine dit :

      Serait-il possible de supprimer les commentaires stériles et qui ne parlent pas de cinema. Ce blog était très agréable à lire mais là franchement les réflexions de certains ici n’ont rien à y faire. Merci et retour aux films. Merci à vous Monsieur Tavernier pour vos éclairages toujours passionnants.

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Antoine
        merci et en effet revenons aux films et oublions cela et en attendant qu’on poste le nouveau blog, je voudrais signaler l’émotion si forte que j’ai ressentie devant TOUT CE QUE LE CIEL PERMET qui sous les dehors d’un mélodrame policé dissèque les travers de la société américaine, ses préjugés, ses oeillères, son conformisme. L’égoïsme des enfants est évoqué avec une acuité tranchante. La scène où son fils lui offre un poste de télévision (une obsession partagée par toute la communauté et qui en dit tant) avec le vendeur déclarant que cela donne un accès à toutes les émotions du monde et la caméra recadre l’écran où se reflète le visage de Jane Wyman.L’utilisation des couleurs est magistrale et la dernière scène est inoubliable

        • Ballantrae dit :

          Presque mon préféré ( celui qui à chaque revisionnage me renverse c’est Imitation of life avec sa fin terrible) de Douglas Sirk par sa force émotionnelle plus rentrée comme pour sa dimension plastique effectivement brillante. Les scènes de nature et de jardin donnent à ressentir le passage du temps mais aussi à esquisser la possibilité d’un Eden dans la lignée de Walden. Le couple croit pouvoir vivre cette seconde chance mais c’est effectivement sans compter sans l’horrible égoïsme épris de respectabilité des enfants.
          Jane Wyman est fabuleuse et Hudson absolument remarquable.
          Du travail d’orfevre.
          Loin du Paradis de Todd Haynes propose une relecture stimulante de ce film jusque dans l’utilisation expressive de la couleur. Pas un simple remake ( type le vain Psycho de Gus Van Sant) mais bien une réflexion qui s’incarne.
          Tous les autres s’appellent Ali de Fassbinder allait aussi dans ce sens d’une relecture du chef d’oeuvre de Sirk sur un versant contemporain au contraire de Haynes qui revenait vers les 50′ en rajoutant deux éléments pour penser l’intolérance: la couleur de  » l’amant » , la présence du mari ( l’héroïne n’est plus veuve) masquant son homosexualité…quitte à charger un peu la barque mais cela fonctionne.
          Haynes est un cinéaste passionnant par son éclectisme et ce fait d’armes en annonce d’autres: l’adaptation en mini série de Mildred Pierce, le superbe Carol, Le musée des merveilles ( adaptation exemplaire et plastiquement brillante d’un roman pour la jeunesse) et le récent Dark waters exemple de film-dossier atteignant la force des fictions parano de Pakula.
          La force inspirante de Sirk plus secrète que celle d’un Hitchcock n’en demeure pas moins passionnante.

        • DIDIER D dit :

          son fils lui offre un poste de télévision (une obsession partagée par toute la communauté et qui en dit tant)

          Le reflet de Jane Wyman sur son écran ,seule dans son salon, est de ces images qu’on n’oublie pas.

          On retrouve cet égoïsme des rejetons dans « there’s always tomorrow » (« demain est un autre jour » ),le film qui suit -hasard?- « all that heaven allows » .

          Le fils n’ est intéressé que par ses études et sa petite amie;peu importe si la vie de papa est devenue comparable à celle de ses robots jouets (qui jouent « blue moon » ,un standard de la solitude) qu’il vend et qui assurent à cet enfant gâté une vie confortable.

        • Damien D. dit :

          Un très très grand Sirk en effet qu’il faut revoir avec le dvd carlotta où les couleurs voulues par Russel Metty sont plus conformes que la copie proposée par le blu Ray Elephant films : un comble ! Ajoutons l’éclairage indispensable par Jean-Loup Bourget et Pierre Berthomieu dans les bonus, l’influence énorme que ce film à eu sur Fassbinder avec TOUS LES AUTRES S’APPELLENT ALI et sur le cinéma de Todd Haynes. Finalement TOUT CE QUE LE CIEL PERMET n’a pas vieilli et reste une charge vibrante sur les travers de la société de consommation et sur le conformisme…
          Dans la même émotion revoyez aussi ces films que vous connaisez déjà que sont LE TEMPS D’AIMER ET LE TEMPS DE MOURIR et DEMAIN EST UN AUTRE JOUR. Ce dernier en noir et blanc présentait une histoire toute simple qui m’avait particulièrement touché : Fred McMurray y était incroyablement juste tout comme Barbara Stanwyck… Sirk dans ses meilleurs mélodrames arrivait à tirer du mieux qu’il pouvait le meilleur des acteurs d’Universal (Rock Hudson et John Gavin n’ont jamais été aussi bons sous sa direction) et toutes les nuances du mélodrame y étaient développées (du flamboyant et baroque ÉCRIT SUR DU VENT au discret et émouvant DEMAIN EST UN AUTRE JOUR) : tout Sirk est à découvrir et à revoir….

        • DIDIER D dit :

          à Damien D

          pour Rock Hudson j ‘ ajouterais « seconds  » (« l’opération diabolique ») de Frankenheimer où il cherche vraiment à se renouveler pleinement ,même si le public de l’époque n’a pas suivi.

    • yves rouxel dit :

      A henri patta. »Mon beauf »est une chanson de Renaud Séchan parue sur un album que j’aime bien avec aussi « Dans mon hlm » »germaine ».Et pattati et pattata,voilà la gramophologue vous salut de France et vous souhaite le meilleur pour 2021.

  10. Pascal MINETTE dit :

    A Noël, on m’a offert JOHN FORD ET LES INDIENS d’Arnaud Balvay.
    Impossible de le retrouver ici .
    Ai-je rêvé qu’il figurait dans une Chronique ?
    Le moteur de recherche du blog n’est pas vraiment fiable, n’est-ce pas ?
    Si quelqu’un peut m’aiguiller…
    Mr Tavernier, merci du petit mot que vous avez eu pour moi.

    • MB dit :

      Il ne figure pas dans les chroniques en effet, quelqu’un l’a lu?

      • Pascal MINETTE dit :

        Ben, moi, maintenant mais je ne vais pas en parler tout seul.
        Ce que je peux dire, c’est que les fans de Ford vont faire un pas en avant: avant, ils connaissaient jusqu’au nom des petits rôles; avec ce bouquin, ils pourront donner le nom des Indiens.

  11. yves rouxel dit :

    Ne pas le mettre dans l’eau,ni l’exposer à la lumière.Et surtout,ne jamais le nourrir après minuit.Pour ne pas avoir suivi ces preceptes avec son mogwai,le jeune Billy va déclencher un déluge de catastrophes dans la petite ville tranquille de Kingston falls.En ce réveillon de noel,la bourgade va vite apprendre à ses dépens que cette gentille bestiole dénichée par le père de l’adolescent représente »beaucoup de responsabilité ».Alors qu’un brocanteur de Chinatown refuse de le vendre,connaissant le potentiel explosif de la boule de poils,son neveu,appaté par deux billets de 100 dollars,le cedera sous le manteau.Sans en mesurer les conséquences.Si cette comédie horrifique de 1984,pour petits et grands,fut un succès retentissant,les aventures de la descendance dégénérée de Gizmo,le mogwai mignon,se révèlent bien plus piquantes que la vitrine divertissante.Le manteau blanc qui recouvre la cité va petit à petit fondre,laissant apparaitre les pires travers des contemporains.Dans un pub diffusant un match de hockey sur glace,les facétieux Gremlins se transforment en alcooliques notoires,en fans de Flashdance,chaussettes d’aérobic roses comprises,ou en joueurs de jeux vidéo compulsifs.Une visqion des excés de la pop culture,avec au passage un coup de griffe au consumérisme effréné.La scène du magasin débordant de jouets donne lieu à de savoureux moments:au volant d’une voiture téléguidée,Gizmo se lance dans une course poursuite,pendant que Stripe,le caid punk de la bande,essaie de tronçonner Billy.Entree l’inquiétant bazar engendré par les monstres,les inventions ratées du père de l’adolescent dont ce »copain salle de bains »,kit de toilette foutraque,le réalisateur Joe Dante(auteur de Piranhas,entre autres),assemble un bric à brac de l’Amérique des années 1980.Un miroir grotesque de l’époque reaganienne ou un certain Donald Trump figurait comme modèle de réussite.Un des rares personnages qui finit mal est d’ailleurs la richissime et acariatre entrepreneuse,Mrs Deagle.Propulsée par un monte-escaliers trafiqué en fusée,la doyenne atterira fatalement le nez dans la poudreuse.Retour de baton?en sortant d’un bar,la veille,un conducteur de chasse-neige aviné déplorait justement que celle çi ferme son usine.Poil à gratter du libéralisme ambiant,lutins visqueux et diaboliques jouissant du sabotage des festivités,les Gremlins servent de repoussoir sympathique pour célébrer le retour à des valeurs simples.Si le producteur du film Steven Spielbergh,a adouci le scénario initial de Chris Colombus(futur réalisateur de »Maman,j’ai raté l’avion!),en préservant notamment le personnage de Gizmo,les stéréotypes americains prennent également du plom dans l’aile.La mère de Billy,ménagère rivée a sa cuisine,se gtransforme en redoutable chasseuse de bestioles armée d’une poèle et d’un mixeur.Le farce bon enfant saupoudre aussi quelques flocons cinéphiliques.Dans une salle de projection,les énergumènes ricanent en dévorant des pop-corn devant Blanche neige et les sept nains.Mais les écrans de télévision diffusent aussi bien Les invasions des profanateurs de sépultures,de Don Siegel,qu’Orphée,de Jean Cocteau.L’extrait de La vie est belle de Frank Capra,achève de placer les Gremlins dans la lignée des contes moraux de noel.A l’heure ou un troisième volet est en discussion ,les marionnettes créées par Chris Walas pourraient faire leur grand retour.Mais sans images de synthèse pour conserver la magie vintage.Emballée dans son écrin années 1980,cettre friandise acide fait toujours frétiller les pépilles.

    • Denis Fargeat dit :

      Merci Yves pour ce hors-piste, beaucoup plus sympathique que certaines proses récentes…. Je rebondis, vu fin 2020 « Matinee » du même Dante, vraiment pas mal – j’ai surtout été impressionné par les jeunes comédiens, très justes et servis par des dialogues très naturels, peu explicatifs. Il n’est pas mentionné dans le bel entretien d’Amis Américains. Joe Dante est de cette famille de cinéastes-cinéphiles, de ceux qui nous font tant de bien….

      • yves rouxel dit :

        Merci mon cher Denis pour votre soutien pour ces bestioles à poil que sont les Gremlins.Il est rare de lire sur ce blog des commentaires ou d’analyses de films réalisés par Joe Dante,Wes Craven ou Joe johnston.cinéastes underground qui ont été obligés de faire des concessions énormes sur le contenu des scénarios qui ne plaisaient guère aux producteurs d’Hollywood.Espérons que je vais éveiller vos curiosités en allant dénichés des raretés voire certains films dit »nanards »qui méritent une revoyure.Je vous conseille de voir « Docteur cyclope »d’Ernest B.Shoedsack oui celui à qui l’ondoit le fameux « King kong »qui reste pour moi une prouesse technique inégalé pour l’époque.Son « Docteur cyclope »n’eut pas le succès du gorille au grand coeur car le budget était faible mais la particularité de cette oeuvre est qu’elle fut la première en couleurs traitant du fantastique.Juste un petit mot pour « Le peuple de l’enfer » »The mole people »en version originale qui signifie les hommes-taupes.Entre « Star trek »et un péplum égyptien,ce film de Virgil Vogel est une agréable surprise ou l’on va suivre une équipe d’archéologues quelque part en Asie qui vont tomber sur des vestiges sumériens.Je pense que Spielbergh à dut découvrir ce film durant sa prime jeunesse car l’ensemble fait penser à Indiana jones et le temple maudit.Le plus drole c’est de voir que les Elois exploitent les pauvres Morlocks,ceci à l’époque babylono-sumerienne avec des scènes en jupette dans des décors un brin égyptien.Ces deux pépites sont disponibles chez Elephant classic avec des bonus désopilants signés Jean pierre Dionnet himself.J’adore la fureur et la folie de cet homme,touche à tout qui retombe toujours sur ses pieds avec délicatesse et intelligence.

        • Denis Fargeat dit :

          Merci Yves pour votre merci, et au passage ( j’ai un stock de 2020 à écouler) mille mercis à toutes les saines et intelligentes réactions aux propos de nos chers(malgré tout) Henri Patta et Gilles. Il y a sans doute beaucoup à reprocher, pour ma part c’est le manque de recul que j’incrimine ; la période est très difficile pour tout le monde, et je crois qu’on peut facilement accuser le/la covid (et ses nombreuses incidences) pour ça. La bête à picots, comme certains l’appellent, illustre à merveille la théorie du ruissellement, pour le coup vraiment opérante. Désolé d’être un peu verbeux et je termine là-dessus, les gars, vous reprendrez bien un peu de recul? (Je n’exclue pas les filles, mais elles ne se sont pas manifestées sur ce coup-là, j’oserais dire qu’elles valent mieux que ça mais comme ça me vaudra peut-être des coups de tous côtés je n’oserai pas.)
          Autrement, pardon de vous reprendre Yves mais Cyclops* n’est pas le premier de son genre en couleurs ; on oublie souvent les deux films de Curtiz, Doctor X et Mystery of the wax museum…. il est vrai, en technicolor bichrome, mais fort bien utilisé. ( Ce sont les seuls dont j’ai connaissance.)
          Je crois saisir ce que vous dites, mais avouez que Joe Johnston,Joe Dante et Wes Craven comme cinéastes underground, c’est cocasse – je mettrai peut-être Craven à part : il ne se prénomme pas Joe.
          Et puis, toutes et tous, vous dire ma joie de vous retrouver dans un climat qui semble s’apaiser on dirait.
          * Cyclops m’a un peu déçu, mais il a de forts atouts ; technicolor impressionnant, musique d’Ernest Toch, Dekker flippant, et durée parfaite ( 75′).
          Pour continuer dans le divers, le varié et le bordélique, c’est pas pour cafter mais dans la radio, Raphael Enthoven vient de nous révéler que le plus beau film du monde était « Festen » de Vinterberg. Sont forts ces philosophes, hein, prenez en de la graine.

        • Didier D dit :

          à YR

          the mole people : un croisement entre « journey to the center of the earth »et « time machine » (du pauvre)
          Une mini-conférence de 5 minutes-vous avez bien lu- où un professeur nous expose différentes « théories ».
          De vagues allusions bibliques et le mythe d’Orphée revu et corrigé à la fin du film.
          Et un bon conseil:n’oubliez jamais votre lampe-torche quand vous voyagez sous terre.

  12. MB dit :

    à Bertrand
    J’ai compris pourquoi on se retrouve en désaccord les uns les autres parfois sur des films: c’est que chacun transforme un film par sa sensibilité à lui selon un aspect qui lui sied le plus. le film m’appartient j’en fais ce que je veux. Quand je dis que le thème central de LA VIE EST BELLE est le choix qu’on a à faire jeune pour diriger son chemin dans la vie dans telle ou telle direction certains peuvent se gratter la tête jugeant que le thème central est l’amitié et le bien qu’on peut faire aux autres. Les deux visions sont bonnes.
    Regardez il y a un film qui me fascine c’est SEULS LES ANGES ONT DES AILES (Hawks) je viens de le revoir et je lis tout ce que je trouve sur ce film, ce n’est que: « l’amitié » « l’amour » « le goût de l’aventure » etc. Mouais. Pour moi le thème central est un questionnement de fond sur ce que c’est que la peur et le courage, et les personnages principaux, sortes de masque de Janus, est l’un Cary Grant et l’autre Richard Barthelmess: toute la dialectique intéressante est là: remettant en question le puritanisme conventionnel ou le moralisme tiède et prudent des autres pilotes qui méprisent Barthelmess parce qu’il a cédé à la panique en abandonnant son passager en sautant depuis son avion en difficulté, Hawks et Furthman s’amusent à faire jouer différents stimuli dont pour moi, beaucoup relèvent de la comédie glaciale: serais-je le seul à rigoler devant les échanges de Grant et Barthelmess quand Grant se voit obligé de faire travailler celui-ci alors qu’il est sensé quitter Barranca étant jugé indésirable, car, tour à tour, en style comédie, les différents pilotes se retrouvent au chômage technique pour différentes raisons? Grant y compris à la fin. Ou même comédie d’humour noir: Grant lâche carrément à Barthelmess « cette mission est très dangereuse, je préfère vous envoyer vous, vous me manquerez moins » (je transforme) Barthelemss ironique: « merci! ». J’en passe des meilleures. j’ai plus le temps ça mérite une thèse, mais quand on me parle des rapports entre Jean Arthur et Grant moi (surtout que Arthur n’était pas la meilleure pour ce rôle) j’accroche pas.
    Je rajoute juste qu’on a aussi le mythe américain du « A Star Is Born » très représenté dans le romanesque du ciné américain (avec celui de la 2ème chance): ça a fait quand même déjà 4 films, mythe qu’on retrouve aussi en sous-thème ou disons en élément dramatique secondaire dans d’autres films. Bon, ceci dit, ce thème se fait jour en-dehors du film, par culture cinéphilique si on connaît les carrières de Barthelmess et Grant en sachant juste que le 1er est une star du muet qui doit céder la place et Grant une star du parlant qui démarre pour de bon en 39: la star finissante a le rôle secondaire du couard, la star montante est le héros sans peur. Leurs échanges sont irrésistibles, ouf! faudrait fouiller plus mais.

    • Bertrand Tavernier dit :

      A MB
      Voilà pourquoi vous êtes précieux au même titre que PASCAL MINETTE, l’aficionado de Tiomkin qui m’a redécouvrir des partitions, ou Sullivan et tous les autres

      • MB dit :

        exact, hors le ciné, on a musique, poésie , romans que sais-je et le nombre de films que j’ai découverts grâce aux blogeurs!

      • yves rouxel dit :

        Et moi,et moi et moi,mince j’ai une parenté avec les fameux shadocks cher au cousin de mon father,jacques rouxel.Mais au fait que pompaient les shadocks?Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer!!!

  13. Gilles dit :

    A B. Tavernier

    La réductio ad Hitlérum (ad Célinum me concernant) est un procédé déloyal. Je l’encaisse comme un coup bas, en appréciant toutefois l’incertitude des propos anonymes échangés avec une personne bien identifiée. Vous avez usé de la même mesquinerie à l’égard d’Henri Patta qui depuis l’injure a disparu du blog.
    Après avoir été soupçonné d’être abonné à Rivarol pour avoir cité avec humour un auteur anathème sur ce blog, en deux messages je me suis fait traiter d’antisémite (sans vraiment le dire, ce qui est d’autant plus tordu) et de menteur. Accusation de mensonge malhonnête, provenant d’un blogueur qui peut vérifier chacune de mes sources en quelques clics. Il le sait. C’est un petit merdeux qui mérite mon poing dans la figure… avant d’ouvrir le bar comme le faisaient les hommes d’autrefois. Je ne fais que citer des auteurs aussi importants que vous avec leurs points de vues différents. Leur expérience professionnelle vaut la votre. Pialat et Brisseau venaient du peuple, c’est ce qui m’intéresse à priori dans leur cinéma, et dans leurs déclarations. Vous balayez ces références d’un revers de main (dont Sarde, votre ami) comportement qui m’aide à comprendre pourquoi des critiques, ainsi que Pialat et Godard, vous sont rentrés dans le lard, non pour ce que vous faites, mais pour ce que vous êtes. « Tavernier ça le dérange pas que le cinéma soit financé par la pub. Moi ça me fait gerber. » Pialat dans le texte. Je suis au regret de vous écrire que vous êtes un homme malhonnête monsieur. J’aurais préféré vous l’exprimer en d’autres circonstances, le virtuel supposant des audaces que le réel tempère. Je vous pensais généreux, mais la générosité sait braver les affronts. Dans le portrait que vous faites de Soupault (que l’autre m’excuse pour la référence mal sourcée) il vous dit qu’une œuvre est de fait disqualifiée dès que son auteur est un salaud. Il aurait pu rajouter « ceux qui acceptent toutes les compromissions ». Je penserai à Soupault en revoyant Un dimanche à la campagne ou La vie et rien d’autre. Je me suis gardé d’écrire ce message à chaud par crainte qu’il soit sanguin.

    • Ballantrae dit :

      Non mais c’est fini ces agressions à la con. Fichez la paix à Bertrand!

      • Edward dit :

        ça n’a surtout aucun intérêt : ce n’est qu’un ramassis d’invectives et de grossièretés en plus de menaces physiques; peut-on tomber plus bas ?
        Le modérateur ne pourrait-il nous épargner ce type d’intervention qui sur le fond n’intéresse que son auteur et sur la forme est pour le moins discourtoise ?

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Gilles, je répondrai vite pour clore ce débat oiseux. Je suis peut être malhonnête et j’ai commis des actes que j’ai regretté, émis des opinions parfois idiotes (traiter Godard de fasciste) mais j’ai ensuite essayé de les réparer. Et je suis peut être malhonnête et surtout patient mais c’est la dernière fois que je réponds, ce que vous allez attribuer à la trouille. Je ne vous ai jamais traité d’antisemite ni même de disciple de Céline ou d’adepte de Rivarol. J’ai regretté un vocabulaire celinien et misogyne qui rabaisse l’interlocuteur : Est ce que cela vaut le coup de répéter que la Mere Bergman a sucé tout Hollywood quand on pourrait dire comme Ballantrae qu’elle était en effet d’un autre age, plus conservatrice et dépassée. Je déplore surtout que vous appuyez sur des ragots, des citations fort peu fiables La citation que vous faites de Pialat quant au financement de mes films par la pub est une fois encore totalement à coté de la plaque (qu »en savait il de ce financement ?) Je me suis battu contre les coupures publicitaires et TF1 m’a mis sur une liste noire pendant 10 ans. Aucun de mes film n’a donc, été financé par la coupure publicitaire qui abîmait nos oeuvres, créant comme le dit Fellini une génération de cretins impatients et donnant un pouvoir énorme aux publicitaires. je n’ai été financé que par le service public mais vous allez bien y lire dégoter un signe encore plus grave de compromission.Quant aux propos de certains metteurs en scène qui sont souvent approximatifs (et surtout bougent avec le temps. ON trouve tout et son contraire chez Godard qui encore récemment était très sympa avec mes films sur le cinéma français) je ne trouve pas que cela les grandit, le Godard qui démolit Rivette en disant que c’est pareil que Verneuil, lui causant une peine épouvantable, le Pialat qui dézingue le monde entier me passionnent moins que les auteurs de VAN GOGH, LA GUEULE OUVERTE, SAUVE QUI PEUT LA VIE, PIERROT LE FOU. Je n’aime pas les gourous qui utilisent leurs pouvoirs pour démolir d’autres créateurs ce qui plait tellement à des journalistes que la vue du sang excite. J’admire Resnais et Rohmer qui ont toujours su éviter ce genre de travers et j’ai tenté de les imiter. Oh j’ai commis des conneries, émis des avis stupides (traitant les BONNES FEMMES ou le PETIT SOLDAT de fasciste) que j’ai réparé par la suite. Je ne me prends pas pour un héros et je ne donne pas de leçon. Ce que je raconte sur Philippe Sarde, qui ne concerne en rien son travail de compositeur, pourrait être confirmé par Stephane Lerouge. Je dis simplement que les trois quart de ce qu’il raconte, quand line parle pas de musique, est sujet à caution et je celui ai dit. On s’est brouillé après QUAI D’ORSAY et on avait de bonnes raisons mais très récemment on s’est réconcili. Et le fait que Brisseau appartienne à la classe ouvrière n’empêche pas qu’il s’est conduit de manière plus que discutable avec certaines actrices. J’étais très proche de lui, je défendais ses films, essayais de le raisonner quand il se lançait dans des délires de persécutions mettant en cause les lobby juifs, les socialistes. Je l’avais mis en garde quand il a renvoyé son actrice car il violait le code du travail. J’ai passé la moitié de la nuit à lui dire de prendre des précautions avant de la virer alors qu’il avait fait plein d’essais costumes ce qui a valeur d’engagement. Tous ceux et celles qui l’ont défendu en traitant les actrices d’oies blanches l’on largué (Seuls Leconte et moi avons épaulé les plaignantes qui osaient attaquer un grand créateur rejoint bientôt par les Dardenne) et le renient au point de supprimer son nom comme Polanski et d’interdire sa retrospective. J’ai soutenu Bonnaud pour qu’il conserve l’hommage J’ai défendu CELINE quand il est ressorti. Oh ce n’est pas très héroïque et je n’en ai jamais parlé Maintenant vous pensez de moi ce que vous voulez sur ma non générosité, ma malhonnêteté c’est votre opinion et je vous l’abandonne

      • yves rouxel dit :

        a Bertrand.Avec la jeunesse,la naiveté,on pense bien faire certaines choses,quelquefois on dit des mots qui sortent de notre bouche,mais nos pensées interieures disent le contraire.On peut agir sur l’effet de la colère,avoir un coup de sang,puis regretter des propos ou des écrits qui ne sont plus dans le contexte.Vous n’avez pas à bientot 80 piges vous justifier auprès de personnes.Ne commençons pas l’année 2021 avec ce genre de textes remplies de fiel,de vengeance et de violences(coup de poing par çi,paire de claques par là).Quand on touche les points sensibles de certains individues,il se réfugit dans leurs délires,dans leurs miserables vies ratées.Ils osent plus se regarder dans la glace le matin ou mème l’après midi,ils se raccrochent à leurs certitudes et un jour se retrouvent seul face à eux mème,puis finissent par s’éteindre comme une vieille bougie laissée sur un table.

      • Gilles dit :

        A B. Tavernier

        Me voilà un peu gêné de polémiquer avec un monument national, moi blogueur sans postérité. Sans doute m’avez-vous lu vite-fait, citant Pialat au sujet de la pub. J’ai compris qu’il parlait du cinéma français globalement, pas spécialement de vos films. Et le citer ne veut pas dire lui donner raison. Ni tord. Il s’agit de saluer la mémoire d’un artiste qui la ramenait, qui nous régalait autant par ses déclarations que par ses films. Même appréciation pour Godard (dont j’aime moins les films que les entretiens). Ces gars sont trop conscients pour ignorer le degré de leur provocation. Ils ont eu la chance de réussir dans le métier, en plus d’être de grands cinéastes, en restant des hommes libres. L’ont-ils réellement été ? Seuls les gens du sérail le savent. C’était incontestablement des personnalités qui faisaient corps avec leur cinéma. Une espèce qui, je le crains, disparaisse. De quoi donc ont-ils peur ceux d’aujourd’hui à s’évertuer dans la platitude ? Le cinéma subventionné exige-t-il autant de prudence ? Enfin, à lire les messages de la plupart des intervenants, la moyenne d’âge doit se situer aux alentours de 50 ans. « Un âge au delà-duquel on ne ne sait plus combien font deux plus deux » disait notre regretté Philippe Noiret. La provocation est une question de personnalité, il faut en user à condition d’assurer ses arrières. Pialat, Godard, Melville, n’avaient aucun scrupules. Beaucoup de cinéastes italiens, de Risi à Fellini. S’irriter c’est se prendre au sérieux, et on n’a vraiment pas de temps pour ça. L’époque est plus que jamais à l’autodérision.

    • MB dit :

      « je me suis fait traiter d’antisémite (sans vraiment le dire, ce qui est d’autant plus tordu) et de menteur. Accusation de mensonge malhonnête, provenant d’un blogueur qui peut vérifier chacune de mes sources en quelques clics. Il le sait. C’est un petit merdeux qui mérite mon poing dans la figure…  »

      à Bertrand: vous frappez pas c’est de moi qu’il parle

      à G.: ça fait deux fois que vous m’insultez et dites avoir envie de me frapper, l’immunité virtuelle dont vous parlez vous est utile, l’insulte est un procédé bommerang, ne trichez pas, vous savez très bien que je vous ai attaqué de façon à provoquer votre réponse, ce que vous n’avez jamais fait en préférant parler de « l’autre » et à louvoyer (suffisait de me dire dés le début: « je ne suis pas d’extrême-droite et je vous interdis de dire ça » et j’aurais arrêté mes attaques) à mon avis, à dessein, vous maniez l’imprécision la confusion, l’enfumage avec talent. Vous ne parlez jamais des films que vous aimeriez (si vous en aimez), votre mission c’est de semer la zizanie avec des cancans sur les méchancetés que des gens du cinéma se balancent dans les dents ce dont on se fout.

    • yves rouxel dit :

      A Gilles.Mais quel est ce blogueur que vous citer?Rivarol,Céline,là je ne vous suis plus du tout.

    • Henri patta dit :

      a Gilles et aux autres.

      Je n ‘interviens plus en effet, mais vous lis encore de temps en temps.
      Vous et moi , Gilles n ‘avons pas notre place ici.
      C’est une tribune de petis bourdeois faites pour les petits bourgeois.

      Ce qui m ‘a fait quittè le site n ‘est pas les remarques souvent condescendantes de mr Tavernier , mais la phrase, abjecte, ignoble , d ‘une imbecilitè abyssale du sieur M.B ( Mon Beauf?).
      Quand on dit parcequ’une actrice victime de pèdophilie qu ‘elle n ‘est pas « fairplay » car elle quitte une salle ou on recompense un pèdophile, cela depasse toutes les limites de l ‘indècence.

      Je l ‘avais dit une fois ici, je viens de la france d ‘en bas. Et meme du 2e sous sol.Meme si je l ‘ai quittè depuis, Je n ‘ai surement pas la culture et les connaissances de Mr Tavernier et M.Beauf, mais je connais la realitè de la vie.
      Et je sais qu ‘en fait a partir d ‘un moment il n ‘y a plus de droite ni de gauche, mais des classes sociales qui dèfendent leur prè carrè.
      Face a face , je pourrais argumenter, mais sur internet, le combat est, meme pour un ancien boxeur comme moi, perdu d ‘avance.La meute se sentant très courageuse cachèe derriere un pseudo.

      Mr Tavernier je continuerai a apprecier vos films. En particulier LE JUGE ET L ‘ASSASSIN ,chef-d ‘oeuvre du cinèma.
      En revanche , meme si a mon age , je devrias commencer a ètre sage, j ‘aimerais beaucoup avoir devant moi, ne serait ce que 5 mn, M.Beauf.

      Gilles faites comme moi, laissez ces messieurs se persuader de leur superioritè entre eux et quittez ce blog.

      Messieurs je vous souhaitent une bonne annèe pleine de (gauche) caviar.

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Henri Patta
        merci de ces précisions. Et rassurez vous, je suis très conscient de mes limites je continue à vouloir découvrir et apprendre en explorant des milieux, des métiers, des époques, des pays très loin de moi et je ne vois pas en quoi LA GUERRE SANS NOM, CA COMMENCE AUJOURD’HUI, LAISSEZ PASSER, la PRINCESSE DE MONTPENSIER, HISTOIRES DE VIES BRISÉES, DANS LA BRUME ELECTRIQUE ou AUTOUR DE MINUIT sont des films reflétant une vision petite bourgeoise. De même que les combats pour l’exception culturelle, le droit d’auteur, contre l’AMI ou la Double Peine.Ni même le fait de vouloir partager ses enthousiasmes sur ce blog. Je suis né bourgeois, fils d’un bourgeois qui s’est quand même engagé intellectuellement dans la Résistance et a été salué par les FTP Moï. Je n’ai pas pu malgré mes efforts modifier mes origines mais n’en éprouve ni honte ni sentiment de supériorité. Chris Marker raconte qu’à Avignon, Vilar fut traité de petits bourgeois et que même certains gauchistes inventèrent le Vilar/ Salazar. Pour le moment j’ai échappé à cela et en suis très heureux. J’ai appris beaucoup de choses grace à ce blog, parfois dans vos interventions.

        • Pierre dit :

          J’aimerais parler cinéma, mais je suis consterné par certains des derniers messages parus sur le blog.

          Je découvre ainsi qu’on est légitime à s’exprimer sur les films en fonction de ses origines sociales. Qu’être en désaccord avec Adèle Haenel serait nécessairement indécent (je crois que c’est à cela que fait référence Henri Patta). Que le blog serait fait et alimenté par ou pour des petits bourgeois. Mais enfin : qu’est-ce que c’est que ces bêtises ?

          Sur ce blog, si j’ai bien compris, il s’agit de parler cinéma. J’ai eu suffisamment de désaccords, depuis des années, avec tout le monde, y compris avec notre hôte, pour savoir que certaines discussions peuvent être énervantes. Mais enfin si vous ne savez pas faire la part des choses, ou si vous prenez ces échanges de manière trop personnelle, il faut à mon avis s’abstenir.

          Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi on limite ce blog à la « petite » bourgeoisie. Quid de la grande ? Pour ma part, je suis vexé, vraiment. J’aurais aimé qu’on m’accorde, comme participant au blog, les honneurs de la classe la plus haute – tant qu’à faire parti des méchants. Mais en tous cas, jamais je ne m’excuserai, ou me justifierai, ici ou ailleurs, de la d’où je viens. Personne, à ma connaissance, n’a quoi que ce soit à expier lorsqu’il souhaite parler ici de films. De quelle légitimité vient-on ici culpabiliser les autres ?

          J’en profite pour raconter mon traumatisme personnel de blogueur : j’ai rappelé ici même, il y a quelques années, que THE HATEFUL EIGHT était inspiré par THE THING, évidence que tout le monde sait et qui a été affirmée par Tarantino lui-même. Tout le monde m’est tombé dessus pour dire que je divaguais (alors que désolé, je le répète : c’est EVIDENT). Vous pouvez vérifier. Quand j’y pense, ça m’énerve encore. Mais vous savez quoi ? J’ai considéré qu’il y avait pire dans la vie et que ce n’était pas bien grave.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Pierre
          Je ne crois pas être intervenu dans ce débat mais vous avez sans doute raison encore qu’on puisse trouver d’autres références comme L’ATTAQUE DE LA MALLE POSTE. Et je ne me souviens pas vous avoir traité avec mépris mais on peut avoir des trous ou pratiquer un humour de mauvais aloi. Si c’est le cas je m’en excuse. J’ajoute que quand on a des convictions, on peut se montrer cassant tant on voudrait les faire partager. Quelqu’un qui fait la mue quand je lui vante L’AVENTURIER DU RIO GRANDE, RUNNING ON EMPTY, MENACES de Greville risque de m’énerver. Et dans tous les débats entre cinéphiles, il y a des moments où l’on s’engueule, égarés par cette passion ou prenant trop à coeur nos convictions. En fait je ne suis exaspéré que par les gens qui récitent des idées dictées par la doxa ou par des interdits promulgués une fois pour toutes : les âneries de Truffaut sur le cinéma qui perdurent et je me suis trouve face à un Begaudeau qui a pourtant écrit des textes passionnants qui maintenait que le cinéma anglais était dépourvu d’intérêt, que Powell n’avait aucune idée visuelle, que Lean ne présentait aucun intérêt.

        • MB dit :

          à Pierre
          je suis d’accord avec vous, mais…
          Euh… pour THE HATEFUL EIGHT et THE THING on peut en rediscuter?…
          parce que… j’ai quelques réticences…

      • MB dit :

        j’ai dit ça moi? bref rideau

        • Bertrand Tavernier dit :

          A MB
          Non, je voudrais dire que j’apprécie une grand nombre des interventions de MB sur ce blog. J’ai souvent lu de sa part des analyses justes, profondes, éclairantes. Il a retrouvé, recensé des dvd rares, des émissions passionnantes. Bref, il a été un contributeur important. Il lui arrive peut être d’être brusque, de manquer de diplomatie ou de pratiquer un humour qui déplait mais ce n’est rien à côté de la pertinence de certains de ses textes et comme pour Ballantrae, Pierre et des tas d’autres, je me fous de savoir s’il est ouvrier ou ultime descendant des Moulart/Moulart ou des familles décides dans l’habit vert. Et maintenant au lieu de coller des étiquettes qui rappellent des moments pénibles (Trostsky n’a t il pas été traité de bourgeois dévoyé et Orwell de traitre à la classe ouvrière au moment où un véritable représentant ouvrier comme Thorez après s’être réfugié en URSS grâce à l’aide du gouvernement nazi et s’auto décerner le titre de premier résistant de France, condamnait violemment avec son épouse et le planning familial et l’avortement. Heureusement il aimait Grémillon). Trois de mes héros étaient des bourgeois, Simon Les, Levi et Orwell. Donc parlons de cinema

        • MB dit :

          à Bertrand
          merci pour les compliments!
          au fait vous savez je n’ai jamais dit un mot sur Haenel sur ce blog! c’est ça le plus beau! je ne sais pas quelle mouche extra-terrestre a piqué ce H Patta dont je ne me souviens que d’un désaccord sur « l’affaire » R Polanski, il m’avait semblé non convaincu mais pas fou de rage. Ce type a un problème.

          D’autre part, ne partons pas sur cette histoire de « petit bourgeois » qui ne veut rien dire, je crois qu’il s’agit d’un terme non péjoratif qui pose une classe sociale, selon certains donc, la grande bourgeoisie est exempte de toute tare ça doit être ça.

          Je m’excuse pour mon humour à la noix et ma susceptibilité! Et voilà pour 2021!!!

        • Mathieu dit :

          A Bertrand:
          Justement à propos d’Orwell la discussion pénible mais instructive de ces jours derniers m’a fait relire hier soir un chapitre du « Quai de Wigan » où il fait le portrait d’un certain type d’intellectuel issu de la classe ouvrière (catégorie beaucoup plus clairement socio-culturellement définie à l’époque, de même que celle de la petite bourgeoise éduquée) qui tient absolument à affirmer aux intellectuels de la bourgeoisie le caractère définitivement irréconciliable de leurs positions. C’est au chapitre X pour ceux que ça intéresse, mais c’est plus clair quand on a lu les chapitres précédents.
          En tous cas cette hypersensibilité aux différences socio culturelles me parait très révélatrice de l’état de la France d’aujourd’hui. Révélatrice de quoi? je n’ai pas encore trouvé la réponse…

      • Pascal MINETTE dit :

        A HENRI: Moi aussi, je suis d’en bas, fils d’ouvrier et sans un rond depuis toujours. Le truc, c’est que, quand on est passionné par le cinéma, la musique classique ou d’autres arts, et qu’on ressent le besoin d’échanger là-dessus, on va fatalement tomber à un moment donné sur de la caste supérieure.
        Alors, en cas de commentaire involontairement blessant, on a le choix entre partir et continuer quand même de discuter.
        Personnellement, j’ai rarement trouvé autour de moi de quoi assouvir mon besoin de parler des oeuvres; alors…

        • yves rouxel dit :

          A tous.Ne cedons pas à la tentation de la provocation primaire.Moi mon père était militaire engagé à 18 ans dans les parachutistes en Indochine,puis il a rempilé pour l’Algerie et à refuser un ordre.Allez assassiner tout un village dans le sud d’Alger.Il a été consigné puis mis au arret,6 mois de prison ferme sur le sol Algérien et rapatrié à Marseille .Il m’a raconté les horreurs de la guerre ou le peuple Algerien voulait la liberté de vivre et de travailler sur leurs terres,sans distinctions de classes,ni d’opinions.Il fut déclassé et on lui retira sa médaille gagné au combat en Indochine à Dien bien phu.Au bout du compte il a perçut après son exclusion de la grande muette,une demi solde.Grace à lui j’ai appris à connaitre ,a cotoyer et a aimer « les étrangers » tous ceux qui sont venus dès les années 50,construire la France,à la sueur de leurs fronts.J’ai toujours combattu les injustices face à ceux qui jettent en permanence la pierre à l’étranger ,a celui qui à la peau sombre ou qui parle le français avec un accent.Je sais la rancoeur,voire la jalousie de certains blogueurs qui ont accusé le père de Bertrand d’avoir été un agent de la cia après le seconde guerre.il n’y a aucun fondement dans ses basses reflexions.Ces gens là oublient que René Tavernier et sa femme ont hébergé le couple Aragon et Elsa Triolet afin qui ne se fassent arreter par la gestapo à Lyon.Cela c’est la verité et il fallait qu’elle soit écrite n’en déplaise à ceux qui déversent des flots de haine sur un blog qui est sensé nous faire réver et échapper à cette société idiote et niaise.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A yves Rouxel
          Mais Yves, le Congrès Pour la Liberté de la culture était financé par la CIA. Je l’ai découvert des années après. Pourlutter contre la propagande soviétique. L’URSS finançais un grand nombre de publications et d’institutions culturelles, certaines de qualité, d’autres staliniennes à 100% Simplement, jetez un oeil sur la revue PREUVES. Elle était d’une grande qualité et défendait des idées de centre gauche, donnant la parole aux intellectuels hongrois par exemple. J’ai ici donné la liste des collaborateurs. Elle est impressionnante et n’a rien à voir avec une quelconque des idées d’extreme droite.Même s’il est regrettable qu’il ait du faire appel à l’argent de la CIA

      • yves rouxel dit :

        Et si gilles et henri patta était la mème personne,histoire de brouiller les pistes et d’envenimer cet espace?La folie a une limite c’est de se taire et disparaitre.Le site d’alain soral ou de dieudonné est en manque d’auteurs,tentez votre chance!!!

        • MB dit :

          « Et si gilles et henri patta était la mème personne,histoire de brouiller les pistes et d’envenimer cet espace? »
          à YR marrant, ça, j’y ai pensé

      • ballantrae dit :

        Décidément:plus on est de fous…moins on rit!
        Ne perdez pas de temps Bertrand à tenter de convaincre ceux qui jouent ce type de provocation.
        Je pensais avoir compris pour Gilles mais pas pour H P.Des épisodes ont dû m’échapper.
        Merveilleux comme leçon de tolérance: s’en prendre aux origines de notre hôte ou à celles supposées des blogueurs.
        Vous n’êtes pas le seul qui provient de ce que vous appelez la France d’en bas. Moi-même n’ai eu accès à la culture qu’au forceps grâce à la curiosité alimentée par de nombreux passeurs tels Bertrand et tant d’autres et ensuite ai cherché une voie qui pouvait être en phase avec mon amour des livres, des films, de l’art en général.
        Par ailleurs je crains qu’il n’ y ait des cons strictement partout dans la société mais aussi des êtres droits, altruistes et ouverts. Je ne suis pas sûr que Gilles et HP en fassent partie au vu de leur manière de faire mais je me trompe peut-être.
        Je pense qu’il y a d’autres façons de commencer 2021 surtout quand notre hôte fait tout pour apaiser les guerres picrocholines du blog et a d’autres soucis à affronter.
        C’est juste naze et sciemment malintentionné.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Ballantrae, ajoutons que réussir comme je l’ai fait avec l’aide de la Cimade à stopper la Double Peine, à produire un film contre les mines antipersonnel les qui a suscité une loi interdisant leur fabrication sont certainement des actions de petits bourgeois mais ca valait le coup de les faire. Tout comme l’arrêt des expulsions à la suite de DE L’AUTRE COTÉ DU PERIPH et à la modification du contrat EDF, exigée par Lionel Jospin après avoir vu le film

        • Ballantrae dit :

          Vos engagements sont connus Bertrand du moins par ceux qui ont un minimum de curiosité envers l’actualité et d’honnêteté intellectuelle.
          Ne perdez pas de temps à vous justifier face au fiel porté en bandoulière à la manière d’une distinction honorifique.
          Pour revenir au cinéma, ce serait vraiment intéressant si d’autres blogueurs l’ont lu d’échanger autour de l’essai passionnant consacré à Paul Grimault.
          Vous parliez de ciné italien dans ce billet: le numéro de Positif de Janvier consacre un dossier à Dino Risi dont un entretien du cinéaste avec M Ciment. En couv un photogramme extrait de L’homme qui voulut être roi comme si c’était une sortie…mais il s’agit bien sûr d’un hommage au grand Sean!
          Des retours sur Kubrick, R Allio mais aussi Mank ( tjs pas vu😭 mais c’est imminent😁) ou Frears via 2 miniseries puisque le cinéaste revient vers la TV dont il provenait ds les 70′ 80′ avant My beautiful laundrette tvfilm à l’origine.

  14. MB dit :

    Cher Bertrand
    quand j’étais ado au Sénégal, question ciné je n’avais que des westerns italiens ou des peplums à me mettre sous la dent (Django, Ursus, Maciste et toute la bande de soudards sympas) et un jour j’ai vu en 2ème partie dans le petit cinéma en plein air de la petite ville où j’étais né (enfin, à côté en fait) après sûrement un Corbucci (pas sûr mais ça eût pu pis ça fait bien dans mon ptit récit oui je parie que c’était COMPANEROS), j’ai vu GENTLEMAN JIM avec Erroll Flynn en vf bien sûr!
    Je n’avais jamais vu un film aussi vif, nerveux, drôle et même émouvant. Du coup j’ai commandé le bouquin de Flynn chez Eric Losfeld en France (My Wicked wicked ways) j’étais bon en anglais et à un moment je lis quelquechose sur GENTLEMAN JIM et donc Raoul Walsh. Mais qui diable est ce Raoul Walsh? Il a dû faire d’autres films aussi bons et drôles et émouvants? Non? bon en fouinant dans un vieux Cinéma 65 66 ou autre de la collec’ de ma mère, je vois un pavé: « 30 Ans de Cinéma Américain éditions C.I.B. », je commande, et arrive un mois plus tard un petit bouquin format poche toilé rouge, signé d’un certain Jean-Pierre Coursodon et d’un certain Bertrand Tavernier inconnus au bataillon ces deux-là bon, j’ai pu en apprendre un peu plus sur Raoul Walsh et je n’avais plus qu’à attendre mes vacances en France pour aller courir à l’ Action Lafayette ou à Chaillot pour voir sur pièces mettre des images sur les avis éclairés que j’avais lu dans le bouquin toilé rouge (depuis je lis APRES avoir vu le film mais là pas moyen de faire autrement), eh oui 30 Ans de Cinéma Américain et voilà Coursodon est mort j’espère que vous m’autorisez à m’approcher à pas de loup pour venir pleurer un tout petit peu avec vous, Coursodon est mort snif.

    • yves rouxel dit :

      A MB.Donc vous vous ètes « éclatés au Sénegal »dans votre prime jeunesse.Vous savez que le groupe Martin circus s’est produit en concert à Dakar et lorsque Gerard Blanc à débarqué sur le tarmac un douanier lui aurait glisser à l’oreille »Mais Blanc c’est votre vrai nom?Le chanteur est resté de marbre et lui as offert un sourire et un clin d’oeil amical!!!

      • MB dit :

        à Yves Rouxel
        un sourire et un clin d’oeil amical à vous

        (même si vous m’énervez au plus haut point des fois)

        • yves rouxel dit :

          A MB.Mème vous ,vous avez un partie-pris qui m’irrite de temps en temps.Enfin pour vous répondre c’est Gerard Blanc qui à fait un clin d’oeil et offert un large sourire au douanier sénégalais(d’étretat ou de nice)!!!Je ne vais pas tenter d’imiter Gilles,Henri patta en déversant mon fiel de vieux con de quinquagénaire.

        • MB dit :

          oui mais je ne vous énerve pas autant que vous m’énervez je n’ai pas ce pouvoir

      • DIDIER dit :

        et ce n’est pas hors-sujet ,car ce groupe a pris la succession prestigieuse des Charlots dans une immortelle comédie du patrimoine « les bidasses en vadrouille » avec cette réplique décoiffante que ne peuvent comprendre les plus jeunes :
        « Moi j’ai les idées , à toi d’avoir le pétrole ! »

        • yves rouxel dit :

          A didier.Sardou l’a également chanté sur des paroles de Delanoé pierre et non bertrand. »Le temps des colonies »est une chanson raciste mème Sardou prend l’accent africain style michel leeb lui aussi il est vraiment gratiné.

  15. Laurent Scof dit :

    Bonjour à tous

    Juste ce message pour vous faire part de ma tristesse suite à la disparition de Jean-Pierre Coursodon. Ces livres inondent ma bibliothèque. Un historien essentiel nous a quittés. J’ai une pensée pour ses proches et tous ceux qui ont travaillés à ses côtés.

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Laurent Scof
      Horri le nouvelle. Il ne verra pas sortir CENT ANS DE CINEMA AMERICAIN sur lequel nous avons travaillé pendant plus de sept ans. En fait sur lequel nous n’avons jamais cessé de travailler

      • Damien D. dit :

        Nous nous associons tous ici je crois à cette tristesse. L’ouvrage dont vous êtes les deux auteurs était et est notre référence pour beaucoup ! Avec sa sortie en fin d’année ce sera au delà d’un ouvrage référence, un ouvrage historique. A l’heure de la petite mort des sorties en salle et de l’ogre de la dématérialisation, une certaine idée de la cinéphilie aussi : toujours vivante, vibrante à l’image de ce blog animé par Bertrand où nous avons formé une petite « famille » avec le temps même si comme souvent les discussions autour de la table familiale sont parfois animées !
        Nous sommes donc tous un peu les enfants de « 50 ans-100 ans de cinéma americain » et avec la disparition de Jean-Pierre Coursodon que nous ne connaissions pas directement, c’est un peu comme un membre de notre famille de cinéphiles qui s’en va… Merci Bertrand d’avoir toujours en vous cette cinéphilie vibrante, enthousiaste et contagieuse : la sortie de votre livre en fin d’année en sera la somme et un bien bel hommage à votre ami.

      • Ballantrae dit :

        Cher Bertrand,
        Une pensée affectueuse pour cette fin /ce début d’année tristement marqués par la disparition de Jean Pierre Coursodon.
        Oui il ne verra pas la sortie de l’ouvrage mais nous le lirons, le relirons en pensant fort à tout ce qu’il nous a offert. Sur ce, je feuillette mon édition de 50 ans.
        Ce qu’il a apporté aux cinéphiles dans ce livre/ dialogue entre deux amis passionnés est immense. Une reconnaissance profonde envers ce passeur que je ne connaissais que par ses écrits mais qui faisait partie de mon quotidien depuis près de 30 ans.
        Je pense que 50 ans est LE livre que je consulte le plus dans ma bibliothèque.
        Amitiés sincères cher Bertrand.

  16. yves rouxel dit :

    Des étoiles scintillent au firmament.Sur terre,George Bailey est prèt a sauter d’un pont.Comment ce père de famille modèle en est il arrivé là?Les anges veillant sur sa destinée vont remonter le fil de sa vie.Passé sous les radars lors de sa sortie en 1946,La Vie est belle est ensuite devenu le classique du réveillon de noel.Diffusée tous les ans à la télévision américaine,cette madeleine de Proust fait partie de ces oeuvres touchées par la grace.Frank Capra,sicilien d’origine,réalise un mélo émouvant et jamais niais comme Hollywood en avait le secret.Son personnage principal va traverser les joies et surmonter les peines de cette première moitié du 20ème siècle.Interprété par James Stewart,plus connu en France pour ses multiples collaborations avec Alfred Hitchcock,George Bailey coche toutes les apparences du parfait »American way of life ».Son épouse,séduite par son humour taquin lors d’une scène culte ou elle se retrouve nue dans un buisson,quatre beaux enfants et son travail sont sources de fierté.L’homme se dédie corps et ame à une seule mission:fournir des prets à taux décents aux concitoyens pour combattre le mal logement.En face,un banquier vereux nommé Potter ne songe qu’a faire prosperer le paradis des taudis.Mais l’idéaliste,en quète d’aventures lointaines,va progressivement incarner une figure sacrificielle,quasi christique,dans son abnégation.Renonçant à ses rèves pour sauver l’entreprise familiale,il ne quittera jamais Bedford Falls.Deux visions de l’Amérique s’opposent ici,Capra,qui tourna des films de propagande durant la seconde guerre mondiale,a choisi son camp en transcendant le pire.Equilibriste des émotions,cinéaste de la convivialité,ce catholique fervent veut croire en une époque ou le bien et l’optimisme triomphent.Les danses endiablées de charleston,les conversations enflammées et les chants résonnent aussi de la légereté retrouvée de l’après guerre.Les instants poétiques,notamment quand George veut décrocher la lune pour sa promise,ou encore la dinde rotissant dans la cheminée d’une maison délabrée grace à un ingénieux système de tourne-disque,ajoutent une touche de fantaisie.La réaction du heros le jour du krach de Wall street en 1929 résume à elle seule la posture humaniste du metteur en scène.Alors que les titulaires des prets veulent récuperer leur argent,George Bailey refuse et propose de leur distribuer,avec l’aide de sa femme,les 2000 dollars économisés pour leur voyage de noces.Mais une autre catastrophe,la perte d’une enveloppe de 8000 dollars par son oncle,pourrait à nouveau tout faire basculer.Grace à l’irruption de l’ange de seconde classe Clarence, »au QI de lapin »,le bienfaiteur va pouvoir mesurer la cruauté d’un monde sans lui.Franck Capra,qui croit dur comme fer aux lendemains américains qui chantent,met un pied dans le fantastique pour professer »Un homme ne connait pas l’échec si il a des amis »Le happy end fin joyeuse,concentré de bons sentiments et d’embrassades,sans dépasser la dose prescrite,reste dans les annales du cinéma antidépresseur.En ces temps troublés,ce shoot d’espoir,doublé d’une puissante reflexion sur la solidarité,devrait accomplir un petit miracle:réchauffer les coeurs les plus meurtris.

    • DIDIER dit :

      Mais le côté pessimiste,souligné par BT ,vous échappe:relisez 50 ans ;Georges Bailey est-il le seul juste de sa petite ville?Qui sans lui serait devenue Sodome ?

      • MB dit :

        à Demachy
        c’est tout à fait exact, ce doc sur Capra ne fait pas partie des grosses machines USA qui nous ensevelissent sous des tombereaux de louanges pour la personnalité qui en est le sujet. L’auteur en est Dimitri Kourtchine avec Patrick Glâtre, le commentaire est dit par Didier Sandre, c’est pas du boulot vite fait à petit budget enlevez c’est chaud, c’est l’oeuvre de cinéphiles. Il faut absolument le voir, ça repasse chez Mr Ripley de la maison Arte jusqu’au 26 février.
        Une photo truquée à la SHINING en fin de générique est assez troublante et révèle le démon -probablement- en Capra, bien sûr à condition d’avoir vu le film en entier (!) et donc les autres photos de la jeunesse de Capra dans les écoles ou les équipes de sport montrées au début il faut voir ça pas d’excuse!

        Bonne année, joyeux contribuables.

      • MB dit :

        à Didier LA VIE EST BELLE

        Le côté pessimiste du film est plutôt involontaire, je vois plutôt une simplification, vous savez comme quand on veut pour démontrer quelquechose à un enfant, simplifier l’idée complexe que chaque être modifie et influence les autres en bien ou en mal (dans le film c’est plutôt en bien). Je préfère comme thème central, plus convaincant, l’idée double dans le saut dans la vie d’un homme, quand il est à l’aiguillage et doit choisir: soit il explore le pays où il a toujours vécu, il creuse son sillon et finalement connaît mieux ce qu’il croit déjà connaître, ou il part à l’aventure de par le monde pour explorer différents pays que finalement il ne connaîtra jamais totalement. Le clocher ou les mers du sud. L’idée est qu’il y a peut-être quelquechose à faire pour améliorer creuser autour du clocher. Pasteur aurait-il découvert son vaccin s’il était parti à l’aventure? A propos de vaccins, merci Bertrand pour le lien vers Demanche mais on est dans un pays du tiers-monde ou quoi? Ma foi oui, on est.

        • DIDIER dit :

          Le côté pessimiste du film est plutôt involontaire,

          Et BT en est bien conscient, et le public ,dont je fais partie, qui le regarde à chaque Noel,le voit comme un conte édifiant ;d’ailleurs la partie « Potterville  » bascule dans le fantastique donc crée une distortion-pas seulement temporelle – dans ce qu’était finalement une histoire réaliste poétique -pour une fois le terme convient .C’est l’esprit chrétien de partage qui domine le film et le mal est incarné uniquement par le banquier probablement inspiré de Scrooge de Dickens (les autres ne sont que des comparses, l’un d’eux apporte même son obole à la fin).Mais on ne peut nier que le monde « de cauchemar » avec ses boites de strip tease ,ses prêteurs sur gage , ses prostituées embarquées par les flics ,existe bel et bien quand on sort de la « vie merveilleuse  » de FC . La vie n’est pas le Shangri-la des « horizons perdus » .

          Mais même s’il laisse ,comme dit justement BT, un goût amer dans la bouche , c’est un film merveilleux ,je le regarde tous les noels et j’ai toujours les yeux humides dans le dernier tiers.

          Votre commentaire est passionnant Martin ;quand je parlais des messages que je souhaitais lire en 2021 à la place de ces trucs haineux ,le vôtre pourrait nous servir d’exemple.Itou pour celui de Demachy qui m’a parfois repris dans le passé mais toujours intelligemment .

        • Bertrand Tavernier dit :

          A DIDIER
          Et vous avez vu comment les descendants de James Stewart, sa fille je crois, s’élevée pour attaquer Trump. Un conseiller ou une conseillère du Président s’était réclamé au nom de Trump de la morale du film, le confisquant à son profit. Il y a eu une réponse cinglante disant que le film s’élevait contre les mensonges, la corruption, la domination de quelques uns sur la collectivité, tout ce que revendiquait Trump et qui est combattu dans le film

        • MB dit :

          à Didier: merci.

        • MB dit :

          à Bertrand
          LA VIE EST BELLE
          il y a un commentaire historique à faire sur l’insuccès du film à sa sortie et son immense succès annuel à la TV dans les 70 (il est vrai quand le film est devenu libre de droits).

    • Demachy dit :

      Plutôt que longuement résumer pour la nième fois LA VIE EST BELLE que tout le monde ici, je pense, connait à peu près (Yves, vous êtes incorrigible !), il me semble intéressant de signaler le documentaire sur Capra diffusé par Arte à la suite du film (et disponible sur leur site) qui, malgré sa brièveté (50 min), propose un portrait convaincant du cinéaste, sans négliger ses contradictions et ambiguïtés. Certains thèmes mériteraient bien sûr d’être approfondis mais, tel quel, le film constitue, disons, une première approche assez riche. Pour aller plus loin dans ce sujet, je conseille l’excellente biographie de Joseph McBride FRANK CAPRA, THE CATASTROPHE OF SUCCESS.

      Par ailleurs, sur un tout autre sujet, je me joins à Denis Fargeat pour inciter à (re)voir DADDY NOSTALGIE, que j’ai découvert récemment avec beaucoup d’émotion. On s’étonne que ce beau film ait été (me semble-t-il) aussi peu diffusé depuis sa sortie. C’est un des plus beaux rôles de Jane Birkin (dont vous remarquiez fort justement, Bertrand, dans une interview de l’époque, qu’elle joue différemment selon les scènes où elle s’exprime en anglais ou en français), son duo avec Dirk Bogarde est d’une intensité extraordinaire et le choix inattendu d’Odette Laure en épouse de Bogarde contribue à faire du film une merveille de délicatesse.

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Demachy
        Merci mille fois. Je plaide pour un mini coffret réunissant DADDY, UNE SEMAINE DE VACANDES et DES ENFANTS GATÉS, ayant revu avec une vraie fierté les deux derniers que je finis par préférer à LA MORT EN DIRECT. Mais l’un est chez Orange et les autres chez Studio Canal

        • Ballantrae dit :

          Ah oui excellente idée! Daddy Nostalgie m’a beaucoup touché lors de sa sortie et je l’ai mieux compris encore lors d’une période difficile.
          Organiser le duo Bogarde/ Birkin est une hypothèse de casting géniale et je sens que le projet tiré de Russell Banks nouerait un dialogue superbe avec Daddy Nostalgie.

        • ballantrae dit :

          Cette question des droits dispersés semble bien compliquée.après il me semble que le coffret DVD Blier que j’ai acquis l’an passé comportait des films qui étaient chez Orange et chez C+ qui ont donc dû trouver le moyen de s’associer.
          Un coffret « Documentaire » ce serait chouette aussi avec La guerre sans nom, Mississipi blues, Philippe Soupault, etc…
          Sans oublier bien évidemment ma chère Passion Béatrice qui était elle aussi bien compliquée à rééditer avec ces histoires de coproduction. Qui était le fautif? La partie italienne je crois, non?

        • Bertrand Tavernier dit :

          A ballante
          Non pas du tout. Pathé a freiné et cherche depuis un an à établir un accord avec Orange. Ils ne se sont toujours pas parlé.Et ce n’était pas une coproduction

      • yves rouxel dit :

        a demachy.Qu’en savait vous concernant les personnes qui découvrent ce blog ne connaissent pas forcément ce chef d’oeuvre.Quand c’est pas gilles,mb vous arriver à trouver toujours quelque chose à rajouter.Ou est le pessimisme dans « La vie est belle »,ce film respire la solidarité,l’entraide enfin vous m’avez compris.Mon billet est le 666ème à paraitre ,que le diable me pardonne!!

        • MB dit :

          à Yves Rouxel, vous dites répondre à Demachy mais répondez surtout à Didier pour le pessimisme du film de Capra, vous mélangez tout: essayez de suivre les conversations, et soyez pas si susceptible!

      • SugarKane dit :

        À Demachy
        Au sujet de Capra son autobiographie est très bien également avec en première page cette citation : « Il n’y a pas de règles en matière de création cinématographique, seulement des péchés. Et le péché capital, c’est l’ennui ».

  17. Denis Fargeat dit :

    665 commentaires…
    Qui publiera le 666ème? Les amateurs de fictions que nous sommes ont tous croisé ce nombre terrible ; et nous sommes tous, je crois, secrètement superstitieux, et ça ne regarde que le trognon de chacun, comme disait quelqu’un.
    Bon, en même temps comme dirait n’importe qui, certainement plusieurs bloggeurs publieront bravement en même temps, et on passera directement à la dizaine supérieure, et on ne saura jamais qui aura porté le numéro fatal, et la malédiction ne se diluera pas, elle disparaîtra totalement comme la culpabilité des passagers de l’Orient Express ( Mr Mort et Mr Poirot en étant exemptés, en attendant que Pierre Bayard s’en occupe.)
    Un moment que j’hésite à en parler, mais c’est peut-être le moment de poser une question à notre cher Bertrand, hôte d’une incroyable générosité ( qui voudra bien croire que ce qualificatif relève plus du constat que du passage de pommade.)
    J’ai vu dernièrement « daddy nostalgie », film un peu secret, très délicat, et sans doute très intime dans sa pudique évocation des ressorts familiaux.
    En le voyant, j’ai sans cesse pensé au « Providence » de Resnais, et il y a des raisons objectives… Bogarde qui joue un personnage frôlé par l’ange de la mort, et pour lequel John Gielgud était envisagé. Des choses qui relèvent de l’intuition, de la ressemblance ; la façon dont les maisons sont filmées, celle des parents, celle que le père fréquentait dans sa jeunesse, et la manière que la musique de Duhamel a de les investir ( peu à voir avec Rosza, mais il me semble que la musique s’insinue de manière un peu cousine) Des raisons paradoxales, tant le film pourrait constituer un contrepied terrien et apaisé aux angoisses du Resnais. On pourrait relever ainsi les points de convergence/ divergence, ce serait long mais passionnant je crois. Tel quel, il me semble avoir vu ainsi, à quelque temps de distance, un diptyque touchant ( touchant, mais pas aux mêmes endroits de nos émotions.)
    Je voulais demander, donc, à Bertrand, ce qu’il pensait de tout cela – je n’ai rien trouvé à ce sujet, mais je n’ai peut-être pas cherché aux bons endroits.
    Bonne fin d’année à toutes et tous!

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Denis Forgeât
      Difficile d’évoquer mes films sur ce blog. Je peux quand même dire que j’avais adoré le film de Resnais tout en ajoutant et ce n’est pas une dérobade ni une feinte, c’est que je pense très peu aux films des autres quand je prépare l’un des miens et ne les regarde plus. Bien sur j’ai évoqué PROVIDENCE avec Dirk Bogarde et parlé de David Mercer. Je n’ai jamais parlé de PROVIDENCE avec ma scénariste Colo Tavernier O Sagan qui s’inspirait de ses parents Je n’ai jamais pensé aux rapports dans les deux musiques. Pour celle de Duhamel, j’avais déjà chois et quasi engagé les trois solistes principaux qui devaient être un contrebassiste ((ce fut Ron Carter), un violoncelliste (Jean Charles Capon) et un guitariste (ce devait être Christian Escoudé mais il jugea comme dans Round Midnight qu’on ne le payait pas assez et fut remplacé ici par Philippe Katherine et dans AUTOUR par John McLaughlin. Il voulait plus que Ron Carter!!! Donc Duhamel hérita des trois solistes et cela le passionna d’écrire avec cette contrainte une partition sublime très différente de celle très symphonique de Roscza. Ce que vous dites m’ouvre de nouveaux horizons et je vais revoir les deux films. Je n’ai pas revu DADDY NOSTALGIE depuis des lustres Mais c’est vrai qu’ils touchent à des thèmes similaires mais c’est un peu un hasard. Je commence souvent à comprendre les raisons profondes et secretes longtemps après avoir fait les films. Pour la sortie, la plupart du temps, on élabore une interprétation en espérant qu’elle ne décourage pas les spectateurs d’autant que les journalistes quand ils croient avoir saisi une approche, une interprétation s’y accrochent et la recopient à qui mieux mieux

      • Denis Fargeat dit :

        Merci beaucoup pour votre réponse!
        Duhamel et Rosza sont, chacun à leur façon, de grands, sérieux, profonds musiciens. Il ne s’agit pas bien sûr de comparer des partitions qui n’empruntent ni les mêmes voies, ni les mêmes moyens. Mais il y a un cousinage entre leur façon d’imprégner l’image, la même façon de rester fidèle à soi-même, et surtout je crois le même type de rapport entre compositeur et metteur en scène – un rapport fait de respect et de confiance. Merci de nous apprendre que vous songiez dès le début à une instrumentation, à des musiciens précis ; un casting de musiciens, aussi déterminant que la distribution. La musique est aussi importante pour Resnais que pour vous.
        Je ferme en vous remerciant cette parenthèse et vous souhaite une excellente fin d’année.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Denis Fargeat
          Ce qui nous rapproche Resnais et moi, c’est notre amour pour les compositeurs et les musiciens. Je parlais souvent avec lui de kern, Cole Porter, Sondheim

    • Alexandre Angel dit :

      A Denis,
      Je sais qui a écrit le commentaire 666, c’est Damien Doussin ah ah
      Et bon réveillon à tous!

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Alexandre Angel
        Bon réveillon à tous, sans exclusion. Que Gilles nous revienne et que Rouxel continue à rouxeliser en lui demandant juste de modérer ses épanchements.
        Pour conjurer la malédiction, regardez ce lien. J’aime beaucoup Arnaud Demange
        https://youtu.be/vpdfAANcWKg
        et son équivalent américain Trevor Noah notamment pour le dernier DAILY SHOW
        https://youtu.be/99EAn1Azqno

        • yves rouxel dit :

          A alexandre.J’ai vu la vidéo d’Arnaud demanche.Oui c’est gentil de critiquer mais il me rappele fortement les politiques de marine l p à jean luc m quand ils sont intervenus sur les plateaux de tv pour la gestion des masques.Qu’ont ils proposés ,rien du tout,du vent et du blabla vu les élections régionales et departementales approchent pour 2021.Je ne soutiens aucunement Veran,Buzyn et encore moins Macron qui à réussit à ètre infecter par le virus en embrassant Angela et en serrant des mains lors d’une conference sanitaire à Bruxelles!!!

        • Bertrand Tavernier dit :

          Sauf que ce que dit Arnaud Demange est tout le contraire. Il pointe de manière très marrante comme il l’a fait depuis le début les dysfonctionnement d’un système, d’un gouvernement qui ne cesse de se contredire et son montage est très inventif et le compare avec ce qui se pratique dans les pays étrangers

      • MB dit :

        à AA
        « Je sais qui a écrit le commentaire 666, c’est Damien Doussin ah ah »
        vous rigolez mais
        et en plus les initiales de Damien Doussin c’est c’est…. Non!…. j’y crois pas!… j’ai peur!

        • Damien D. dit :

          Ouh là je débarque et je vois mon nom associé à des choses bizarres ici : il était temps que 2020 se termine, ça partait un peu en quenouille ! Bonne année à Bertrand et à vous tous ici et une bonne santé pour l’année qui démarre !

  18. yves rouxel dit :

    Me revoici sur la toile,afin de réagir à ces diatribes d’un niveau de l’école primaire.Le seul et veritable problème avec la gestion et la publication de commentaires sur un blog ,c’est de savoir tenir les rennes pour que le cheval ne s’emballe pas,cabre et file des coups de sabots à toux ceux qui s’en approche,car au demeurant les équidés sont des animaux admirables qui comprennent plus de choses que nous pauvres humains.On ne sait qui se cache derrière ces pseudos ou ses faux prénoms,sauf qu’a force on arrive à perçer le fameux mystère et quand la bulle est crevée,un tapis d’injures,de propos rapportés dans telle revue se répandent comme une coulée de merde dans une baignoire brillante.A force de lire Deleuze,Guy Debord et tant d’autres,le sang me monte à la tète.Je crois savoir qui se cache derrière Gilles(qui n’est pas son vrai prénom)un homme bléssé qui voulait et pensait réussir dans le milieu du cinéma ,mais la vie nous ratrappe et on fait pas forcément ce que l’on veut.Gilles a réalisé un court métrage avec feu Ticky Holgado qui a eut une courte carrière mais dont on se souvient tous le visage dans le role de crayon dans le film »Une époque formidable ».Gilles a créé une chaine sur youtube qui me plait bien ,son amour pour les musiques de films,la conctruction en maquette du village de Léone »Il était une fois dans l’ouest »puis aussi ses petits courts notamment celui sur la vie de François.Allez Gilles revenez nous rendre visite et cessons de nous queréller car la vie on le sait bien c’est comme une boite de chocolats: »On ne sait jamais sur quoi on va tomber »dixit le personnage benet de Forrest Gump campé par Tom Hancks!!!

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Yves Rouxel
      Bravo Yves

      • DIDIER dit :

        Si je souhaite quelque chose à ce blog pour l’année 2021,c’est que tous nos messages traitent de cinéma ,d’où qu’il vienne, et que disparaissent tous ces textes agressifs:que nous apprennent-ils sur notre passion commune?Que nous apportent-ils sur notre connaissance du septième art ?

        Bonne année à tous !Et surtout une bonne santé!

      • yves rouxel dit :

        Mon prochain billet est pour vous Bertrand car le film que j’analyse correspond à votre générosité,votre humanisme naturel dont on commence à vous connaitre depuis plus de dix ans.Esperons que pour 2021,il y aura moins d’invectives personnelles qui peuvent toucher certains.Nous sommes sur ce blog afin d’apporter notre éclairage,notre vision avec nos défauts et nos qualités.Soyons curieux dans l’avenir car de nombreux cinéastes de l’Europe de l’est,d’Afrique,d’Asie,d’Australie puis surtout du continent d’Amerique du sud si riche(Cuba,Le Chili,Argentine,Brésil,…)restent dans l’ombre depuis trop longtemps.Continuons aussi a aider les petites maisons d’éditions de dvd qui ont souffert,qui souffrent et qui souffrirons dans les mois à venir.N’oublions pas les réseaux de cinémas indépendants qui font un travail formidable(Utopia,Cosmograph à toulouse,cinémas d’art et d’essai..).Que la santé soient avec tous ceux qui fréquentent cet espace de liberté.

        • Bertrand Tavernier dit :

          a yves rouxel
          Bravo pour ce programme. Soutenons Doriane, Malavida, Artus qui sot les CENT CAVALIERS de Cottafavi, Potemkine et tous les autres. Soyons curieux pour les films qui le sont comme NOMADLAN de Chloé Zhao avec Une Frances McDorman sublime qui parle de ces gens qui errent sur les routes, dans des personnages désolés et magnifiques, en exerçant des boutons aussi épuisants que temporaires

  19. ballantrae dit :

    Vous avez raison Bertrand de revenir sur Moscou ne croit pas aux larmes qui est si juste et touchant.
    Cela me permet de souligner les efforts de Potemkine en matière de cinéma russe après les éditions des coffrets Panfilov, Klimov, Tarkovski ou Mère et fils de Sokourov.
    Espérons l’édition un de ces quatre des premiers films de Guerman, celle des films de Kira Mouratova ( qui était en projet avec rétrospective en parallèle mais il y eut le covid.

    En parlant de cinéma russe, j’ai manqué à deux jours près la projection de La nature de Pelechian à la fondation Cartier. Du coup je signale cet événement aux Parisiens dès que déconfinement il y aura car c’est là l’un des plus puissants créateurs vivants qui en quelques courts et moyens métrages a su inventer une musicalité du montage sidérante de beauté et d’inventivité.

    L’idéal est de voir ces films sur grand écran mais un DVD existe , certes chez Moravioff (argh!) mais au final c’est bien d’avoir les films antérieurs rassemblés en un dvd.

    Au cas où Bertrand envisagerait de donner des nouvelles de l’Est dans le prochain billet, je signale un coffret Forman chez Carlotta rassemblant ses 4 premiers films tchèques car je sais que Forman est aimé ici.
    C’était sous le sapin donc je n’ai pas encore pu y jeter un oeil pas plus que sur un autre cadeau, la réédition en br de La condition de l’homme de Kobayashi toujours chez Carlotta, film incroyable de puissance et d’humanité qui n’a rien à envier à Kurosawa.

    • Bertrand Tavernier dit :

      A Ballantrae
      J’ai déjà vanté ici tous les premiers films tchèques de Forman et de Passer ainsi que plusieurs coffrets Potemkine sur Panfilov, Klimov, Tchoukrai, Kalatozov (le BlueRay de QUAND PASSENT LES CIGOGNES est magistral). J’en profite pour ajouter ici le film idéal pour les fêtes : la nouvelle édition de ELLE ET LUI, première version, restaurée par Lobster et le Moma et sortie par Lobster. Enfin, on voit ce chef d’oeuvre dans de bonnes conditions. Je l’ai découvert.C’est absolument sublime (c’est le terme le plus juste) et Boyer et Irene Donne rivalisent de grâce et d’invention. McCarey préférait cette version et avait pris plus de plaisir avec Boyer qu’avec Grant qui l’avait accablé de mémos étranges, de questions assez sottes. Il voulait savoir quel était l’itinéraire complet de la croisière, connaitre le nom des escales, le public risquant de se désintéresser du film s’il n’avait pas ces informations. Ces demandes exaspéraient McCarey qui répétait que ce qui comptait c’est ce qui se passait entre les deux protagonistes et qu’on se foutait du reste. Mais cela paralysa parfois le tournage. Buddy Adler qui était à la tête de la Fox voulait aussi couper la réplique où le héros dit qu’il ‘a jamais travaillé « ce qui le rendait antipathique ». Quand McCarey répondait que la réplique existait dans la première version, Adler répondit qu’elle était dite par un Français » et tout le monde sait que la France est une nation de gigolos » (sic)

      • Ballantrae dit :

        La différence avec les Forman chez Malavida est qu’ils sont présents tous quatre dans un coffret, restaurés et accompagnés de boni assez alléchants.
        Vous aviez, Bertrand, parlé il y a qqs années dans le blog de Man on the moon que j’ai revu récemment avec un immense plaisir. Comme pour Lenny, je suis épaté malgré la relative indifférence que j’éprouve face au stand up. L’objet est ailleurs: dans une observation attentive d’un être singulier, porteur d’une vision du monde jusque dans ses moments les plus difficiles.
        Forman était assurément un artiste immense qui savait ne pas oublier l’intimisme dans ses grandes fresques ( les scènes en suspend au bord de la rivière dans Hair, l’écriture impressionnante du Requiem dans Amadeus, les petits détails anodins de Ragtime qui donnent ce côté délié à la narration, les scènes mondaines dans Valmont…) .
        Elle et lui je l’ai commandé du coup même si je possédais une edition précédente. Oui c’est un chef d’oeuvre miraculeux.
        Y a t’il une edition à posséder de Cette sacrée vérité?

    • MB dit :

      j’avais été très impressionné par LA BALLADE DU SOLDAT, mais j’avais 12 ans avais-je raison?

      • Mathieu dit :

        A MB:
        Oui.

        • MB dit :

          à Mathieu
          Bon.

        • Mathieu dit :

          A MB:
          Oui, d’abord parce qu’on a raison en général de se fier à ses impressions de spectateur de 12 ans si elles ont été marquantes. Moi entre autres exemples j’ai été très impressionné, mais je devais avoir plutôt 9-10 ans, par la vision de CYCLONE A LA JAMAIQUE (cette comédie légère vantée par Rouxel), vu pourtant sur un petit poste noir et blanc et une image certainement recadrée.. La mort du gosse qui tombe d’une fenêtre, inacceptable pour moi (et rarissime dans le cinéma de cette époque, cf. Hitchcock-Truffaut à propos de SABOTAGE) et qui faisait basculer toute la suite du film dans quelque chose d’indiciblement inquiétant.
          Ensuite parce que LA BALLADE DU SOLDAT reste dans mon souvenir un film unique (j’ai envie de le revoir), un film qui semble venir d’une autre civilisation, qui parle de fraternité et d’amour de la patrie (deux notions indissolublement liées), sans phrases ni idées abstraites, où plutôt qui n’en parle pas mais les rend sensibles, avec une attention poétique aux êtres et à la nature, sans idéalisation non plus (le film montre aussi des personnages aux comportements durs, égoïstes ou mesquins, mais sans les juger), un film unique dans le cinéma mondial et sans doute aussi dans le cinéma soviétique que je connais mal.

        • MB dit :

          à Mathieu
          BALLADE DU SOLDAT
          Merci

          ya un dvd français, vous l’avez évalué?

      • Mathieu dit :

        A MB:
        J’ai vu le film grâce au DVD Ruscico emprunté à ma médiathèque. Essayez la vôtre. Le film a été réédité depuis dans un coffret Grigori Tchoukhrai de 3 films chez Potemkine, testé sur Dvdclassik, mais il doit s’agit probablement de la même source. Je me souviens d’une définition plutôt bonne voire très bonne, et d’une image peu contrastée mais ne venant pas d’une perte de contraste pour cause de mauvaise copie, mauvais transfert numérique, etc… mais d’une photo d’origine toute en douceur et en beaux dégradés. On aimerait bien une édition en Blu-Ray… Intéressant bonus avec une interview de Grigori Tchoukhrai.

  20. ballantrae dit :

    Je confirme l’intérêt de l’ouvrage de S Roffat qui semble procéder d’une démarche d’investigation rigoureuse avec des témoignages et des documents nombreux.C’est assez troublant pour moi de voir se nuancer (sinon s’écrouler) ma vision du parcours de P Grimault car j’étais persuadé de la culpabilité du producteur dans les errances de la genèse de La bergère et le ramoneur or il semblerait que Grimault comme Prévert ont leur part de responsabilité. Je ne savais pas Prévert potentiellement aussi désinvolte même si Voyage à travers le cinéma français soulignait que la rigueur de Carné avait canalisé cette part du poète/scénariste.
    Sarrut ne serait pas le Philistin obtus que l’histoire du cinéma a retenu en somme et aurait fait ce qu’il pouvait pour maintenir à flot le projet qui devenait de plus en plus compliqué à mener à terme.
    Un vrai gros boulot d’historien qui rejoint le sérieux des ouvrages américains, dans la foulée des biographies de Renoir et Autant Lara ces dernières années qui avaient elles aussi permis de revisiter le parcours de deux cinéastes à l’aune de documents importants et de témoignages pas nécessairement connus.
    Un livre à lire assurément. Cela ne met pas en cause le talent de P Grimault mais permet de mieux comprendre comment le cinéma français a longtemps laissé passer sa chance pour ce domaine de l’animation.

  21. MB dit :

    à A Angel
    Vous avez bien fait de me pousser à revoir MAN WITHOUT A STAR, je l’ai revu à la TV (Arte) et été subjugué par l’intelligence du film, et l’accord parfait entre Vidor et Douglas, ici, bon acteur où son exubérance est justifiée: quand il joue du banjo en dansant ça lui va très bien comme d’hab de se mettre en avant mais c’est réussi et c’est une idée de Vidor. Bon, Jeanne Crain est pas très convaincante d’habitude mais là, son jeu fermé et sans invention convient à un personnage particulièrement antipathique et froid et dissimulateur disons.
    Je ne sais pas pourquoi j’étais passé à côté!
    Un truc curieux la chaîne C8 passe LA GRANDE ILLUSION ce soir, si le cinéma classique attire les annonceurs sur les chaînes privées c’est un scoop! (reste le maudit logo).
    Demain LES AFFAMEURS sur Arte (je sais, tout le monde l’a vu) et à la suite LES NUITS DE CABIRIA! Broadway Alleluia et tout ça!

  22. yves rouxel dit :

    Bien je vais m’écarter un peu de ce retour de flamme de Bertrand contre Gilles. »F for fake »n’est pas un vrai film et encore moins un faux documentaire mais reste une pierre blanche à découvrir .Réalisé et scénarisé par l’immense Orson Welles avec la complicité de François Reichenbach,l’oeuvre nous dévoile le monde équivoque des faussaires internationaux en matière d’art.On suit le personnage de Elmyr de hory Hongrois d’origine qui à commençé sa carrière de faussaire aux états-unis puis a fuit le pays pour l’ile d’Ibiza.La bas il recevait du beau monde:Jean pierre Aumont,Juan carlos qui n’était pas roi à l’époque,des stars du rock ainsi que des mannequins en vue.Il est arrivé à vendre des copies plus chères que des tableaux originaux,et sa particularité c’est qu’il n’avait jamais d’argent en banque.La vaste demeure qu’il occupait pour ses grandes fètes lui était prété par un armateur grec dont il avait oublié le nom.Enfin il était un personnage fantasque et culotté .Plus loin Orson nous entraine sur les pas de Clifford Irving auteur de »Fake »ouvrage traitant de faux en art.Ce dernier prétendait détenir un manuscrit du millionnaire américain Howard Hughes,dans lequel celui çi racontait sa vie et comment il fit fortune.Hughes nia pendant longtemps avoir confié un manuscrit à cet inconnu.Irving fut accusé de contrefaçon,mais les experts examinèrent le fameux ouvrage et authentifiat l’écriture du magnat!!Je gardais le meilleur pour la fin ou Welles nous narre ses débuts au théatre à Dublin alors qu’il n’avait que 16 ans.C’est ici en Europe qu’il eut l’idée d’écrire et de mettre en ondes « La guerre des mondes »de H.G Wells.il explique qu’a l’époque la radio régnait en maitre ,le cinématographe balbutiait tandis que la télévision commençait à émerger dans quelques foyers aisés.Quand la vérité des uns flirte avec les mensonges des autres celà nous donne cet essai qui reste un grand moment de cinéma.

  23. Damien D. dit :

    A toute fin utile, à Bertrand et à tous : la revue de cinéma « Apaches » que j’avais découvert et dont j’avais conseillé le premier numéro sort son numéro 2 ce mois de décembre. La nouveauté est la possibilité désormais de s’abonner pour 3 numéros !
    https://www.apaches.ch/

    • Pierrick dit :

      Oui le premier numéro est excellent, très mac-mahonien

    • ballantrae dit :

      Merci pour le conseil: je n’en avais pas entendu parler.
      De mon côté, je vous conseille Revus et corrigés , revue qui en est à son n° 9 avec des dossiers copieux ( ce coup-ci Musique de film avec de nombreux entretiens: Ph Sarde, H Shore, Q Jones, E Demarsan mais aussi votre ami S Lerouge, Bertrand) des retours sur des cinéastes réédités en DVD ou en reprise (du moins hors confinement), des rubriques telles que « Professionnel de la profession » qui ouvrent des perspectives concrètes sur le cinéma en train de se faire, etc…
      Avec la revue sur l’animation Blink blank mon autre coup de coeur éditorial récent qui prouve que les revues sont un espace toujours stimulant pour les cinéphiles.

  24. yves rouxel dit :

    Sur une musique de Joseph Kosma,un scénario de Jean Anouilh »Le rideau rouge »est un film réalisé par André Barsacq .L’oeuvre est éclatante car elle met en avant l’univers et les coulisses du théatre.Tout commence un matin dans le bureau d’un commissaire de police.Son assistant lui tend un journal et le commissaire apprend la mort d’une vedette dans la page des faits divers.Il va nous narrer l’histoire d’un meurtre qui s’est déroulé au sein d’un petit théatre ou l’on joue »Macbeth ».Michel Simon dirige la pièce de main de maitre et se met en colère après le duo de comédiens qui ne sont pas juste dans le ton et la gestuelle des personnages.On va suivre l’enquète au coeur des coulisses avec tous les métiers de l’ombre(le bruiteur campé par le génial Marcel Perez,Gerard Darrieu qui lève le rideau..).L’assistant du commissaire est pris par la pièce et pose des questions au personnel au sujet de Macbeth.Mais le personnage le plus truculent et crédible outre Pierre Brasseur et Michel Simon,c’est Noel Roquevert qui déclame Racine lors de son arrestation,lui pauvre acteur mis sur la touche par le métier qui se retrouve sans le sou.Ce n’est pas à proprement dit de la grande mise en scène mais on est litteralement happé par ce scénario original.En complément un très bon bonus signé par le fils d’André Barsacq,natif des landes mais qui à vécut en Crimée,c’est là qu’il découvrira le théatre avant de revenir en France et de rencontrer Jean Anouilh qui restera un ami proche jusqu’a la fin de sa vie.Voilà encore une curiosité à découvrir.

    • Bertrand Tavernier dit :

      a yves rouxel
      Elle a été évoquée plusieurs fois déjà. C’est marrant, Yves, au lieu de répondre à certaines objection que l’on vous fait et qui sont argumentées, vous bottez en touche en balançant un autre film au scénario original, certes, mais à la mise en scène scolaire et appliquée. Qui a le mérite de nous faire visiter les coulisses de l’Atelier

    • Julia-Nicole dit :

      A Yves Rouxel:
      Le 9 décembre, vous écrivez: « Ce sera mon dernier billet du mois et de l’année 2020 afin de ne pas monopoliser le blog de mes déviances personnelles. »

      Depuis cette date, j’ai compté 12 messages de votre part! Et l’année n’est pas encore finie!
      Vous avez l’intention de vous moquer du monde – et de nous infliger vos « déviances personnelles » – encore longtemps ?

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Julia-Nicole
        S’il vous plait, n’agitez pas de chiffon rouge. Tout le monde peut changer d’avis et deux ou trois des billets contenaient des points intéressants. Il ne consulte pas l’avis des autres mais je crois aussi qu’il ne se relis pas

        • yves rouxel dit :

          A Bertrand.C’est marrant mais la chanson « Le chiffon rouge »est une de mes chansons préférées de Michel Fugain.Jadis au début des années 80 c’était l’hymne des jeunesses communistes.Bon soyons serieux,je vais tenter d’éviter les fautes d’orthographes et surtout de répondre à mes détracteurs qui sont de plus en plus nombreux.J’en ais compter 42 depuis le 1er janvier 2020.Vraiment quelle année de merde,enfin je me rassure ma voisine de palier qui à 98 ans m’a sortie hier matin: »C’est l’année de tous les dangers ».Alors on s’est mis à parler cinéma et du film de Peter Weir qu’elle ne connaissait pas.Moi j’ai dit étrange comme c’est bizarre!!

        • Ballantrae dit :

          L’idéal serait de lui montrer le film comme cela vous parleriez sur une base commune. Elle doit apprendre plein de choses sur le cinéma votre voisine au fil des conversations.
          Sinon je constate avec joie que vous avez relu le blog mais hélas ce n’était que pour simplement comptabiliser le nombre de ceux qui vous ont demandé de changer de fonctionnement. Vous n’êtes pas rejeté mais simplement un peu rappelé à l’ordre.
          Pas un cercle vertueux tout cela Yves!

        • yves rouxel dit :

          A ballantrae.Vous savez ce que disait Marcel Achard sur la vertu »C’est la faiblesse des pauvres d’esprits qui n’ont pas de matière grise »!!!

        • Bertrand Tavernier dit :

          A yves Rouxel
          ce quoi Montesquieu répond
          Comme il faut de la vertu dans une république, et dans la monarchie de l’honneur, il faut de la crainte dans un gouvernement despotique la vertu n’y est point nécessaire et l’honneur y serait dangereux.

        • Ballantrae dit :

          Comme quoi, quand vous le voulez, vous vous montrez synchrone avec les messages ou le billet.
          C’est une bonne nouvelle même si j’en fait les frais via M Achard. Mais tout cela n’est pas très grave😉

        • Ballantrae dit :

          Pardon « fais  » et non « fait ».
          Saleté d’écran tactile!

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Ballantrae
          Je remarque avec un peu d’étonnement la susceptibilité de certains participants et je pense à ce que l’on doit subir, nous metteurs en scènes, comme attaques personnelles, de quasi insultes, de remarques à coté desquelles les piques de MB ou roule sont des pépiements d’oiseaux, du MISSISSIPPI BOUSE lancé par Libération à bourgeois lyonnais antisémite, de diplodocus au gros cul quand je me battais contre la colorisation. On a peut être appris à avoir le cuir plus épais.
          Pour mieux célébrer Noel et imiter notre cher Yves, vedette incontestée du blog, je recommande fortement le coffret COUNTRY MUSIC sorti par Arte. Magnifique documentaire de Ken Burns qui m’a ému aux larmes et m’a fait découvrir des chansons sublimes et pourtant je croyais m’y connaitre un peu entre Hank Crawford, patsy Cline (SWEET DREAMS magnifique film de Karel Reisz), Johnny Cash, Willie Nelson, Loretta Lynn
          (THE COALMINER’S DAUGHTER) des chanteurs et chanteuses que j’ignorais de Rosanne Cash à Hank Crawford jr et aussi le talent de parolier de Kris Kristofferson qu’un intervenant juge égal sinon supérieur à Johnny Mercer, Dolly Parton, beaucoup plus fine et intelligente que je l’imaginais sans parler de Willie Nelson, Waylon Jennings la Famille Carter et les vedettes du Blue Grass. Avec cette plongée dans l’Amérique profonde, Burns nous montre à quel point ces chansons témoignent de la vie quotidienne avec ses épreuves et ses tentations : alcool, drogue. Beau document sur la surdité fréquente des maisons de disques qui tentent d’éliminer des dizaines d’albums qui seront des mega hit. Difficile de ne pas être ému par les retrouvailles de Johnny Cash et de sa fille, par Dolly Parton qui compose une chanson pour expliquer à son mec qu’elle veut être libre et ne trouve que ce moyen pour le convaincre.

        • Ballantrae dit :

          C’est bien ce que je disais Bertrand.
          Si franchement on se vexe ou fâche à cause de nos discussions, c’est un contresens…car on est là pour le plaisir de l’échange! Le blog n’a jamais été source de tracasseries pour ma part mais un espace festif.
          Merci pour les conseils en tout cas.
          Bonnes fêtes à tous et vive le cinéma car c’est l’amour envers lui qui nous rassemble…y compris quand nous ne sommes pas d’accord😉
          Que 2021 nous fasse oublier 2020 et ses aléas.

        • Ballantrae dit :

          Idem dans qqs autres professions!
          Allez Rouxel comme le dit Bertrand vous êtes notre vedette et avez inventé une Rouxel’s touch qui n’appartient qu’à vous! Donc relax et bonnes fêtes.

        • Gilles dit :

          A B. Tavernier

          Avoir le cuir épais quand on fait un métier public c’est le minimum vital. « Les attaques c’est fait pour rebondir » comme le disait Godard, rajoutant qu’aucun metteur en scène ne s’était jamais suicidé. Il oubliait le pauvre Richard Quine. Il y a ceux qui sautaient à la gorge à titre préventif : A Cannes Leymergie dit à Pialat « votre film est co-produit par Antenne 2″ Mais j’en ai rien à foutre qu’il soit co-produit par Antenne 2 ! » Ou Sarde lançant à la mère Bergman « vous avez sucé la moitié d’Hollywood pour réussir et aujourd’hui vous crachez sur LA GRANDE BOUFFE. » Des artistes libres, ils faisaient des chef d’oeuvres. Aujourd’hui on a des gens de la Femis, très polis, ils font attention à tout ce qu’ils disent. On s’emmerde autant à les écouter qu’à regarder leurs films. Beuh !

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          Ca m’ennuie de vous contredire mais beaucoup de réalisateurs ont été abimés par la critique et plusieurs en ont souffert physiquement et pas seulement Quine. Des gens comme Cottafavi ont vu leur carrière stoppée par une conspiration critique imbécile après la FLAMME QUI NE S’ETEINT PAS. Becker a été tellement malmené par la réception de CASQUE D’OR qu’il a ramé par la suite. Clouzot ne s’est jamais vraiment remis de ce qu’il a subi sur le CORBEAU et il a du adhérer implicitement au PC pour les faire cesser. Les exemples de Sarde et Leymergie ne prouvent rien Ce ne sont pas des critiques.Et Sarde fait preuve d’une misogynie crasse en l’occurence. Le fait Bergman ait eu des aventures souvent avec ses partenaire n’autorise pas ce genre de jugements. Elle se conduisit très bien avec Rosselini qui la trompa copieusement et fit aboutir beaucoup de films épatants. Il y a une immense différence entre une critique sévère, parfois féroce de Cournot à Bord en passant par Bernard de Fallois et les insultes avec Calembourg du style Aux lions les crétins pour un film de Resnais et chronique d’une merde annoncée.

        • Ballantrae dit :

          Ouais Gérard Lefort pouvait tomber bas ( au dessous de la ceinture) avec ses calembours. Je me rappelle un papier idiot où il disait que tel acteur se « gabinisait » comme s’il s’agissait de l’insulte suprême.
          Peu d’effort analytique, beaucoup de postures et de fiel.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Ballantrae
          Exact et pour continuer à répondre à Gilles, mon ami Pat Mc Gilligan évalue à plus d’une quinzaine aux USA les réalisateurs cassés par une très mauvaise réception. Pas au point de se tuer sur le coup mais plusieurs ont sombré dans l’alcool, la drogue. Ou leur carrière s’est comme arrêtée. Pensez à Michael Powell après la réception haineuse du VOYEUR (une journaliste avait écrit que la chose utile à faire était de voler les copies et de les jeter dans un égout. Est ce de la critique ?) qui n’était plus invité nulle part, n’était plus reçu dans les clubs et ne réussit jamais plus à monter le moindre film en Angleterre. De plus je doute fort qu’Alain sarde ait lancé publiquement sa vanne contre Bergman en public. C’est un propos de fin de repas franchouillard. Et je n’aime pas qu’on l’appelle la Mere Bergman. Elle a abandonné Hollywood et des contrats mirobolants pour faire naitre STROMBOLI, VOYAGE EN ITALIE, EUROPE 51. Quiconque aura accompli le centième pourra l’appeler la Mère Bergman

        • Pascal MINETTE dit :

          Sur la COUNTRY, n’oublions pas Kenny Rodgers et son GAMBLER, Jimmy Reeves…
          CITY OF NEW ORLEANS de Steve Goodman rafle la médaille d’or, pour moi . Impossible de se lasser d’écouter ça, et quelle que soit le groupe parmi les dizaines qui l’ont reprise.

        • Pascal MINETTE dit :

          A Moi-même : QUEL que soit, nom de Dieu !

        • DIDIER DUMONTEIL dit :

          Excusez-moi,M.TAVERNIER ,mais ce n’est pas plutôt de HANK WILLIAMS et de HANK WILLIAMS JR que vous parlez ?L’omission de l’auteur de  » I’ll never get out of this word alive » (sic) semble impensable dans un coffret country classique.

          Le film d’Eastwood « honky tonk man » est peut être inspiré en partie du destin tragique de Williams

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Didier Dumonteil
          En fait je voulais parler des deux mais je connaissais le premier et j’ai découvert le second

        • MB dit :

          à Bertrand
          j’ai tendance à monter trop vite, c’est ma faute, maniant le 2ème degré 3/4, je crois que tt le monde va le percevoir (ah, le coup de Guy Lefranc bref) or le clavier ne permet pas de le percevoir aussi bien que dans la vie.

          j’avais vu sur Arte (je l’ai gardé d’ailleurs) un film: « AMERICAN EPIC » (le condensé d’une série en 4 épisodes) qui situait la cause de la floraison de ces talents musicaux dans la pauvreté et même la misère, beaucoup de ces créateurs, chanteurs-ses et musiciens, étaient des fermiers gérant des terres peu fertiles qui leur donnaient si peu de travail qu’il se consacraient beaucoup à la musique. Il faut voir aussi comment le champ commun de la music folk a été partagé aussi bien par des Blancs que des Noirs (Mississippi John Hurt est-il un bluesman ou un chanteur de folk?) maintenant, je ne vousrais pas mélanger folk et country!
          Je vais chercher ce coffret de Ken Burns.

        • Didier dit :

          CITY OF NEW ORLEANS de Steve Goodman
          Un hit pour ARLO GUTHRIE EN 72
          et pour joe DASSIN qui transforma ce texte chanté par un train en « salut les amoureux »
          GOODMAN est mort de leucémie à 26 ans.
          Il y a aussi John PRINE ,disparu cette année (covid).

        • Alexandre Angel dit :

          Je pensais bien Bertrand, que vous alliez tôt ou tard vous exprimer sur COUNTRY MUSIC. J’aurais pensé le trouver dans une chronique. C’est un documentaire formidable , que j’ai vu 2 fois, et sur lequel je me suis précipité dès que j’en ai entendu parlé il y a presque 2 mois.
          J’adore les films de Ken Burns. Il y a des gens qui chantent juste, qui réfléchissent juste, que sais-je, lui, par ses documentaires, il restitue juste. C’est-à-dire qu’on ne se surprend jamais à être frustré d’une quelconque manière à la vision d’un de ses films. On se dit jamais : il aurait pu aborder ceci, ou cela, c’est dommage.
          Non, tout ce que l’on sait d’un sujet (que ce soit beaucoup ou peu, peu importe) on le trouve, on l’a. Non seulement en termes de contenu, mais aussi en termes émotionnels.
          Bien sûr, de par son sujet, COUNTRY MUSIC est moins monumental que THE WAR. Et, qui plus est, soumis à une construction plus conventionnelle là où la progression chronologique de THE WAR, en elle-même parfaitement dramaturgique, était vertigineusement entrelacée avec les destins individuels de quelques natifs des quatre villes impliquées dans la guerre.
          COUNTRY MUSIC ressemble, dans sa construction, à n’importe quel documentaire sur un genre musical, de ses origines à ce qu’il est de nos jours.
          Mais ici, ce qui est fort est l’impression donnée que tout ce beau monde de la country est réellement une affaire de famille, dont les membres seraient liés les uns aux autres par une sorte de pacte. Burns, même quand il aborde des artistes (que je ne connaissais pas et dont je n’ai guère envie de me procurer un disque) comme Garth Brooks n’oublie jamais de restituer la vibration exaltante, émotionnelle et surprenante d’un genre dont notre plus ou moins grande ignorance pourrait nous faire croire qu’il n’est pas surprenant, justement, qu’il est prévisible.
          Et je trouve à la fois habile et naturel que toute la construction du documentaire s’articule autour d’un fil rouge, d’une colonne vertébrale qui n’est autre que Johnny Cash, figure tutélaire dont on comprend que Ken Burns considère qu’il est le plus grand de tous ceux qui sont cités.
          L’évocation, dans la dernier épisode, de sa période Columbia/Rick Rubin (dont il faut posséder tous les disques!) avec en acmé sa reprise de U2 qui accompagne ses funérailles, j’en ai encore les poils dressés.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Alexandre Angel
          Moi aussi

        • Gilles dit :

          A B. Taverner

          C’est la liberté de ton qui importe, ou la liberté de parole, Pialat rajoutant au gentil Leymergie « c’est dégueulasse ce que vous êtes en train de faire. » Le plateau TV était avant la remise des prix. Et l’insolence est une partie de ping-pong. On ne bouscule jamais des auteurs fades.Dans les vieilles revues que j’affectionne j’ai relu un dialogue croisé entre détracteurs et partisans de Lelouch. Les premiers n’y vont pas de main morte ! Inimaginable autour d’Ozon ou de Celine Sciamma, tout simplement parce qu’il n’y a pas matière.
          Les saltimbanques se prennent terriblement au sérieux de nos jours. « Cannes c’est pas trop dur ? » question posée à jeune cinéaste français « C’est dur et c’est jouissif à la fois. C’est dur de savoir que son film peut être rejeté…. » Question équivalente posée à Mastroianni vingt ans plus tôt « Eh oui mais c’est mieux qu’à la guerre non ? »

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          C’est vrai que beaucoup se prennent au sérieux mais attendez un peu avant d’expédier cavalièrement Ozon qui a signé plusieurs films passionnants et qui n’est pas donneur de leçons. Et quand Desplechins est interrogé par quelqu’un qui n’est pas un yes man, il dit des choses passionnantes sur le tournage de ROUBAIX, film que j’admire énormément.
          On disait la même chose de Lelouche, il y a trente ans. Et la presse était différente : beaucoup plus de titres, de variétés, de lecteurs, d’emprise des partis politiques. Chapier était différent de Bory, de benayoun, de Baroncelli, de Cournot. Il est vrai que l’on a tendance à submerger certains créateurs sous les dithyrambes : Chabrol remarquait qu’à son deuxième film, Carax avait été comparé à Godard, Chaplin, Griffith, Welles, Eisenstein et disait : « qu’est ce qui va lui rester pour le cinquième film ». Mais ni Lioret, ni Brizé, ni Le Guay, ni Giannoli, ni Jeanne henry ou Julie Bertuccelli, ne nous accablent sous les déclarations prétentieuses et définitives. Et pas mal de leurs films sont remarquables. Oui pour la liberté de ton mais elle peut devenir pesante quand on raconte n’importe quoi. Autant Lara qui dans les dernières années assène des insultes mais aussi contre vérités, des conneries énormes peut se protéger et dire que les seuls bons juifs étaient ceux qui travaillaient avec lui. On peut aussi trouver que c’est piétiner la liberté d’expression que d’entériner de telles sottise. Il y a certes des gens qui se haussent du col et sur dramatisent Cannes. Il n’empêche que c’est une expérience qui peut être pénible et certains films ont eu du mal à s’en remettre (MONSIEUR KLEIN, je l’ai vécu) et d’autres ne s’en sont jamais remis (les deux Havanavicius dont un était vraiment bien, LES PATRIOTES de Rochant dont Cannes a stoppé la carrière pendant des années. Bien sur c’est moins grave que la guerre mais nier que cela peut être très douloureux pour un créateur s’appelle avoir des oeillères). La carrière d’un film est devenue plus
          difficile qu’à l’époque de Lelouch et on se relève plus difficilement d’un échec. On ne peut pas comparer ce que subit un acteur qui peut plus facilement rebondir et un cinéaste surtout quand ce dernier a investi, ce qui arrive souvent, son argent, son salaire. Tout cela pour se voir balayé en une projection ou en quelques heures. Le premier jour à 11 heures, on peut venir vous dire : cela va être un bide. C’est foutu ». Il y a des gens, sans doutes de ces artistes que vous raillez, qui ont un peu de mal à vivre cela
          mais aucun de vos deux exemples n’est convaincant

        • Gilles dit :

          … et pour rajouter que Bergman avait reçu la monnaie de sa pièce pour son comportement ignoble à l’égard de Ferreri, alors qu’elle présidait le festival.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          J’ignorais qu’elle avait eu une attitude ignoble vis à vis de Ferreri, lequel a pu aussi avoir des conduites très discutables.La faute en est à ce snobisme qui faisait prendre une masse d’acteur anglo saxons, Kirk Douglas par exemple et non des cinéastes ou écrivains encore que…
          Ce qui compte pour moi, c’est que Bergman ait eu la force de tourner le dos à Hollywood et de faire naitre une série de chef d’oeuvre de STROMBOLI à UNDER CAPRICORN et NOTORIOUS. Le reste n’est que vanité et le film s’en est super bien sorti avec ce scandale

        • Ballantrae dit :

          Ignoble, vous y allez fort: c’était une femme de sa génération et penser Ferreri en général et La grande bouffe en particulier comme pouvant créer une sorte de consensus positif me semble un contresens.
          Sa réaction etait logique : sa vision du cinéma italien c’était Rosselini.
          Ingrid Bergman était une très grande actrice jusqu’au bout. J’ai revu récemment Sonate d’automne qui est impressionnant à plusieurs reprises.

        • yves rouxel dit :

          A tous car la liste serait trop longue.Je me sens pas du tout rejeter malgré mes emportements,mes coups de colère injustifiés,mes égarements car j’ai toujours pris des « chemins de traverses »et n’ai jamais suivit les routes traçées.Enfin je vais arreter de parler de ma personne et vous conseiller la collection « La totale »,à la fois impressionnante d’érudition,parfaitement claire et joliment mise en page et illustrée.Le tandem magique Philippe Margolin et Jean michel Guesdon s’attaquent au répertoire de Bruce Springsteen,soit 332 chansons sorties entre 1973 et 2019.Ne manque à l’appel que le tout nouveau disque, »Letter to you »,plus Springsteen que jamais.une nouvelle fois les auteurs nous impressionnent par la précision du propos et la formidable recherche documentaire. »La trilogie de la vie »de Pier paolo Pasolini est sorti chez Carlotta en dvd et BR.Avec »Le décameron », »Les contes de Canterbury » et »Les mille et une nuits »le cinéaste maudit réussissait la prouesse ,en adaptant »Boccace » »Chaucer » et les contes orientaux,à ètre à la fois érudit et paillard,spirituel et érotique.Dans une farandole bondissant vigoureusement de l’excitant au macabre,du réalisme le plus cru(la crasse,les fluides,les gueules édentées,sacré casting)à la fantasmagorie la plus débridée.Revoir cette »trilogie »enfin remasteurisée et proposée pour la première fois en blu-ray procure donc un bonheur intense et un certain désarroi.Qui produirait de tels films,forcément jugés sacrilèges,aujourd’hui?Qui oserait filmer les corps,des femmes et des hommes,parfois adolescents,souvent hors normes,avec cette tendresse suggestive mais jamais concupiscente?Et question géopolitique cette fois çi,qui pourrait filmer les fantaisies du sexe au milieu des beautés architecturales du Yémen?Dans les années 70,le vent de la liberté soufflait très fort et Pasolini en était le poète exuberant.Sur ce je m’éclipse car je vais écouter Jonie Mitchell,chanteuse Canadienne qui n’a jamais eu le succès qu’elle mérite en France.Keep on running!!!

        • MB dit :

          à Bertrand, Ballantrae: pour développer simplement, je dirais que certains critiques de l’actualité (quotidiens, hebdos, moins dans les mensuels) ne paraissent pas avoir conscience du poids représenté par la production d’un film (hors les productions « confortables » dans lesquelles on aplanit ttes les difficultés à l’avance au détriment du rythme du film, où on ne fait que miser sur l’attrait commercial de vedettes). D’ailleurs certains critiques semblent n’avoir aucune idée de ce que c’est que de se frotter à la matière qui alourdit tout, et sans avoir été sur un tournage, ne jamais avoir travaillé dans telle ou telle entreprise avec un travail pénible, du coup ignorer la corvée, la poisse, le poids (en kgs) des choses à déplacer. Il suffit d’avoir connu ça et de transposer dans un plateau de ciné (qui est aussi une entreprise) pour se rendre compte de la difficulté de faire un film. Alors, ces conditions peuvent produire un mauvais film et ils auraient raison de le juger ainsi, mais la rigolade, la moquerie devraient être exclues mais ils n’en ont cure ils sont passés sans doute directement de l’école de journalisme à la critique du film. J’ai fait un stage de ciné ya une paye je me souviens qu’on en a tellement bavé qu’il me suffit de transposer pour comprendre ce que c’est qu’un tournage de long mètrage pro, il suffit de multiplier les emmerdes par 10 au moins.
          Que ça donne un mauvais film ok, ça peut, mais avec un peu de bon sens ils s’abstiendraient de calembourder ou de frimer, d’ailleurs ils pourraient éviter de se pencher sur les films qui ne les branche pas (mais c’est la loi de l’actualité, aussi je me méfie des critiques négatives dans les quotidiens).

        • Bertrand Tavernier dit :

          A MB
          Vous avez raison. Et tout a été bouleversé à la fin des années 70. Avant, les critiques, en dehors ce ceux qui faisaient primer l’idéologie du PC à l’extreme droite, considéraient que si un réalisateur qu’ils estimaient avait loupé un film, ils attendaient lundi avant de faire paraitre leur article ou accordaient une semaine de grâce. Le film passait avant leur avis. Tout cela a été bouleversé et on s’est mis à écrire des brulots, des articles destructeurs AVANT LA SORTIE. J’ai connu des films à qui on retirait un quart des salles à la suite de ces attaques. Il est vrai que l’on ne doit pas prendre en compte les difficultés rencontrées par un cinéaste, le temps, la pénibilité de son travail qu’il a pris pour excuser ses erreurs mais on peut, par respect, lui accorder quelques jours de répit. Ce qu’avait fait Baroncelli pour MAX ET LES FERRAILLEURS qu’il n’avait pas beaucoup aimé ou Cournot devant un Resnais qui l’avait déçu. Depuis,’est le critique qui
          devient la vedette et fait son numéro de même que souvent l’animateur veut être le centre et reléguer ses invités à l’arrière plan

        • MB dit :

          « Je me sens pas du tout rejeter  »
          à Yves Rouxel
          ben encore heureux vous recevez bien plus de compliments de tapes dans le dos et d’encouragements, que de ruades et de critiques, manquerait plus que vous vous preniez pour un proscrit!

        • Gilles dit :

          A B Tavernier

          « J’ignorais qu’elle avait eu une attitude ignoble vis à vis de Ferreri »
          C’est Philippe Sarde qui raconte ça, lors d’un entretien où il cite ce qu’il lui a renvoyé à la figure. Personnellement je n’étais pas né.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          C’est votre problème. Vous vous gargarisez avec des témoignages qui n’ont aucune fiabilité. Il a raconté n’importe quoi ce qui faisait hurler Dabadie, Sautet. Il mentait très souvent (ne serait ce que pour cacher ses retards de livraison et cela faisait partie parfois de son charme), proclamait qu’il avait tout seul sauvé TESS (c’était après s’être brouillé avec Polanski), qu’il avait été l’amant de Romy Schneider. Descendait systématiquement tous ses collègues et tous les metteurs en scène qui ne travaillaient plus avec lui. Ce qui ne l’empêchait d’être souvent un allié formidable et un compositeur inspiré, aimant passionnément les films sur lesquels il travaillait. Avec Stephane Lerouge, on pointait ses délires, ses inventions. Pour le plaisir d’une vanne, il s’est brouillé 18 ans avec son frère qu’il avait dénoncé dans une interview comme proxénète du coup Alain m’a interdit de le prendre pour LAISSEZ PASSER (« tu ne peux pas prendre un mec qui dénonces son frère quand tu fais un film sur la Continental », argument imparable) Si ce sont vos sources, bonjour la fiabilité. Arrêtons là, cela prend une mauvaise tournure

        • MB dit :

          à Bertrand
          merci je n’avais pas remarqué l’aspect historique de la critique, la dictature de l’actualité: voir le film avant le public, privilège qui n’était pas installé auparavant.
          En plus le critique chouchouté ne paie pas bon, pour la qualité de l’avis ça compte aussi…
          Des grands films ont étés tournés sans difficulté bien sûr et l’inverse. Ah! je viens de revoir UN JEU BRUTAL et admiré les plans de paysage avec Emmanuelle Debever au sommet de la colline, après dans le bonus Brisseau dit « Qu’est-ce qu’on s’est emmerdé à monter le matériel là-haut! ». Il me semble que dans LE JUGE ET L ASSASSIN et dans certains films de Powell-Pressburger…

        • Pascal MINETTE dit :

          Sur les critiques de cinéma, je suppose que c’est comme en musique ou en gastronomie, la valeur littéraire prime sur le jugement de fond. Entre deux avis, je pense que c’est celui qui est le mieux tourné qu’on va publier, même si ce n’est pas le plus judicieux.
          Une belle plume a plus de chances d’être remarquée qu’un cinéphile, une oreille ou un palais pertinents.

        • Gilles dit :

          C’est quand même ahurissant de lire certaines choses. Un tournage comparable au travail lourd d’une entreprise. Le moindre petit assistant, le moindre petit stagiaire, sous payé, sous considéré, sur-exploité dans sa charge de travail, est prêt à lécher par terre pour être là. Sur le tournage du Conformiste Trintignant a dit à Bertolucci « arrête, tu vois bien qu’il n’en peuvent plus » et Bertolucci lui répond « mais non, ils sont tellement fiers de travailler pour moi. » Et c’est Bertolucci qui a raison !(Entretien avec A. Asséo). A moins que la FNATH ne fasse son travail qu’à moitié, je doute qu’on répertorie les mêmes maladies professionnelles ou la même croissance de suicide sur les plateaux de cinéma. Le coeur n’est pas aussi vaillant pour aller travailler sur une plateforme de distribution alimentaire que sur un film. C’est moins la fatigue physique qui détruit le salarié que le rapport de force auquel se rajoutent toutes sortes de pressions psychologiques, bien souvent sans horizon. Christophe Dejours l’a démontré dans Travail usure mentale. Et si sur un tournage il y a fatigue ou maltraitance (Rosi rapportant à M. Ciment, qu’assistant de Visconti il le faisait pleurer tous les jours) ça dure… le temps d’un tournage. Le « c’est mieux qu’à la guerre » lancé par Mastroianni, n’est pas qu’une boutade. Il sait de quel milieu il est extrait, contrairement à ce jeune cinéaste français fils de vedette. « Ah oui c’est dur le cinéma ». Va bosser à l’usine mon gars ! Tu feras la différence. Le cinéma n’est plus fait que par une catégorie vivipare depuis trois générations. Brisseau disait encore peu de temps avant de mourir « on me disait bien, ne dit jamais que tu es un fils de prolo, tu vas te faire détruire. »

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          Je ne comprends rien à ce que vous dites et j’arrête cette discussion inutile, oiseuse. Qui a comparé le travail sur un plateau à celui du travail sur une plateforme ou en usine. ? A part certains membres du syndicat qui se dissimulaient derrière un vocabulaire guerrier pour protéger certains acquis gagnés par des gens qui s’étaient vraiment battus. Des techniciens syndicalistes (Jacques lemare) s’est vu écarté de très nombreux films. J’ai toujours refusé ces amalgames, y compris le terme militant qui convenait mieux à certaines profession même si affronter TF1 sur les coupures publicitairesn’était pas une sinécure. Le stress que peut subir un metteur en scène et qui est réel (je me base sur de vraies expériences pas des citations livresques) est totalement différent de ce que vous subissez dans un boulot d’usine mais peut être très violent. Je connais des amis qui ont subi des crises cardiaques.ET cette opposition systématique entre les générations me parait sommaire, caricaturale. Toute la nouvelle génération n’est pas composé que de fils à papa, de bobos. Il y a des types épatants qui sont partis sans publicité en Afghanistan, au Yemen, donner des cours, financer un cinéma. Et il y a toujours eu des cinéastes qui se comportaient horriblement mal mais qui faisaient parfois aussi des chefs d’oeuvres, qui abusaient de leur pouvoir.mais aussi d’autres qui étaient tout aussi inspirés tout en se conduisant bien de Resnais à Pagnol, de Gremillon à Soderbergh. Et autour de moi, je n’ai pas rencontré ou si peu ces lèches bottes que vous décrivez avec un jubilation célinienne. J’en ai vu chez les cadres, les régisseurs, très rarement chez les techniciens et ouvriers. Mais Pialat qui pensait que c’était tous des larves avait la même vision que vous. Mon ingénieur du son Michel Desrois a refusé de travailler avec lui parce qu’il avait giflé une femme et Pialat m’en a parlé 10 fois de ce refus en disant qu’il était lâche. Je ne sais pas ce qu’il y a de glorieux à faire pleurer quelqu’un tous les jours même si cela ne dure « que le temps d’un tournage ». Ces phrases me semblent inouïes et répugnantes. Car quand on se conduit comme cela une fois, on le refait. Valerie Othnin Girard mon assistante sur Conan avait viré l’un des chefs cascadeurs qui avait fait pleurer une femme à la cantine et l’avait frappée. Le sadisme, la maltraitante peut et fait partie parfois de la création mais ce n’est pas une raison pour l’avaliser en disant que c’est moins grave que Dachau. Il n’y a pas d’échelle dans les traitements indignes, écrivait Camus. Et justifier cela parce qu’il y a un moins grand taux de suicides me parait débile

        • MB dit :

          à Bertrand
          cette réponse à Gilles m’économise un coup de sang! bien sûr on peut répondre en détaillant ce que l’autre a mal compris ou prétendu pour servir son propos avoir mal compris, mais c’est un peu fastidieux…
          j’ai déjà assez fourni en la matière, plus zen que moi tu meurs.

          juste un truc: il n’est pas sérieux de s’appuyer autant sur des extraits de propos mal sourcés pour démontrer qqch, ce n’est pas fiable.
          Rideau j’espère.

        • DIDIER dit :

          Johnny Cash, figure tutélaire dont on comprend que Ken Burns considère qu’il est le plus grand de tous ceux qui sont cités.
          L’évocation, dans la dernier épisode, de sa période Columbia/Rick Rubin (dont il faut posséder tous les disques!)

          Les derniers disques de CASH sont admirables ;ils tournent presque autour de la mort ,comme le macabre traditionnel « streets of Laredo » et le poignant « give my love to Rose »(des « chansons de cowboy ») ;il s’approprie les titres plus contemporains :quoi de plus désespéré que « I Hung my head » ou ‘the mercy seat » ;même les titres pas vraiment morbides comme « in my life » ou ‘the first time ever I saw your face » sonnent d’outre-tombe ; la foi est la force de l’artiste (ain’t no grave » « redemption song » ) qui se sait pécheur (« the beast in me » « why me lord? » »the man comes around « ,description impressionnante du jugement dernier)et qui s’en servait pour déplacer des montagnes;eût-il vécu ,Hank Williams l’aurait certainement égalé,pas dépassé.

          Pour Joni Mitchell (désolé Yves ,y’a pas de e) ,il y a un coffret de ses dix premiers albums studio pour une bouchée de pain (à peine 30€)

          Mais nous nous éloignons de plus en plus du cinéma

        • Mathieu dit :

          Parmi les metteurs en scène suicidés, il y a Jean Eustache et aussi Mario Monicelli, qui en authentique Romain s’est jeté à 95 ans de la fenêtre de sa chambre d’hôpital.
          Jean-Pierre Melville, très affecté par l’échec d’UN FLIC, est mort (d’un AVC) peu de temps après la sortie du film.
          J’entendais hier à la radio que Sadoul avait écrit une critique très élogieuse de CASQUE D’OR, mais avait dû en réécrire une autre plus négative parcque le film ne plaisait pas au PC (l’image de la classe ouvrière pas assez vertueuse). Je ne trouve pas confirmation sur Internet d’une deuxième critique négative de Sadoul, aurais-je rêvé?

        • Gilles dit :

          A B.T

          Points de vue de classe, la votre et la mienne, inconciliables. Vous faites semblant de ne pas comprendre certains arguments, mais c’est pas nouveau. Et au sujet de l’autre, je vois que Rouxel n’est pas le seul à botter en touche quand on le conduit dans une impasse, cependant il n’a jamais profité de son immunité virtuelle pour se comporter comme un salaud. Il y a des propos auxquels on ne peut répondre que par une paire de claques.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles, je ne suis ni dans une impasse ni ne botte en touche. Vous citez des propos qui n’ont aucune fiabilité comme si ce la sortait de l’école des Annales, vous accumulez des références livresques. C’est vous qui parlez de la Mere Bergman en relayant des ragots comme quoi elle aurait sucé tout Hollywood. On peut attaquer de front Bergman pour ce qu’elle a dit de LA GRANDE BOUFFE en la jugeant réactionnaire et dépassée mais sans utiliser ces termes d’une crapuleuse misogynie. Et sans rappeler ses faits d’armes. C’est vous qui avez prêté à Leconte des sentiments méprisables sans aucune preuve. C’est vous qui avez parlé de guerre quand on parlait des épreuves que peuvent subir des cinéastes, des techniciens qu’il n’était pas question de comparer à la vie d’usine. C’est vous en citant Godard qui dites qu’aucun cinéaste ne s’est suicidé alors que Mon ami Mc Gilligan me done en entre douze et quinze noms qui ont sombré dans la drogue et l’alcool, sans oublier Monicelli qui s’est lui suicidé. Powell que j’ai vu détruit, abîmé, mis quasiment hors la loi dans son pays par la campagne de presse sans oublier Cottafavi, exclu par un vote de journaliste du mouvement néo réaliste. Ne pas non plus oublier Bernard Nathan envoyé en déportation après une campagne de presse abjecte et mensongère. C’est vous qui citez Rosi en parlant de cet assistant que l’on faisait pleurer tous les jours et ajoutez mais cela ne durait que pendant un tournage. Comme une conduite de salaud était excusée parce qu’elle ne durait qu’un certain temps. C’est vous qui quand on cite des opinions dégueulasses qui n’ont rien à faire avec de la critique, prônez la liberté d’expression : celle de Leon Daudet qui déblatéra une série de mensonges sur Nathan, celle de Sadoul affirmant que LE CORBEAU avait été diffusé en Allemagne sous le titre UNE PETITE VILLE SANS HISTOIRE. Et vous vous réfugier derrière des rapports de classe. On a pas mal d’exemple de leaders ouvriers, de militants ouvriers qui ont versé dans l’extreme droite. La talentueux Gérard Blain se revêtait derrière une appartenance à la classe ouvrière pour aller soutenir le Front National.Oui j’appartiens à une classe bourgeoise comme des dizaines de cinéastes français de Renoir à Becker, de Clément à Truffaut ou Rohmer. Et alors ? Est ce que le fait de se prévaloir de la classe ouvrière innocente Brisseau quand il s’en prend à des actrices que je défendrai au nom du code du travail. Et cela ne m’a pas empêché de soutenir des combats contre l’AMI qui allait tout détruire à commencer par le droit du travail, la protection sociale (ce sont les cinéastes, la SRF, la SACD et Attack qui ont empêché ce crime), la colorisation, les coupures publicitaires, de défendre les droits d’auteurs, l’avance sur recette. Je l’ai fait de manière bourgeoise, c’est vrai mais je l’ai fait. Dommage car quand vous parliez de films vous écriviez des choses intéressantes et souvent pertinentes, avec des angles personnels. Et vous êtes aussi « protégé » que moi par « l’immunité virtuelle »

        • Gilles dit :

          Et quand je parle d’usine et de guerre, vous répondez par Dachau et propos celiniens. Ça c’est parfaitement ignoble, et totalement malhonnête.

        • SugarKane dit :

          À Gilles
          Je viens de revoir cet après-midi avec émotion Miracle à Milan qui nous rappelle que notre monde a vraiment besoin aujourd’hui de bienveillance et d’humanité. Alors pourquoi tant de haine dans vos propos sachant qu’une passion commune anime tous les protagonistes de ce blog. Je n’interviens pas souvent bien que je le lise régulièrement et avec plaisir. Il m’arrive quelquefois d’être en désaccord avec des personnes, mais là je trouve que vous avez largement dépassé les bornes en diffusant des propos ignobles, violents et insultants envers Yves Rouxel et Bertrand Tavernier.

        • Gilles dit :

          A B. Tavernier

          Je réponds tard à votre message indélicat sur Philippe Sarde. Je prends pour argent comptant son témoignage parce que je ne le connais pas personnellement. Je soupçonne chez lui un esprit impertinent (quand notre époque n’en veut plus) et je suis certain que son insolence (humoristique) n’est pas animée par la rancœur. Sa réussite professionnelle et son génie ont raison de la polémique et de toute blague foireuse. Je ne vous connais pas non plus, alors si j’admets votre raisonnement, il n’y a que votre témoignage duquel on ne puisse douter. Tout ce que vous écrivez ici doit être admis comme parole d’évangile. Dans la même optique, vos déclarations lorsque vous traitiez de salauds ceux qui accusaient Giovanni d’être un ancien milicien, à une période où les preuves s’étayaient sur des sables mouvants. Vous ne vous prononcez plus sur ce sujet particulièrement ciblé (vous le cinéaste des sujets spécifiques) depuis l’irréfutabilité des documents. La question Jean Devaivre m’avait également laissé dans la marge quand il s’en prenait à votre malhonnêteté sur une antenne radio… avant de passer de vie à trépas. Il y a d’autres sujets vous concernant que la décence me recommande d’éviter. Nous sommes indécents dans à peu près tous les domaines cher monsieur. Votre blog a pour vocation d’analyser les films et les livres, cependant nous ne sommes pas des programmes analytiques, et l’affect parfois s’en mêle (sauf chez Pierre, qui me fout la trouille). Dans ce que je lis, vous n’avez même pas d’empathie pour un musicien qui a contribué à la réussite de vos films à un degré égal à ce qu’Herrmann apporta à Hitchcock. J’écoute au moins une fois par trimestre la B.O du Juge et l’assassin… je regarde le film une fois tous les trois ans. Vous injuriez vos interlocuteurs quand ils ne vous flattent pas, peut-être est-ce un réflexe par lequel vous avez bâti votre existence professionnelle et vous justifiez vos vieux jours. Personnellement je trouve cette posture d’auto-défense assez pathétique à un âge où en toute tranquillité (franchement j’en ai plus rien à branler de rien disait Jean Yanne qui n’avait pas 70 ans) vous ne devriez justement n’en avoir plus rien à battre. Vous avez vécu. Non ?

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          Je commence à en avoir marre de vos assertions à commencer par celle d’être péremptoire : tout au long de 50 ANS, Jean Pierre et moi reconnaissons des erreurs, d’être passé à coté de certaines oeuvres ou de les avoir surestimées et plusieurs avis sur ce blog ont modifié mes perceptions. Je ne pretends détenir aucune vérité sur les interventions à propos de LA GRANDE BOUFFE mais fréquentant Philippe Sarde je mettais en doute qu’il ait exprimé publiquement cet avis. Et Stephane Lerouge me l’a confirmé. Il l’a dit des mois après dans une interview à Alain Krueger : exactement ce que je disais. Tous ces derniers jours, j’ai parlé plusieurs fois avec Philippe qui n’allait pas bien. Pour l’aider et cela contre l’avis d’autres personnes qui voulaient que je coupe les ponts. Vous vous plantez une fois de plus. Je voulais aussi le rabibocher avec des gens qui s’étaient senti trahis par lui parce que cela lui est arrivé de raconter n’importe quoi, de ne pas payer ce qu’il devait, de ne pas rembourser les aides qu’on lui donnait. C’est à cause de son attitude que je n’ai pas pu l’engager pour LAISSEZ PASSER. Son frère m’avait interdit de l’engager après ce qu’il avait déblatéré dans la revue de Laurent Delmas : « quand on fait un film sur la Continental, tu ne peux pas prendre quelqu’un qui dénonce son frère dans la presse ». Quant à son talent, j’en ai été un des grands défenseurs et ce qu’il a écrit pour moi est magnifique.Et ces derniers échanges ont été très émouvants.Vous écoutez la BO du JUGE moi je me bats avec Studio Canal pour qu’ils les incluent dans le coffret. Je me bats pour faire diffuser sa musique ce qui est une preuve flagrante du manque d’empathie. Pour José Giovanni, loins de cacher mes rapports, j’ai longuement évoqué ce sujet dans TEMPS NOIR avec FranK Lhomeau loins de les taire. Je réponds sur tous les points et reconnais des méconnaissances. Mais même après avoir découvert ce qu’il m’a fait découvrir, je continue à me ranger l’avis de Claude Sauter qui disait que quoi qu’il ait fait, il avait payé en passant 10 ans en prison dont un an dans la cellule des condamnés à mort. Lino Ventura avait lui déchiré le dossier judiciaire que lui avait envoyé Melville en disant : « je te connais, on a fait autre films ensemble, ca me suffit ». J’aimais énormément José et aurais aimé croire sa version, qu’il avait dérapé à cause de son frère, occultant ce passé de milicien que Lhomeau cerne avec précision ayant trouvé des documents que personne ne connaissait.J’ai cru un ami tout en sachant qu’il y avait des zones troubles. Mais je vous laisse libre de trouver mon comportement crapuleux et j’ai certainement du commettre des actes que je regrette. Là dessus, pensez ce que vous voulez. En tout cas Lhomeau dont nous venons de publier l’ouvrage sur les scénarios d’Audiard (qui tint des propos antisémites ce que j’ai découvert toujours grace à TEMPS NOIR) est moins péremptoire que vous même face à des faits qu’il connait parfaitement. C’est sympa de ramenez Devaivre qui a été condamné trois fois, dans trois procès différents, le dernier pour diffamation. Sa fille nous dois toujours les dommages et intérêts ainsi qu’à Cosmos et à Little bear mais Libération qui publiait sous la plume d’Antoine de Baecque, des interviews de Devaivre, relayant ses mensonges et affabulations a absolument refusé de publié les compte rendus des procès qui les annulait. Je constate à chaque fois que vous croyez les autres tant vous voulez épingler mes saloperies. Il y en d’autres qui aiment écraser les mouches ou collectionner les papiers buvards. Moi j’ai créé un blog ce qui me prend beaucoup de temps pour qu’on parle et parfois défende les films de toutes sortes et laisser s’exprimer tous les genres d’avis. J’ajoute que Devaivre m’avait écrit dix mails que je peux produire (on a gagne un des procès avec eux), a fait plus sieurs déclarations devant les distributeurs, les co reproducteurs, disant qu’il n’avait pas de mots assez fort pour me remercier après le témoignage d’amitié bouleversant que constituait LAISSEZ PASSER, après avoir écrit à mon producteur qui lui proposait une fois de plus de le payer pour tout ce qu’il avait apportÉ : « Je vous interdit une nouvelle fois de faire une telle proposition après ce que Bertrand a fait pour moi en allant sauver tous mes films », ce qu’il a confirmé à Thierry Fremaux. Par la suite, il a réclamé 4 fois le salaire de Cosmos. Je pense qu’il s’était fait bourrer le mou par ses enfants et qu’il a changé d’attitude 3 mois après avoir vu le film. 3 procès perdus, cela signifie certainement pour vous que j’avais corrompu les juges.Ce n’est peut être pas la peine ne me faire connaitre les autres sujets sur lesquels la décence vous empêche de vous exprimer. Surtout s’ils ont la fiabilité de ce que vous avancez

  25. alex6 dit :

    Bonsoir
    Alexander Mackendrick a aussi réalisé un autre excellent film sur l’enfance, en guise de récit iniatique , Sammy Goes to South (1963) juste avant Cyclone à La Jamaïque. Il me reste à voir Mandy, Crash of Silence (1952)

  26. MB dit :

    à Mathieu: je vous ai répondu sur la page des anciens commentaires…

  27. MB dit :

    « enfin une legerèté signée Alexander mackendrick »Cyclone à la la Jamaique »pour le duo détonnant Quinn-Coburn,poètique et humoristique  »

    à YR
    « Une légèreté »??? ce film est déchirant, grave et l’exact opposé de ce qu’aurait pu faire Disney sur la même histoire!!! à ce compte là REQUIEM POUR UN MASSACRE est une comédie sentimentale!

    • yves rouxel dit :

      Désolé mais ce film d’aventures est empreint de légerèté,de poésie et d’humour je le réecris et je persiste.Bien sur si vous comparez avec le sombre « Le grand chantage »on est loin du compte en revanche il faut revoir »Tueurs de dames »qui est une perle d’humour.Je ne savais pas que »Cyclone à la Jamaique »fut amputé de 25 m,car la vision de l’enfance proposée par le réalisateur ne plaisait aucunement aux producteurs!!!

      • Bertrand Tavernier dit :

        A yves rouxel
        Poésie et légèreté sans doute si on y adjoint la gravité, l’éveil sexuel, la découverte de la mort. Mackendrick a toujours dit que son film traitait de la perte de l’innocence, de la découverte de la mort par une enfant jusque là privilégiée et j’ai du mal à trouver ces thèmes uniquement humoristiques. Et comparé à de multiples comédies anglaises TUEUR DE DAMES est étrangement noir. Les morts sont filmées avec réalisme et une photo proche du film noir. Mackendrick y voyait une fable sur la fin d’une certaine Angleterre

        • Denis Fargeat dit :

          Fable oui, avec quelques métaphores qui devaient parler aux anglais de l’après guerre ; cette maison fragilisée par le blitz et le passage des trains…. grande comédie, où tout est admirablement en place, le quintette de bras cassés est merveilleux de complémentarité, et l’échec de leur casse est tout à fait réussi. Le technicolor d’Otto Heller donne vie aux ombres de cette vaillante petite maison. ( Bertrand, on a l’impression que vous n’aimez jamais tant la couleur, que quand elle se met au service de la pénombre…mais il fallait lutter,composer, en 1955 les procédés couleur réclamaient encore beaucoup d’éclairage.)
          L’image qui me reste pour toujours, c’est Alec Guiness démasqué,déchu, tout juste bon à pédaler pour faire marcher le piano mécanique qui accompagne le thé des vieilles dames…. cruauté bien britannique je crois, en tout cas une composante de cet humour-là, une épice bienvenue.

      • MB dit :

        CYCLONE
        « ce film d’aventures est empreint de légerèté,de poésie et d’humour »

        mais on dirait que c’est tout du long à vous lire! la scène citée par M Pascal entre Quinn et la gamine? Le vaudou au début? La condamnation à mort des pirates au procès, légère et humoristique?

        ce qui se rapproche un peu de ce que vous dites c’est les enfants qui bronzent sur les cordages sur le bateau et qui se croient en vacances!!!
        et le petit bateau-jouet qui s’éloigne sur la bassin, observé par la fillette à la fin, est à se taper sur les cuisses tellement c’est rigolo! je rêve

    • Pascal MINETTE dit :

      Je ne voudrais pas avoir l’air vicelard mais la scène où Quinn se bat avec la petite fille suggère quelque chose qui nous éloigne bien de Disney: le pirate et l’enfant terminent quasiment bouche contre bouche et tout le monde se demande comment ça va tourner, avec ce que ça suppose de malsain; à commencer par le pirate lui-même. C’est une histoire de seconde , mais qui triffouille bien l’esprit.

    • yves rouxel dit :

      Voyez dans ce cas « Les enfants du capitaine Grant »production Disney avec Maurice Chevalier et son accent de ménilmuch!!!

  28. yves rouxel dit :

    Au moment ou j’écris ces lignes l’orchestre national du capitole de Toulouse joue un air de Joseph kosma tiré du film « Les portes de la nuit ».Tugan Sokhiev dirige d’une main de maitre cet ensemble et rend hommage au 7ème art à travers un voyage musical.De Michel Legrand,à Georges Delerue,Le grand Ennio,John Williams,Nino Rota,Vladimir Cosma et tant d’autres.Ce concert est disponible en streaming jusqu’au 31 janvier prochain en guise de cadeau,car la musique est une composante essentielle du cinéma.Bonne écoute à tous.

    • Pascal MINETTE dit :

      A Yves: Oui mais tout le monde en a marre des parapluies de Cherbourg, de Superman…Même Georges Delerue , de là où il est, doit être fatigué d’être associé au Mépris.
      Quand on pense à la mine inépuisable qu’est la musique de film, décourager les gens en leur assénant les mêmes choses n’est pas spécialement malin. Les gens aiment aussi découvrir.

      • Bertrand Tavernier dit :

        Il y a des musique peu vantées de Delerue qui sont magnifiques : PROMENADE AVEC L’AMOUR ET LA MORT, GARDE À VUE et ce thème si intriguant, Mr JOHNSON, SALVADOR. Il avait horreur qu’on lui parle du DERNIER METRO (« les gens ont cru que j’avais composé Mon amant de Saint Jean)

        • Denis Fargeat dit :

          A Bertrand, Yves, Pascal e tutti
          Je profite de ce fil Delerue pour partager ma joie d’avoir enfin trouvé ce qu’était une musique entendue il y a looongtemps. Eve Ruggieri l’avait utilisé dans les années 1980, cet air archaïsant à la façon de Fauré, et composé en 1968 pour Interlude, une comédie romantique de Kevin Billington avec Oskar Werner…
          https://www.youtube.com/watch?v=w_7_xIq8BFc

        • Pascal MINETTE dit :

          A Denis : merci pour le lien. Je ne dirais pas Fauré (pas assez dissonant et subversif) mais j’adore quand Delerue évoque ainsi les siècles passés. Ici, il y a des parfums médiévaux comme dans le génial THIBAUD…Delerue a toujours été mon préféré et je pleure toujours en écoutant ADIEU MES QUINZE ANS. Pas de quoi se vanter, allez-vous dire, mais je joue toujours franc jeu, ici.

        • Denis Fargeat dit :

          A Pascal
          Si si, Fauré : la Sicilienne de Pélléas et Mélisande, qui fait référence au même Moyen Age que Maeterlinck: une terre de légende, insituable ailleurs que dans nos rêves… et Delerue n’en est pas loin.
          (Ce qui fait penser qu’on ne trouve RIEN sur l’Opéra qu’il a composé sur le livret de Boris Vian, « Le chevalier de neige », à part un court extrait chanté lors d’un hommage, cité Veron…)

        • Pascal MINETTE dit :

          A DENIS : Le côté moyen âge, oui bien sûr mais l’harmonie de Delerue ici est archi classique. Et puis c’est plus une valse qu’une sicilienne. En tout cas c’est superbe. Il y avait un goût récurrent pour l’évocation du passé chez les compositeurs du 19ème. Mais comme pour Delerue, toujours à une sauce toute personnelle.

        • Pascal MINETTE dit :

          Je ne sais pas si quelqu’un pourra répondre à ça mais je cherche en vain à retrouver le générique (signé Delerue) d’une émission historique courte, quotidienne ou hebdomadaire présentée par André Castelot. J’ai encore la mélodie en tête mais ne trouve aucune trace ni du thème, ni de l’émission. So ?

        • DIDIER D dit :

          Il y a des musique peu vantées de Delerue qui sont magnifiques

          Les deux Colpi « une aussi longue absence  » et « heureux qui comme ULysse  » (avec chanson interprétée par Brassens)

      • yves rouxel dit :

        A Pascal.Avez vous au moins écouter le concert de l’orchestre du capitole qui est proposé sur youtube?Les partitions de John Williams sont remarquablement joués: »Star wars,Superman,mais aussi le clin d’oeil à Ennio Morricone avec un solo d’harmonica subtil et singulier.

        • Pascal MINETTE dit :

          Oui, bien interprété , ça sûrement, mais ce n’était pas mon propos du tout. Simplement, un chef d’orchestre qui aime vraiment la musique imposerait autre chose et refuserait même de se taper des trucs devenus écoeurants.
          De John Williams, il y a une mine de pages sublimes à faire entendre plus souvent. Avec lui, pas de souci, quoi que ce soit, ce sera génial. Par exemple, pour citer un western, sa musique des COWBOYS est une perle qui aurait mille fois mérité de figurer dans ce concert.

        • Gilles dit :

          Un orchestre de noël cherche à satisfaire le cochon payant, même si pour le coup il ne paye pas. L’oreille s’accroche à ces mélodies dont la plupart des auditeurs ignorent la référence. On s’applique à bien jouer et ça fait l’affaire de tout le monde. Imaginons le même orchestre jouer MISSOURI BREAKS, THE EIGER SANCTION ou d’autre sommets de John Williams toujours en dessous de son génie dès qu’il accompagne Spielberg et ses émules. Ou de Delerue POLICE PYTHON 357, qui introduit un polar comme un film d’horreur.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles
          Aucun souvenir de Eiger Sanction et il y a deux ou trois Spielberg qui ont de beaux scores même s’il y en a d’autres qui sont insupportables

        • Pascal MINETTE dit :

          A Gille : Dites vous y allez fort avec John Williams, qui
          est étourdissant de génie même et surtout dans les Spielberg. Que ce soit les thèmes ou les autres choses, vous pouvez écouter ça les yeux fermés pendant des heures. Jamais de remplissage facile et une idée nouvelle à chaque mesure, comme Mozart.
          Les thèmes sont magnifiques et accrocheurs, même si on n’a plus besoin de trop les entendre aujourd’hui.

        • Ruben dit :

          A Gilles et Bertrand Tavernier : John Williams en dessous de son génie dès qu’il compose pour Spielberg ?
          Ba alors là, je me demande si JURASSIC PARK aurait connu le même succès si Zimmer en avait fait la musique…
          C’est justement Spielberg et Lucas qui lui ont donné l’opportunité de beaucoup plus s’exprimer, lui-même le dit. Effectivement, on peut rapprocher beaucoup plus facilement la musique des titres que vous citez à celle de Delerue (plus minimaliste, ect) mais je ne vois pas en quoi ça en fait de la musique plus ou moins géniale que les autres films ? Vous ne pensez pas que c’est juste dû au style du film en question et aux intentions des réalisateurs ? Pour de la science-fiction, Goldsmith et Horner utilisent un orchestre encore plus petit que celui de Delerue dans ALIEN et pourtant la musique est aussi géniale que celle de Star Wars. Allez réécouter la musique additionnelle d’ARTIFICIAL INTELLIGENCE ou des COWBOYS comme dit Pascal et osez me dire que John Williams n’est pas au maximum de son génie. Ca me rappelle les gens qui disent que les westerns ne sont faits qu’à base de « Pan pan Piou piou » alors qu’ils n’en n’ont pas vu un seul…
          C’est quand même incroyable d’être obligé de défendre ce compositeur qui a (dîtes-moi si je me trompe) largement prouvé son talent, j’ai même l’impression qu’il en est devenu un sujet tabou dans le milieu.
          Au sujet des films de Spielberg dont la BO est insupportable, j’aimerai bien connaître leurs noms car je ne me souviens pas en avoir arrêté un seul en me servant de la musique comme prétexte.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Ruben
          C’était moins Delerue qui était minimaliste que les metteurs en scène français qui n’avaient pas besoin de mettre 98 minutes de musique sur un film qui en faisait 104. Truffaut, Godard, De Broca étaient économe, tout comme Huston à sa manière.C’est aussi vrai que certains compositeurs français dès Jaubert se sont battus pour ne pas systématiquement écrire pour des grands orchestres symphoniques ce que j’explique dans VOYAGE A TRAVERS LE CINÉMA FRANCAIS. Ils étaient marqués Par Kurt Weil. Et des gens comme Goldsmith, David Amram, voire Alex North dans L’AVENTURIER DU RIO GRANDE écrivent parfois pour de petites formations. CHINATOWN en est un exemple magistral

      • Denis Fargeat dit :

        A Pascal
        …il faut nous en dire plus… quelle époque, radio ou télévision, vers quelle heure, pas d’offense mais si vous ne confondez pas avec Alain Decaux – ça arrive…comme ça je sèche… (c’est terrible ces madeleines de provenance inconnue, ça obsède quand on ne trouve pas, et quand on les trouve il ne faut pas être déçu, sinon c’est décevant.)

        • Pascal MINETTE dit :

          A DENIS : Il n’y a pas de doutes sur Delerue, Castelot et les années 70. C’était une sorte de feuilleton mais ne me demandez ni le jour, ni l’heure.
          ça ne figure même pas sur les listes d’oeuvres de Delerue pour la TV. Peut-être demander à sa descendance ?
          En tout cas, merci , Denis, de vous pencher sur la question.

  29. yves rouxel dit :

    Une idée de cadeau de Noel si vous habitez à proximité d’un magasin de la chaine noz.C’est un peu le bazar dans ce genre de boutique mais j’ai acheter à moins de 3 euros des films gaumont sortis récemment.En voici la liste: »Le rideau rouge »de André Barsacq, »L’amour d’une femme »de Jean Grémillon dont Bertrand avait évoquer il y a quelques mois, »La nuit est mon royaume »de Georges Lacombe ou Gabin campe un aveugle avec un petit chien(aucun souvenir) »Mollenard »de Robert Siodmak,un classique avec en bonus un documentaire de Roland jean Charna »L’échappée vaine »,enfin une pépite pleine de fraicheur et d’amour,c’est »Premier rendez vous »de Henri Decoin,suite à ce film je suis tombé sous le charme mutin de la jeune et jolie Danielle Darrieux.Tous ces films sont proposés en version restaurée sons et images.allez faite vous plaisir,bon cinoche à tous.

    • DIDIER dit :

      Vous avez eu la main heureuse !Tous vos achats sont dignes d’intérêt !Parole!

      • yves rouxel dit :

        A didier.Vu hier soir »Un amour de femme »qui est à mon avis un film a découvrir de Jean Grémillon.On est proche de l’univers de « Remorques »ou de »Lumières d’été »car les images sont comme des tableaux en mouvement.On savait le cinéaste amoureux des peintres,des clairs obscurs et des mystères du destin des individu(es),ici on est happé par l’histoire de cette jeune doctoresse qui va prendre le relais sur l’ile d’Ouessant.Quand de sa chambre elle découvre le phare au loin le vieux docteur(campé par un ami peintre)lui dit dit: »Vous voyez vous aussi vous ètes seule comme ce phare en pleine mer ».Bien sur le personnage du jeune ingénieur italien est schématique et détonne un peu mais on retrouve des scènes irristibles grace au merveilleux Julien Carrette,ancien marin alcoolique qui tirent les cloches de l’église.Mais le plus interessant c’est que Grémillon honore « la mort »de façon admirable,voyez la séquence ou l’ancienne institutrice est victime d’un malaise dans l’église.Elle trouve la force de sortir tant bien mal puis s’appuit sur le rebord d’une murette et s’écroule face au cimetière tout proche.Les images sont à analysées dès que le personnage sort de l’église,le brouillard se lève au loin et on aspirés entre le monde des vivants et celui des morts,en apesanteur face à la beauté du plan.Vers la fin aussi l’intervention de Marie Prieur auprès du gardien de phare qui souffre d’un kyste.Il y a toute une symbolique lorqu’elle ouvre le ventre de l’homme qui ressemble à un sexe féminin tandis que le phare est sensé ètre un phallus qui trone entre deux eaux.Une femme medecin parmi tant d’hommes qui tiennent des lampes torches et attendent la fin de l’operation.Une musique étrange et envoutante nous plonge dans cette histoire rarement traitée au cinéma.Je me réclame entièrement du cinéma de Grémillon car derrière cette forme de désespoir,de déchirements des ètres il y a aussi une forme de réalisme poétique qui ne fait de mal à personne en ces temps agités.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A yves rouxel
          très bel article

        • Salomon dit :

          A Yves Rouxel :

          C’est pas UN AMOUR DE FEMME mais L’AMOUR D’UNE FEMME

          Vous auriez pu citer aussi Louis Page auquel on doit souvent un très beau noir et blanc, en particulier avec Grémillon.

        • Alexandre Angel dit :

          Beau commentaire en effet qui me donne envie de revoir ce film (et d’aller faire un tour chez Noz)
          Attention toutefois au titre : c’est L’AMOUR D’UNE FEMME.
          « Un amour de femme », ça fait un peu comédie avec Mylène Demongeot et Robert Lamoureux..

        • Didier D dit :

          Le titre exact est « l’amour d’une femme »(voir votre premier message)

          Je l’avais déjà signalé ,le départ à la retraite de l’enseignante est d’autant plus triste qu’il reflète la situation du réalisateur qui après ne tournerait plus que des docs courts-métrages .
          Merci pour avoir soutenu ce film d’un grand du patrimoine.

          J’ai aussi soutenu « la nuit est mon royaume »

        • MB dit :

          à Yves Rouxel
          « Il y a toute une symbolique lorqu’elle ouvre le ventre de l’homme qui ressemble à un sexe féminin tandis que le phare est sensé ètre un phallus qui trone entre deux eaux. »

          bon dieu! je vais le revoir!

        • Alexandre Angel dit :

          A Salomon
          Louis Page qui signe la photo du CAVE SE REBIFFE que je viens de revoir dans une copie HD de toute beauté.
          Des copies impressionnantes comme celle-là permettent de faire sauter à la gueule du spectateur des passages que l’on avait pas forcément mémorisés lors d’une précédente vision. Ainsi, j’ai été stupéfait par l’espèce d’ampleur qui émane des plans où Gabin conduit un attelage sur une piste équestre, au milieu d’autres conducteurs.

        • Bertrand Tavernier dit :

          a Alexandre Angel
          Tout à fait d’accord. Et les extérieurs du CAVE SE REBIFFE (la maison de Francoise Rosay, les rues populaires, les hôtels) prennent beaucoup plus de force et de poids. La restauration donne une nouvelle vitalité à CECILE EST MORTE, fait ressortir des cadrages, des plans très élaborés jouant sur la profondeur de champ (les contreplongées dans les escaliers), souligne l’importance des fenêtres qui dramatisent un décor. Tourneur trouve en Montazel un véritable allié et j’ai quasiment redécouvert ce film, par ailleurs très bien joué en dehors du numéro exaspérant de Gabriello qu’il refait dans chaque film. PICPUS ne manque pas non plus de qualités (l’utilisation astucieuse du salit screen au début) même si Préjean qui est bien meilleur qu’on l’a dit n’est pas du tout Maigret. Dans deux ou trois scènes, il parvient avec l’aide de Le Chanois à préserver un peu de gravité. Tissier et Delmont sont formidables

        • Pascal MINETTE dit :

          A Mr Tavernier: De toutes façons, Jean Tissier est toujours formidable. Même dans les petits rôles. Je me disais ça en revoyant le DROLE DE PAROISSIEN. Dans le groupe de flics, on ne voit que lui.
          Et aussi dans LA VEUVE COUDERC, où il chipe les scènes de Delon, même quand il ne dit rien.

        • Gilles dit :

          A voir certains films, je me demande si ces restaurations sont conformes à ce que le spectateur voyait à l’époque. Nettoyer l’image est une chose, rajouter des dorures en est une autre. Il y a dans LE JOUR SE LEVE une profondeur de champ inédite, sans comparaison avec les diffusions du film au cinéma de minuit. Bien sûr je suis conscient qu’on ne peut pas inventer des choses qui n’ont pas été impressionnées, mais ne cherche-t-on pas à valoriser des détails volontairement laissés au second plan, par choix artistique ou contrainte technique ?
          C’est peut-être une plus value pour l’image, mais à mon sens dommageable pour le son. Richard Brooks disait avec raison à Patrick Brion que le son doit venir du centre de l’image. Le point de vue de Godard est qu’il faut laisser les films dans leur jus, comme les vieilles pierres.

        • Bertrand Tavernier dit :

          A Gilles,
          La vision au cinéma de minuit était très différente de la vision au cinéma, le téléviseur jusqu’à une période récente n’encaissant pas certaines lumières. Et les films étaient re étalonné par la personne qui le diffusait qui corrigeait l’image souvent pour l’adoucir. J’ai encore dans la tête les courriers qu’on envoyait à la SRF pour protester contre ces pratiques. Carné accordait une immense importance à la profondeur de champ. Il tournait systématiquement au 28mm et surtout au 32 ce qui empêche toute diffusion et impose une profondeur. Il y a parfois des restaurations abusives qui oublient les intentions du réalisateur (il y avait eu une polémique autour du VIOLENT aux USA). Oui pour le son mais la stéréo est arrivée plus vite qu’on le dit : LES RÉVOLTÉS DE LOMANACH avait été tourné avec une stéréo 4 ou 6 pistes publiciste sur l’affiche du Berlitz. Et Godard a tort, car ils ne sont plus dans leur just s’ils se sont affadi, ont été endommagé. Ou alors quels jus parce que les copies, voire les négatifs ou inter ne sont pas tous identiques

        • Edward dit :

          A Marc Salomon :
          Existe-t-il un article ou un livre bien fait sur Louis Page ?

    • Denis Fargeat dit :

      Merci Yves pour le tuyau!
      Petite question: pour  » La nuit est mon royaume », est-ce Gabin, le chien ou vous-même, qui souffre d’amnésie? ( blagounette, mais je crois qu’il a été évoqué ici).

      • Bertrand Tavernier dit :

        A Denis Forgeât
        Plusieurs fois par moi.

      • yves rouxel dit :

        A Denis.Bertrand l’a souvent écrit mais je rappelle que ce film de Georges Lacombe n’est pas une réussite mais mérite le détour pour tous ceux comme moi aime le gabe.Toujours chez gaumont éditions en format restauré j’ai trouvé « Dainah la métisse »autre oeuvre forte du cher Grémillon, »Quand tu liras cette lettre »qui est il me semble le second film de Melville,un incontournable de Carné « Jenny »rien que pour la prestation magistrale de Françoise Rosay et d’Albert Préjean,enfin une legerèté signée Alexander mackendrick »Cyclone à la la Jamaique »pour le duo détonnant Quinn-Coburn,poètique et humoristique à souhait.Un conseil livre pour terminer dont Bertrand à signé la préface,il s’agit d’un ènième ouvrage sur cette bète de scène au nom de Gerard Depardieu.Le livre est bourré d’anecdotes et illustré de très belle photographies.il reste quand mème un monstre sacré qui n’a jamais tourné avec notre Bertrand préféré!!!

        • Bertrand Tavernier dit :

          a yves rouxel
          je trouve au contraire que LA NUIT EST MON ROYAUME est un film émouvant et en grande partie réussi. Et CYCLONE A LA JAMAÏQUE n’est pas une comédie légère mais un film émouvant, profond sur le passage de l’enfance âge plus mur. C’est un film méditatif

        • Ballantrae dit :

          Nous n’avons pas vu le même Cyclone à la Jamaïque effectivement plus grave que vous dites Yves.
          A mon sens un film mélancolique et profond qui figure sans mal aux côtés de Moonfleet, La nuit du chasseur, Stars in my crown, To kill a mockingbird ou L’esprit de la ruche.
          Un récit avec pirates qui réussit la prouesse de nous passionner sans devenir un film de pirates. Tout est ténu, suspendu, surprenant.
          Un chef d’oeuvre.

        • DIDIER dit :

          je trouve au contraire que LA NUIT EST MON ROYAUME est un film émouvant

          Moi aussi 100% d’accord ;beaucoup ne partagent pas mon opinion ,mais mon Lacombe préféré est « le pays sans étoiles « -disponible en dvd- avec mon Gérard préféré (qui n’est pas celui dont parle YR)

      • yves rouxel dit :

        A tous.Je rectifie le tir concernant le film de Georges Lacombe qui est effectivement une oeuvre émouvante,voire compatissante qui ne tombe jamais dans le pathos primaire.Gabin tient son role et surtout sa canne blanche de façon juste.On sent bien venir la dramaturgie du personnage.Que ce soit sa mère,le medecin ou mème la religieuse tout le monde lui à menti sur sa cécité dès le début.

Laisser un commentaire en réponse á Catherine

(Seuls les messages ayant attrait aux DVD - thème de ce blog - seront publiés.)